Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Description des maladies évitables par la vaccination

Zona

Définition

Le zona est une maladie causée par la réactivation du virus varicelle-zona.

Épidémiologie

À la suite d’une varicelle, le virus varicelle-zona reste latent dans les racines dorsales des ganglions nerveux. Sa réactivation cause le zona.

Jusqu'à 1 personne sur 3 aura un épisode de zona au cours de sa vie.

L’incidence du zona et de la névralgie post-herpétique augmente avec l’âge et en présence d’immunodépression. 

Au Québec, chaque année, on dénombre environ 27 000 cas de zona et 600 hospitalisations. La maladie touche surtout les personnes âgées de 50 ans et plus.

Réservoir

Les humains sont le seul réservoir du virus varicelle-zona.

Transmission

Une personne atteinte de zona peut transmettre la varicelle, mais pas le zona.

Le virus se transmet par contact direct avec les vésicules d’une personne ayant le zona.

En présence d’un zona disséminé, le virus peut se transmettre par voie aérienne.

La contagiosité dure jusqu’à ce que les lésions vésiculaires soient croûteuses (environ 1 semaine).

Incubation

L’incubation ne s’applique pas au zona.

Présentation clinique et complications

Le zona est une éruption unilatérale, douloureuse, vésiculaire, dont la distribution suit la zone d’un dermatome, d’où le nom de zona (surtout thoracique, cervical ou ophtalmique). De 1 à 3 dermatomes sont touchés. La maladie dure de 2 à 3 semaines.

Les complications du zona sont :

  • Névralgie post-herpétique (complication la plus fréquente du zona), soit une douleur qui persiste plus de 90 jours après le début de l’éruption cutanée et qui peut durer plusieurs mois, voire des années.
  • Surinfection bactérienne, paralysie, pneumonie, encéphalite, atteinte de la vue, perte auditive, accident vasculaire cérébral.

De 5 à 6 % des cas et jusqu’à 12 % des personnes immunodéprimées touchés par un zona feront une récidive.

Traitement

Le zona est traité par :

  • Antiviraux.
  • Traitement de soutien.

Les antiviraux sont plus efficaces s’ils sont débutés dans les 72 heures suivant le début de l’éruption.

Dernière mise à jour : 03 mai 2019

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page