Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Immunoglobulines

VarIg : immunoglobulines contre le virus varicelle-zona

Composition

Les VarIg sont distribuées au Québec par Héma‑Québec : VariZIG (Aptevo BioTherapeutics LLC).

Les VarIg contiennent :

  • une solution stérile d’immunoglobulines préparée à partir de plasma humain contenant un titre élevé d’anticorps contre le virus varicelle–zona (125 UI);
  • 10 % de maltose et 0,03 % de Polysorbate 80.

Présentation

  • VariZIG :
    • Fiole à usage unique contenant au moins 125 UI d'immunoglobulines contre la varicelle dans environ 1,2 ml de solution.

Le produit a l'aspect d'une solution visqueuse et claire.

Indications

Gratuit

Administrer les VarIg aux personnes qui ont eu une exposition significative à la varicelle ou au zona en phase contagieuse et pour qui les risques de morbidité ou de mortalité dues à la varicelle sont très élevés.

L'exposition au virus vaccinal de personnes à risque très élevé de morbidité ou de mortalité dues à la varicelle (ex. : contact avec une personne vaccinée présentant une éruption varicelliforme après la vaccination) ne justifie pas l'administration systématique des VarIg.

L'administration des VarIg aux personnes réceptives en bonne santé n'est pas recommandée de façon systématique.

Des antiviraux peuvent être utilisés pour traiter la varicelle. Administré moins de 24 heures après l'apparition des lésions, ce traitement diminue le nombre de lésions, accélère leur cicatrisation et atténue la fièvre et les symptômes généraux.

Par exposition significative à la varicelle, on entend :

  • Vivre sous le même toit qu'un cas en phase contagieuse.
  • Être dans un milieu fermé avec une personne contagieuse pendant plus de 1 heure. Un contact face à face peut être jugé significatif si la durée est de plus de 15 minutes (ex. : un compagnon de jeux).
  • Être en présence d'un cas contagieux dans la même chambre d'hôpital ou sur la même unité de soins.
  • Avoir un contact direct avec des lésions actives de varicelle.

Par exposition significative au zona, on entend :

  • Vivre sous le même toit qu'une personne immunodéprimée atteinte de zona ou qu'une personne atteinte de zona disséminé avant ou durant les 24 premières heures suivant la mise en place d'un traitement antiviral.
  • Être plus de 1 heure à l'intérieur avec une personne immunodéprimée atteinte de zona ou avec une personne atteinte de zona disséminé avant ou durant les 24 premières heures suivant la mise en place d'un traitement antiviral.
  • Passer plus de 1 heure dans la chambre d'hôpital d'une personne immunodéprimée atteinte de zona ou d'une personne atteinte de zona disséminé ou avoir plus de 15 minutes un contact face à face avec une telle personne avant ou durant les 24 premières heures suivant la mise en place d'un traitement antiviral.
  • Avoir un contact direct avec des lésions actives de zona.

Par personnes pour qui le risque est très élevé, on entend :

  • Personnes immunodéprimées qui n'ont pas d'antécédents de varicelle.
  • Receveurs d'une greffe de cellules souches hématopoïétiques. Considérer ces personnes comme réceptives, peu importe leurs antécédents de varicelle ou ceux du donneur.
  • Nouveau‑nés dont la mère a été atteinte de varicelle 5 jours avant l'accouchement ou dans les 48 heures après.
  • Prématurés encore hospitalisés :
    • qui sont nés à moins de 28 semaines de gestation ou qui pesaient 1 000 g ou moins à la naissance, peu importe les antécédents de varicelle de la mère;
    • qui sont nés entre 28 et 37 semaines de gestation et dont la mère n'a pas d'antécédents de varicelle.
  • Femmes enceintes exposées au virus et n'étant pas considérées comme protégées contre la varicelle (voir le vaccin Var).

Contre‑indications

Anaphylaxie suivant l'administration d'une dose antérieure du même produit ou d'un autre produit ayant un composant identique.

Précautions

Administrer les VarIg après évaluation médicale aux personnes ayant :

  • Un trouble de la coagulation ou une thrombocytopénie grave.
  • Une déficience isolée en IgA (voir Vaccinologie pratique, Immunodépression,  Immunodéficience congénitale).

Interactions

Les vaccins RRO, Var et RRO-Var devraient être donnés au moins 2 semaines avant l'administration des VarIg ou au plus tôt 5 mois après, car l'immunisation passive peut affecter la réponse à ces vaccins.

Si ces intervalles ne sont pas respectés, le vaccin devra être administré de nouveau 5 mois après les VarIg.

Manifestations cliniques après l’immunisation

Réactions locales : douleur (17 %) et érythème (1 %).

Réactions systémiques : céphalée (7 %), éruption cutanée (5 %) et, moins souvent, myalgie, frissons, fatigue, nausées et bouffées vasomotrices.

Comme pour tout médicament ou produit biologique, une réaction allergique grave reste possible.

Administration

Administrer les VarIg par voie IM.

Choisir le site d'administration en tenant compte du volume de VarIg à injecter. Voir Administration des produits immunisants, Techniques d’administration.

Calendrier de VariZIG
Posologie Précisions

125 UI/10 kg

Dose minimale : 125 UI

Dose maximale : 625 UI

Administrer les VarIg le plus tôt possible après l'exposition et dans un délai de 96 heures

Lorsque les VarIg sont administrées dans un délai de plus de 96 heures et de moins de 10 jours après la dernière exposition, il y a atténuation possible de la gravité de la maladie plutôt que prévention de la maladie

Si la personne est de nouveau exposée plus de 3 semaines après avoir reçu une 1re dose, administrer une autre dose de VarIg

Réponse au produit

Immunogénicité

Les anticorps apparaissent rapidement après l'injection IM.

Les VarIg peuvent donner des titres décelables d'anticorps, ce qui peut entraîner des résultats faussement positifs aux épreuves sérologiques de détermination de l'immunité à la varicelle jusqu'à 2 mois après leur administration.

La demi‑vie est de 21 jours.

Les VarIg peuvent prolonger la période d'incubation de la varicelle jusqu'à 28 jours.

La durée de la protection est inconnue.

Efficacité

Femmes enceintes

Les VarIg réduisent le risque de varicelle lorsqu'elles sont administrées à l'intérieur des délais recommandés.

Elles peuvent entraîner une infection maternelle asymptomatique.

Leur efficacité pour prévenir le syndrome de varicelle congénitale est inconnue.

Nouveau‑nés

Les VarIg ne préviennent pas l'infection, mais atténuent la gravité de la maladie.

Immunodéprimés

On observe une réduction de la fréquence des décès (de 1 à 7 %), des pneumonies (de 6 à 25 %) et des encéphalites (de 0 à 5 %) ainsi qu'une diminution de la proportion de cas présentant plus de 100 lésions (de 27 à 87 %).

Dernière mise à jour : 01 mai 2018, 09:41

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page