Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Vaccins

Zona-VA : vaccin vivant atténué contre le zona

Composition

Un vaccin à virus vivant atténué contre le zona est distribué au Canada : Zostavax II (Merck).

Chaque dose de Zostavax II reconstitué contient :

  • au moins 19 400 unités formatrices de plages du virus varicelle‑zona cultivé sur des cellules diploïdes humaines MRC‑5 (souche Oka/Merck);
  • 41 mg de sucrose, 21 mg de gélatine hydrolysée, 8,6 mg d’urée, 5,3 mg de chlorure de sodium, 0,82 mg de L‑glutamate monosodique, 0,75 mg de phosphate de sodium dibasique, 0,13 mg de phosphate de potassium monobasique et 0,13 mg de chlorure de potassium;
  • des traces de composants des cellules MRC‑5, de néomycine et de sérum bovin;
  • le diluant composé d’eau stérile.

Présentation

  • Zostavax II :
    • Fiole unidose de vaccin lyophilisé et fiole unidose de 0,7 ml de diluant.
    • Le vaccin et le diluant sont dans des boîtes séparées.

Le vaccin reconstitué a l’aspect d’une solution légèrement opaque ou translucide, de couleur blanc cassé ou jaune pâle.

Indications

Le CIQ recommande l’utilisation préférentielle du vaccin Zona-SU à celle du vaccin Zona-VA. Pour les 2 dernières indications, le vaccin Zona-VA peut être utilisé seulement si le vaccin Zona-SU n’est pas disponible ou contre-indiqué.

Autorisé

Vacciner les personnes âgées de 50 ans et plus.

Autorisé

Vacciner les personnes âgées de 50 ans et plus prenant certains agents de rémission ou des agents biologiques (voir Précautions).

Autorisé

Vacciner les personnes âgées de 50 ans et plus qui commenceront un traitement immunodépresseur, incluant celles en attente d’une greffe d’un organe solide (voir Précautions).

On peut vacciner une personne contre le zona indépendamment de ses antécédents de varicelle ou de vaccination contre la varicelle. Le CIQ recommande d’attendre un délai minimal de 12 mois après un épisode de zona avant d’administrer le vaccin.

Contre‑indications

Anaphylaxie suivant l’administration d’une dose antérieure du même vaccin ou d’un autre produit ayant un composant identique.

États d’immunodépression (voir Vaccinologie pratique, Contre‑indications).

Grossesse.

Tuberculose active non traitée.

Précautions

Voir Vaccinologie pratique, Précautions.

Ne pas administrer le vaccin moins de 28 jours avant le début d’une thérapie immunodépressive.

Les personnes avec antécédents de zona ophtalmique avec atteinte oculaire peuvent être vaccinées 12 mois ou plus après le début de l’épisode de zona si au moins 6 mois se sont écoulés depuis la fin de leur traitement actif. Le vaccinateur doit informer ces personnes que quelques cas de récidive de zona ophtalmique ont été rapportés après l’administration du vaccin Zona‑VA, bien que le lien de cause à effet n’ait pas été établi. Le risque de récidive du zona ophtalmique par rapport à l’avantage associé à la prévention des récidives futures de zona n’est pas connu.

Dans les essais cliniques avec le vaccin Zona-VA, aucune transmission du virus vaccinal varicelle‑zona n’a été rapportée. Il existe un risque théorique de transmission du virus vaccinal varicelle‑zona à l’entourage des personnes vaccinées qui présentent une éruption varicelliforme; cette éruption peut survenir dans les 4 semaines suivant la vaccination. Toutefois, la varicelle causée par le virus vaccinal est moins grave que celle causée par le virus sauvage. Par mesure de prudence, il est recommandé aux personnes vaccinées présentant une éruption cutanée d’éviter, pendant la durée de l’éruption, tout contact étroit avec des personnes non immunes présentant un risque élevé de complications (ex. : les personnes immunodéprimées, les prématurés). Cependant, un tel contact, s’il survenait, ne justifierait pas l’administration systématique de VarIg.

Interactions

Le vaccin Zona-VA peut être administré le même jour qu’un autre vaccin vivant atténué injectable ou que le vaccin Inf intranasal ou à au moins 4 semaines d’intervalle.

Le CIQ recommande d’attendre un intervalle de 1 an avant de vacciner avec le vaccin Zona‑SU une personne ayant reçu le vaccin Zona-VA.

Il est possible que la prise d’antiviraux efficaces contre les virus herpès (acyclovir, valacyclovir, famciclovir) diminue la réponse au vaccin Zona-VA.

En l’absence de données publiées et sur la foi de l’opinion d’experts, le CCNI recommande aux personnes sous traitement prolongé avec ces antiviraux de cesser de les prendre si possible au moins 24 heures avant et jusqu’à 14 jours après l’administration du vaccin Zona-VA.

L’effet de l’administration du vaccin Zona-VA sur la réaction au TCT est inconnu. Comme il s’agit d’un vaccin vivant, il est possible qu’il fausse l’interprétation des résultats. En l’absence de données, il est recommandé d’appliquer au vaccin Zona-VA les délais à respecter entre l’administration du vaccin contre la rougeole et le TCT. Ainsi, lorsqu’il est indiqué, le TCT doit être fait avant l’administration du vaccin Zona-VA, en même temps qu’elle ou au moins 4 semaines après.

En l’absence de données, le CIQ propose de retarder de 3 mois l’administration du vaccin Zona-VA après l’injection d’IgIV.

Manifestations cliniques après la vaccination

Voir Manifestations cliniques, Présentation des manifestations cliniques.

Risque attribuable au vaccin

Une étude à double insu avec placébo sur les manifestations cliniques postvaccinales dans les 42 jours suivant la vaccination a été menée auprès d'adultes âgés de 59 à 99 ans.

RAV Zona-VA
Manifestations

Vaccin

%

Placébo

%

RAV

%

Érythème local 35,6 6,9 28,7*
Douleur, sensibilité locales 34,3 8,6 25,7*
Œdème local 26,1 4,5 21,6*
Prurit local 7,1 1,0 6,1*
Chaleur locale 1,7 0,3 1,4*
Hématome local 1,6 1,4 0,2
Céphalée ou autre manifestation bénigne 6,3 4,9 1,4

* Différence statistiquement significative.

Une autre étude a montré que les réactions systémiques étaient plus fréquentes chez les personnes vaccinées de 50 à 59 ans (5,8 %) que chez les personnes vaccinées de 60 ans et plus (2,9 %).

L’éruption varicelliforme au point d’injection a été rapportée plus fréquemment chez les vaccinés (0,1 %) que dans le groupe placébo (0,04 %), mais aucun des TAAN effectués n’a permis de déterminer la souche vaccinale; lorsqu’un TAAN était positif, il s’agissait de la souche sauvage. Le nombre de personnes ayant une éruption varicelliforme généralisée n’était pas différent entre les groupes.

Les taux d’hospitalisation et de décès ont été semblables chez les 2 groupes.

Manifestations cliniques observées

La plupart des réactions observées sont bénignes et transitoires.

Les réactions locales (douleur, œdème, érythème) surviennent très souvent.

Les réactions locales légères sont plus fréquentes après une injection SC qu’après une injection IM.

Comme pour tout médicament ou produit biologique, une réaction allergique reste possible.

Administration

Administrer le vaccin le plus rapidement possible après sa reconstitution ou au plus tard 30 minutes après en le conservant entre 2 et 8 °C.

Administrer le contenu du format unidose par voie IM de préférence ou par voie SC.

Calendrier de Zostavax II

Âge à la
1re dose

Nombre de doses Précisions
50 ans ou plus

1

Il n’est pas recommandé d’offrir une dose additionnelle de vaccin aux personnes ayant déjà reçu 1 dose de ce vaccin, peu importe leur âge ou leur statut immunitaire à la 1re dose

Réponse au vaccin

Immunogénicité

La réponse immunitaire à la vaccination a été évaluée chez 1 396 des 38 546 sujets âgés de 60 ans et plus d’une étude à double insu avec placébo. Six semaines après la vaccination, les titres géométriques moyens d’anticorps contre le virus varicelle‑zona étaient multipliés par un facteur de 1,7 dans le groupe des vaccinés.

Une étude sur la réponse cellulaire au vaccin a également été réalisée. Six semaines après la vaccination, les valeurs des moyennes géométriques de la réponse cellulaire étaient multipliées par 2 dans le groupe des vaccinés.

L’innocuité et l’immunogénicité du vaccin Zona-VA ont été démontrées chez les personnes âgées de 50 ans et plus. Les titres géométriques moyens d’anticorps contre le virus varicelle‑zona étaient multipliés par 2,3 chez les vaccinés.

Efficacité

Lors de l’étude à double insu avec placébo menée auprès de 38 546 sujets âgés de 60 ans et plus, l’efficacité globale du vaccin Zona-VA pour prévenir le zona sur un suivi moyen de 3,1 années a été de 51 %. Cette efficacité était maximale (64 %) chez les sujets âgés de 60 à 69 ans. Elle était de 41 % chez les sujets âgés de 70 à 79 ans et de seulement 18 % chez les sujets âgés de 80 ans et plus. Une sous‑population de 14 270 sujets a été suivie sur une période allant jusqu’à 7 ans, période au cours de laquelle l’efficacité globale a été de 49 % contre le zona et de 65 % contre la névralgie post‑herpétique.

Une étude sur l’efficacité du vaccin Zona-VA chez 22 439 personnes âgées de 50 à 59 ans a montré une efficacité pour prévenir le zona de 70 %. Cette étude comporte un recul médian de 1,3 année.

La fréquence et la gravité du zona commencent à augmenter vers 50‑60 ans. Étant donné qu’on ne connaît pas la durée de protection au‑delà d’une période de 5 ans, on ignore si la vaccination des personnes plus jeunes, notamment celles âgées de 50 à 60 ans, leur assurera une protection continue lorsqu’elles seront plus âgées, soit au moment où la fréquence du zona est plus élevée.

Dernière mise à jour : 29 novembre 2018

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page