Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Vaccinologie pratique

Maladie neurologique

Pour les besoins de la vaccination, on répartit les personnes souffrant de troubles neurologiques en 2 catégories : celles qui souffrent de troubles neurologiques préexistants et celles chez qui les symptômes d’une nouvelle affection sont apparus après la vaccination.

Troubles neurologiques préexistants

Les personnes souffrant de troubles neurologiques (ex. : sclérose en plaques) courent un risque accru de morbidité et de mortalité associées aux maladies évitables par la vaccination.

On administre à ces personnes tous les vaccins recommandés, soit les vaccins du calendrier régulier et les vaccins additionnels recommandés (voir  Calendriers de vaccination, Vaccins recommandés et gratuits selon les conditions médicales et Vaccins recommandés et gratuits selon les milieux ou les habitudes de vie).

Troubles neurologiques apparus après la vaccination

Troubles neurologiques qui ne sont pas des contre‑indications ni des précautions

Épisodes d’hypotonie-hyporéactivité, de convulsions fébriles ou non fébriles ou encore de pleurs persistants chez les enfants après un vaccin contre la coqueluche ou autre : administrer tous les vaccins recommandés.

Névrite brachiale (très rare après un vaccin comprenant le composant tétanique et généralement réversible) : administrer tous les vaccins recommandés.

Syndrome de Guillain‑Barré dans les 6 semaines suivant l’administration d’un vaccin contre l’influenza

Chez les adultes, s'il existe, le risque de SGB est de l’ordre de 1 cas par million de doses après le vaccin saisonnier et de l’ordre de 1 à 2 cas par million de doses après le vaccin pandémique.

Chez les enfants, il n’y a pas de risque accru de SGB.

Il est prudent d’éviter de redonner le vaccin antigrippal aux enfants et aux adultes qui ont présenté un SGB dans les 6 semaines suivant une vaccination contre la grippe.

On peut administrer une dose subséquente du vaccin si le SGB apparaît après un intervalle de 6 semaines après la vaccination contre la grippe ou si une autre cause est découverte (ex. : une infection à Campylobacter jejuni).

Syndrome de Guillain-Barré dans les 6 semaines suivant l’administration d’un vaccin ayant un composant tétanique

Chez les enfants et les adultes, si une association existe, elle est exceptionnelle.

On doit évaluer les bénéfices de la poursuite de la vaccination et du risque naturel de récurrence d’un SGB.

En général, on peut compléter la vaccination.

Troubles neurologiques pour lesquels il n’existe aucune association

Troubles du spectre autistique chez l’enfant avec le vaccin RRO et les vaccins contenant du thimérosal.

Troubles neurologiques démyélinisants chez les enfants âgés de 6 à 23 mois (groupe d’âge étudié) avec le vaccin Inf.

Épisodes ou rechutes de sclérose en plaques chez l’adulte avec les vaccins HB et Inf.

Paralysie de Bell et les vaccins Inf injectables.

Dernière mise à jour : 30 avril 2018, 15:50

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page