Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Vaccins

HB : vaccin contre l'hépatite B

Composition

Deux vaccins inactivés contre l’hépatite B sont distribués au Canada :

  • Engerix‑B (GSK);
  • Recombivax HB (Merck).

Ces vaccins sont faits à partir de l’AgHBs. L’AgHBs est produit par une levure (Saccharomyces cerevisiæ) qui, après la recombinaison génétique, contient le gène codant pour l’AgHBs. Cette levure produit de l’AgHBs à l’état pur, mais pas de virus entier.

Chaque dose d’Engerix‑B contient :

  • 20 µg/ml d’AgHBs;
  • 0,5 mg/ml d’hydroxyde d’aluminium;
  • une solution tampon saline phosphatée.

Chaque dose de Recombivax HB contient :

  • 10 µg/ml ou 40 µg/ml d’AgHBs;
  • 0,5 mg/ml d’hydroxyphosphate d’aluminium;
  • 70 µg/ml de borate de sodium, moins de 1 % de protéines de levure et moins de 15 µg/ml de formaldéhyde;
  • une solution de 9,0 mg/ml de chlorure de sodium.

Présentation

  • Engerix‑B : 
    • Fiole unidose de 0,5 ml ou de 1 ml.
  • Recombivax HB  :
    • Fiole unidose de 0,5 ml ou de 1 ml (10 µg/ml d’AgHBs)
    • Fiole unidose de 1 ml (40 µg/ml d’AgHBs).

Les vaccins ont l’aspect d’une solution légèrement opaque et blanchâtre.

Indications

Vérifier les indications du vaccin HA, car plusieurs indications de ce vaccin s’appliquent également au vaccin HB. Lorsque les 2 vaccins sont indiqués, voir le vaccin HAHB.

Au Québec, le programme de vaccination contre l’hépatite B comprend :

Préexposition

Gratuit

Vacciner les nourrissons.

Gratuit

Vacciner les élèves en 4e année du primaire.

Gratuit

Vacciner les adolescents âgés de moins de 18 ans au moment de leur 1re dose.

Gratuit

Vacciner les personnes à risque accru de contracter l’hépatite B ou de présenter des complications :

  • Personnes présentant une maladie chronique du foie (ex. : porteur de l’hépatite C, cirrhose).
  • Personnes qui ont subi une greffe de cellules souches hématopoïétiques.
  • Personnes qui attendent ou qui ont subi une transplantation d’organe plein.
  • Personnes immunodéprimées et PVVIH.
  • Personnes ayant une déficience congénitale en anticorps ou une autre déficience immunitaire congénitale (ex. : syndrome de Di George).
  • Personnes hémodialysées et personnes sous dialyse péritonéale ainsi que personnes pour lesquelles une dialyse est prévisible (ex. : insuffisance rénale chronique).
  • Personnes atteintes d’hémophilie et personnes qui sont appelées à recevoir fréquemment des produits sanguins.
  • HARSAH.
  • Personnes qui ont plusieurs partenaires sexuels.
  • Personnes qui ont eu récemment une ITS et leurs partenaires sexuels.
  • Utilisateurs de drogues par injection.
  • Utilisateurs de drogues dures par inhalation (ex. : crack, cocaïne) qui partagent leur matériel de consommation (ex. : paille, cuillère).
  • Détenus des établissements correctionnels. Le vaccin est gratuit dans le cas des établissements correctionnels de compétence provinciale.
  • Pensionnaires des établissements pour déficients intellectuels.
  • Personnes qui ont des contacts sexuels ou qui vivent avec un porteur du VHB ou avec un cas d’hépatite B aiguë (cela inclut les services de garde en milieu familial).
  • Enfants vivant sous le même toit qu’une personne qui utilise des drogues par injection ou qu’une personne infectée par le VIH ou le VHC.
  • Personnes, enfants ou adultes, qui fréquentent le même service de garde qu’un enfant infecté par le VHB.
  • Étudiants qui courront un risque professionnel d’être exposés au sang et aux produits sanguins ou qui risqueront de subir des piqûres ou des coupures accidentelles.
  • Contacts domiciliaires d’un enfant adopté qui provient d’un pays où l’endémicité de l’hépatite B est modérée ou élevée. Idéalement, ces personnes devraient être vaccinées avant l’arrivée de l’enfant.
  • Enfants dont la famille élargie provenant de régions où l’endémicité de l’hépatite B est modérée ou élevée a immigré au Canada et qui risquent d’être exposés à des porteurs du VHB dans leur famille.
  • Personnes faisant partie de communautés dans lesquelles l’hépatite B est endémique.
  • Bénévoles qui courent un risque d’être exposés au sang et aux produits sanguins ou qui risquent de subir des piqûres ou des coupures accidentelles, sur présentation d’une preuve d’affiliation.
  • Travailleurs des organismes communautaires qui courent un risque d’être exposés au sang et aux produits sanguins ou qui risquent de subir des piqûres ou des coupures accidentelles, sur présentation d’une preuve d’affiliation.

Pour obtenir des renseignements concernant les régions où l’hépatite B est endémique, voir le Guide d’intervention santé‑voyage Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre..

Recommandé

Vacciner les personnes à risque accru de contracter l’hépatite B :

  • Personnes qui prévoient séjourner dans des régions où l’hépatite B est considérée comme endémique; pour obtenir des renseignements concernant les régions où l’hépatite B est endémique, voir le Guide d’intervention santé‑voyage Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre..
  • Personnes qui courent un risque professionnel d’être exposées au sang et aux produits sanguins ou qui risquent de subir des piqûres ou des coupures accidentelles, notamment certains travailleurs de la santé, les personnes intervenant en situation d’urgence (ex. : policiers, pompiers, ambulanciers), les embaumeurs, le personnel des établissements pour déficients intellectuels.
  • Certaines personnes qui travaillent dans le domaine de la recherche sur le VHB.
Autorisé

Vacciner les personnes qui souhaitent réduire leur risque de contracter l’hépatite B.

Postexposition

Gratuit

Administrer le vaccin et les HBIg (immunoglobulines contre l’hépatite B) aux personnes réceptives :

  • Nouveau‑nés dont la mère a souffert d’une hépatite B aiguë au cours du 3e trimestre de la grossesse.
  • Nouveau‑nés dont la mère est AgHBs positif.
  • Nouveau-nés de mères qui présentent une hépatite B aiguë après l’accouchement et pour lesquelles on ne peut exclure la contagiosité au moment de l’accouchement (indépendamment des résultats du test AgHBs effectué durant la grossesse).
  • Nouveau‑nés dont le poids à la naissance est inférieur à 2 000 g et dont la mère a un statut inconnu au regard de l’AgHBs.
    • Rechercher la présence de l’AgHBs chez la mère. Administrer d’emblée le vaccin et les HBIg, sauf si la mère se révèle AgHBs négatif à l’intérieur d’un délai de 12 heures suivant la naissance.
  • Personnes ayant eu récemment des contacts sexuels avec un sujet atteint d’hépatite B aiguë.
  • Personnes qui vivent sous le même toit qu’un cas d’hépatite B aiguë et qui ont possiblement été exposées au sang de ce dernier, par exemple parce qu’ils ont utilisé le même rasoir ou la même brosse à dents.
  • Victimes d’agression sexuelle.
Gratuit

Administrer le vaccin, avec ou sans les HBIg, aux personnes réceptives :

  • Nouveau‑nés dont le poids à la naissance est égal ou supérieur à 2 000 g et dont la mère a un statut inconnu au regard de l’AgHBs.
    • Rechercher la présence de l’AgHBs chez la mère. Administrer d’emblée le vaccin, sauf si la mère se révèle AgHBs négatif à l’intérieur d’un délai de 12 heures suivant la naissance. Si la mère se révèle AgHBs positif, administrer les HBIg.
  • Partenaires sexuels de personnes atteintes d’hépatite B chronique. Pour ces personnes, on administrera le vaccin seul (voir Préexposition). L’ajout des HBIg sera envisagé pour les nouveaux partenaires avec exposition sexuelle récente (moins de 14 jours).
Gratuit

Envisager l’administration du vaccin, avec ou sans les HBIg, aux personnes réceptives exposées à du sang contaminé par le VHB ou susceptibles de l’être (voir Exposition par voie percutanée, muqueuse ou cutanée), soit par :

  • Voie percutanée (ex. : piqûre d’aiguille, morsure profonde provoquant un saignement visible).
  • Voie muqueuse (ex. : éclaboussure dans un œil, le nez ou la bouche, relation sexuelle non protégée, agression sexuelle).
  • Voie cutanée (peau lésée).

Exposition par voie percutanée, muqueuse ou cutanée

L’algorithme postexposition à l’hépatite B résume la conduite à tenir en cas d’exposition potentielle au VHB par voie muqueuse, cutanée ou percutanée (ex. : piqûre d’aiguille, morsure profonde provoquant un saignement visible). La conduite à tenir varie selon le statut immunitaire ou vaccinal de la personne exposée et le statut de la source (à haut risque d’être infectée ou non).

Aucune intervention pour le VHB n’est nécessaire après une exposition significative lorsque la personne :

  • A acquis une immunité naturelle à la suite d’une infection antérieure par le VHB.
  • A déjà eu un résultat d’anti‑HBs égal ou supérieur à 10 UI/L alors qu’elle était âgée de 1 an ou plus (voir Interprétation de la sérologie postvaccinale).

Une intervention pour le VHB est nécessaire lorsque la personne est exposée à une source infectée par le VHB ou à une source à haut risque de l’être. Si la personne exposée :

  • N’est pas vaccinée ou est une non‑répondeuse connue : administrer les HBIg en plus du vaccin.
  • A eu de nouveaux partenaires sexuels avec exposition récente (moins de 14 jours) : administrer les HBIg en plus du vaccin. L’ajout d’HBIg sera généralement non pertinent s’il y a probabilité d’expositions antérieures répétées.
  • A des antécédents de vaccination contre l’hépatite B : compléter la vaccination au besoin.

Pour plus de détails, voir le Guide pour la prophylaxie et le suivi après une exposition au VIH, au VHB et au VHC Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre..

Contre‑indications

Anaphylaxie suivant l’administration d’une dose antérieure du même vaccin ou d’un autre produit ayant un composant identique.

Précautions

Voir Vaccinologie pratique, Précautions.

Le CIQ recommande une posologie augmentée du vaccin pour les personnes dont la réponse au vaccin peut être sous-optimale (voir Administration) :

Personnes dont la réponse au vaccin HB peut être sous-optimale

  • Personnes immunodéprimées;
  • Personnes infectées par le VIH;
  • Personnes souffrant de maladie hépatique chronique;
  • Personnes dialysées ou en attente de dialyse;
  • Utilisateurs actuels et réguliers de drogues dures par inhalation ou par injection avec une détérioration de leur état de santé ou des conditions de vie précaires.

Interchangeabilité

Les vaccins disponibles sont interchangeables si la posologie prévue pour chacun est respectée.

Recherche d’anticorps

Avant la vaccination

La détection systématique des anti‑HBs avant la vaccination n’est pas recommandée. Les réactions défavorables ne sont pas plus importantes lorsque le vaccin est administré à des personnes immunes.

La recherche sérologique d’anti‑HBs pourrait être envisagée chez les personnes ayant couru un grand risque d’infection par le VHB dans le passé. Un dépistage de l’hépatite B serait aussi indiqué pour ces personnes. Si le contexte est propice au dépistage (personnel formé, counseling prétest et post‑test possible, voir le Guide québécois de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang) Ce lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre., le dépistage de l’hépatite B pourrait être effectué en même temps que la recherche sérologique d’anti‑HBs. Dans le cas contraire, on devrait diriger la personne vers une clinique de dépistage.

La recherche sérologique ou le dépistage ne devraient pas retarder la vaccination lorsqu’une exposition est prévisible.

Après la vaccination

La détection systématique des anti‑HBs après la vaccination chez les personnes en santé n’est habituellement pas recommandée.

S’il est indiqué, le dosage des anti‑HBs devrait être réalisé après un intervalle de 1 mois et d’au plus 6 mois après la fin de la série vaccinale.

La détection des anti‑HBs après la vaccination est indiquée pour les :

  • Nouveau‑nés de mères AgHBs positif.
  • Personnes dont la réponse au vaccin HB peut être sous-optimale (voir Précautions).
  • Personnes présentant un risque continu ou répété d’exposition au VHB (ex. : partenaires sexuels de porteurs chroniques, utilisateurs de drogues par injection).
  • Personnes qui requièrent une prophylaxie postexposition (voir Algorithme postexposition à l’hépatite B).
  • Victimes d’agression sexuelle.
  • Travailleurs, stagiaires et étudiants qui courent ou qui courront un risque d’être exposés au VHB dans leur milieu professionnel. Si le dosage des anti‑HBs est d’au moins 10 UI/L, aucune intervention ne sera nécessaire après une exposition à une source potentielle de VHB.

    Pour les travailleurs, les stagiaires et les étudiants qui courent ou qui courront un risque d’être exposés au VHB dans leur milieu professionnel et qui ont reçu leur dernière dose du vaccin il y a plus de 6 mois, sans dosage des anti‑HBs après la vaccination, une évaluation postexposition est recommandée en cas d’accident (voir Algorithme postexposition à l’hépatite B).

Interprétation de la sérologie postvaccinale

Si le titre d’anti‑HBs est égal ou supérieur à 10 UI/L, l’interprétation de la sérologie dépend de l’âge de la personne au moment où la sérologie a été effectuée :

  • Si la personne était âgée de 1 an ou plus au moment de la sérologie, on considérera la personne comme protégée, peu importe ses antécédents vaccinaux. Aucune dose de vaccin ne sera alors nécessaire.
  • Si la personne était âgée de moins de 1 an au moment de la sérologie et que sa vaccination était incomplète ou inconnue, on administrera 1 dose de vaccin après l’âge de 1 an.

Si le titre d’anti-HBs est inférieur à 10 UI/L, l’interprétation de la sérologie dépend du moment où le dépistage a été effectué :

  • Si le dosage a été effectué entre 1 et 6 mois après la fin de la série vaccinale, on considérera la personne comme une non‑répondeuse (résultat négatif) ou comme une faible répondeuse (résultat entre 1 et 9 UI/L ou anti‑HBs mesurables, mais sous le seuil de 10 UI/L).

    Chez les non‑répondeurs, on peut répéter une 2e série vaccinale, selon le calendrier pour l’âge, et refaire un dosage des anti‑HBs de 1 à 2 mois plus tard. De 50 à 70 % des personnes répondront à cette 2e série, et il est peu probable que l’administration de doses additionnelles de vaccin augmente cette réponse. Si le titre d’anti‑HBs est toujours inférieur à 10 UI/L, aucune autre dose de vaccin n’est recommandée (voir la note).

    Chez les faibles répondeurs, on peut envisager de revacciner avec 1 seule dose et de refaire un dosage des anti‑HBs de 1 à 2 mois plus tard. Après 1 seule dose additionnelle de vaccin, de 33 à 83 % des faibles répondeurs atteignent un titre protecteur d’anticorps. Si le titre est inférieur à 10 UI/L, la revaccination sera poursuivie selon le calendrier pour l’âge, et la sérologie sera répétée. Si le titre d’anti‑HBs est toujours inférieur à 10 UI/L, aucune autre dose de vaccin n’est recommandée (voir la note).
  • Si le dosage a été effectué plus de 6 mois après la fin de la série vaccinale, on peut être en présence d’un non‑répondeur, d’un faible répondeur ou d’un répondeur dont le niveau d’anticorps a décliné. Il est alors recommandé d’offrir une dose de vaccin et de refaire un dosage des anti‑HBs de 1 à 2 mois plus tard. Si le titre d’anti‑HBs est d’au moins 10 UI/L, la personne est considérée comme répondeuse, et aucune autre dose de vaccin n’est nécessaire. Si le titre est inférieur à 10 UI/L, la vaccination sera poursuivie selon le calendrier pour l’âge, et la sérologie sera répétée. Si le titre d’anti‑HBs est toujours inférieur à 10 UI/L, aucune autre dose de vaccin n’est recommandée.

    Note : En l’absence d’information sur l’état de porteur, un dépistage de l’hépatite B pourrait être indiqué. Si le contexte est propice au dépistage (personnel formé, counseling prétest et post-test possible, voir le Guide québécois de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang Ce lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre.), les sérologies pourraient être effectuées sur place. Dans le cas contraire, on devrait diriger la personne vers une clinique de dépistage.

Manifestations cliniques après la vaccination

Voir Manifestations cliniques, Présentation des manifestations cliniques.

Risque attribuable au vaccin

Les données du tableau suivant proviennent d’une étude québécoise réalisée auprès de 1 129 enfants âgés de 8 à 10 ans. L’incidence des manifestations dans la semaine suivant la vaccination a été comparée à celle dans la semaine précédente. Il n’y avait aucun excès de manifestations plus de 1 semaine après la vaccination.

RAV HB
Manifestations Semaine suivant la vaccination
%
Semaine précédant la vaccination
%
RAV
%
Réactions locales 3,0 0,0 3,0*
Céphalée

4,9

2,1 2,8*
Problèmes digestifs

5,1

3,3 1,8*
Étourdissements, fatigue

4,7

2,0 2,7*
Infections respiratoires

11

11 0,0
Au moins 1 manifestation quelconque 24,2 13,6 10,6*

* Différence statistiquement significative.

Manifestations cliniques observées

La plupart des MCO sont bénignes et transitoires.

Des réactions allergiques anaphylactiques ont exceptionnellement été rapportées (de 1 à 9 sur 1 million).

Les données épidémiologiques n’ont pas démontré de lien causal entre le vaccin HB et les affections suivantes : le syndrome de fatigue chronique, la sclérose en plaques, la névrite optique, le SGB, l’arthrite rhumatoïde et le syndrome de mort subite du nourrisson.

Administration

Bien agiter la fiole avant d’administrer le vaccin. Les sels d’aluminium tendent à former un dépôt blanc au fond de la fiole.

Une fiole entamée doit être utilisée le plus rapidement possible au cours d’une même séance de vaccination, car les vaccins ne contiennent pas d’agents de conservation.

Administrer le contenu du format unidose par voie IM.

Exceptionnellement, 2 doses d’un même vaccin HB peuvent s’additionner. Par exemple, 2 doses pédiatriques administrées le même jour sont équivalentes à 1 dose adulte.

Trois calendriers différents pour les vaccins HB sont présentés :

L’administration systématique d’une dose de rappel aux personnes immunocompétentes n’est pas recommandée. Chez une personne ayant déjà eu des anti‑HBs au‑delà du seuil protecteur (≥ 10 UI/L), l’absence d’anticorps ne signifie pas l’absence de protection en raison de la persistance de la mémoire immunologique.

Il n’est pas recommandé de faire une recherche d’anti‑HBs chez les personnes vaccinées qui ne font pas partie des groupes visés pour la recherche  d’anticorps après la vaccination, quel que soit le temps qui s’est écoulé depuis la vaccination.

Calendrier régulier d’Engerix-B et Recombivax HB (10 µg/ml)

Le calendrier régulier de vaccination des enfants nés à partir du 1er juin 2019 inclut l’administration de 2 doses du vaccin DCaT-HB-VPI-Hib à l’âge de 2 et 4 mois ainsi que l’administration de 1 dose du vaccin HAHB à l’âge de 18 mois.

Le calendrier régulier de vaccination des enfants nés avant le 1er juin 2019 inclut l’administration de 3 doses du vaccin DCaT-HB-VPI-Hib à l’âge de 2, 4 et 18 mois.

Le calendrier régulier inclut l’administration de 1 dose du vaccin HAHB et de 1 dose du vaccin HB en milieu scolaire en 4e année du primaire.

Âge à la 1re dose

Nombre de

doses

Précisions

Pour les indications de recherche sérologique après la vaccination, voir Recherche d’anticorps.

Pour les jeunes en 4e année du primaire avec une immunodépression connue, on utilisera un calendrier à 3 doses de 0,5 ml du vaccin HAHB à 0, 6 et 12 mois, puis on effectuera le dosage des anti-HBs entre 1 et 2 mois après la fin de la série vaccinale.

Moins de 1 an

3

Posologie : 0,5 ml

La 1re dose est recommandée à partir de l’âge de 2 mois

Intervalles minimaux : 4 semaines entre la 1re et la 2e dose; 8 semaines entre la 2e et la 3e dose

La 3e dose est recommandée à l’âge de 1 an ou plus, mais elle est valide si elle est donnée plus tôt

1 à 19 ans

2

Posologie : 0,5 ml (1 ml pour la 2e dose si donnée à 20 ans ou plus)

Intervalle recommandé : 6 mois

Intervalle minimal : 5 mois

20 ans et plus

3

Posologie : 1 ml

Intervalles recommandés : 4 semaines entre la 1re et la 2e dose; 5 mois ou plus entre la 2e et la 3e dose

Intervalle minimal : 4 semaines

Pour connaître d’autres calendriers valides du vaccin HB, voir Calendriers de vaccination, Liste des calendriers des vaccins contre les hépatites.

Calendrier d’Engerix-B et Recombivax HB (10 µg/ml) pour les nouveau-nés dont la mère est AgHBs positif, est de statut inconnu pour l’AgHBs ou a eu une hépatite B aiguë au 3e trimestre de la grossesse
Dose

Intervalle

Précisions
1re

Dès la naissance, sinon
dans les 7 jours

Posologie : 0,5 ml

Si la mère est AgHBs positif ou a eu une hépatite B aiguë au 3e trimestre, administrer 1 dose d’HBIg dès la naissance (voir HBIg)

Si la mère est de statut inconnu pour l’AgHBs, administrer ou non les HBIg (voir Indications, Postexposition)

2e

1 mois après
la 1re dose

Posologie : 0,5 ml

Intervalle minimal : 4 semaines

Si le bébé pèse moins de 2 000 g à la naissance :

  • administrer la 2e dose dès que le bébé pèse ≥ 2 000 g ou atteint l’âge de 2 mois
  • administrer la 3e dose 1 mois après la 2e dose
  • administrer une 4e dose, 5 mois après la 3e dose (intervalle minimal de 8 semaines)
3e

5 mois après
la 2e dose

Âge minimal : 6 mois moins 2 semaines

Posologie : 0,5 ml

Intervalle minimal : 8 semaines après la 2e dose

La dose peut être administrée avec le vaccin hexavalent DCaT‑HB‑VPI‑Hib

Doser l’AgHBs et les anti‑HBs de 1 à 2 mois après la dernière dose. Si les 2 résultats sont négatifs, administrer 3 doses de vaccin à l’enfant en suivant le calendrier régulier.
Calendrier d’Engerix-B et Recombivax HB (40 µg/ml) pour les personnes dont la réponse au vaccin HB peut être sous-optimale

Âge à la
1re dose

Nombre de

doses

Précisions

Doser les anti-HBs entre 1 et 2 mois après la 3e dose.

Si le risque d’exposition persiste, un dosage des anti-HBs pourrait être effectué annuellement.

La nécessité d’une dose de rappel sera déterminée selon le risque d’exposition et le résultat du dosage des anti-HBs.

1 à 19 ans

3

Posologie : 1 ml Engerix-B ou 0,5 ml Recombivax HB (40 µg/ml)

Intervalles recommandés : 4 semaines entre la 1re et la 2e dose; 5 mois ou plus entre la 2e et la 3e dose

Intervalle minimal : 4 semaines

Pour les jeunes en 4e année du primaire avec une immunodépression connue, on utilisera un calendrier à 3 doses de 0,5 ml du vaccin HAHB à 0, 6 et 12 mois, puis on effectuera le dosage des anti-HBs entre 1 et 2 mois après la fin de la série vaccinale.

20 ans et plus

3

Posologie : 2 ml Engerix-B ou 1 ml Recombivax HB (40 µg/ml)

Intervalles recommandés : 4 semaines entre la 1re et la 2e dose; 5 mois ou plus entre la 2e et la 3e dose

Intervalle minimal : 4 semaines

Il est possible d’utiliser 1 ou 2 sites différents pour administrer 2,0 ml

Réponse au vaccin

Immunogénicité

Les calendriers de vaccination actuellement recommandés assurent la production des anticorps protecteurs chez environ 95 % des personnes vaccinées.

Même dans un contexte où l’on ne dispose pas du temps nécessaire pour compléter le calendrier vaccinal (ex. : voyageur, personne en centre de détention ou en centre jeunesse), il est fortement recommandé de commencer la vaccination contre l’hépatite B si celle‑ci est indiquée.

Les études montrent que 2 doses de vaccin HB administrées à 6 mois d’intervalle aux jeunes de 1 à 19 ans sont hautement immunogènes et sont considérées comme efficaces contre la maladie aiguë et chronique.

Dans plusieurs études, les facteurs suivants ont été associés à une réponse immunitaire moins satisfaisante : âge supérieur à 40 ans, présence d’une maladie chronique, sexe masculin, tabagisme et obésité. Dans ce dernier cas, il est primordial d’utiliser une aiguille suffisamment longue pour injecter le vaccin dans le muscle, et non dans le tissu sous‑cutané ou adipeux.

Plusieurs études menées chez des nourrissons à la naissance ont montré une plus faible immunogénicité, une perte plus rapide d’anticorps et une perte de mémoire immunitaire plus importante de 10 à 30 ans après la vaccination.

  • Pour ces raisons, la vaccination contre l’hépatite B à la naissance n’est recommandée que pour les bébés nés de mères AgHBs positif. Pour ces bébés, on recommande une vérification de la réponse à la fin de la série vaccinale.
  • Par contre, il est préférable d’attendre l’âge de 2 mois avant de vacciner les autres nourrissons pour qui le vaccin HB est recommandé. Dans leur cas, il est souhaitable d’administrer la dernière dose de la série vaccinale à l’âge de 1 an ou plus afin de favoriser la persistance de l’immunité à long terme.

Le type de vaccin et le dosage peuvent influencer la réponse immunitaire. Ainsi, chez les adultes âgés de 40 ans et plus, l’Engerix‑B produirait l’apparition d’anti‑HBs à des titres protecteurs chez 6 % de plus de personnes que le Recombivax HB.

  • En effet, 2 études menées auprès d’adultes âgés de 40 ans et plus ont démontré un taux protecteur d’anti‑HBs chez 87 % et 91 % des personnes vaccinées avec l’Engerix‑B, mais chez 81 % et 85 % des personnes vaccinées avec le Recombivax HB.

Efficacité

Chez les personnes en bonne santé, la protection conférée par le vaccin dure très longtemps, probablement à vie.

Actuellement, la communauté scientifique s’entend pour dire que la protection clinique conférée par le vaccin est liée à l’atteinte d’un niveau d’anti-HBs égal ou supérieur à 10 UI/L, et non à la concentration maximale d’anti‑HBs atteinte. Avec le déclin du niveau d’anti‑HBs, une très faible proportion de personnes vaccinées exposées au VHB pourraient développer une infection asymptomatique.

Des études ont montré que les cas d’infection chronique ou de maladie chez les personnes adéquatement vaccinées sont extrêmement rares. On ne sait toutefois si ces cas étaient déjà infectés au moment de la vaccination.

Algorithme postexposition à l’hépatite B

L’algorithme suivant décrit la démarche décisionnelle pour la prophylaxie postexposition à l'hépatite B. L’outil interactif Aide à la décision pour la postexposition à l’hépatite B Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre. permet d’arriver aux mêmes conduites à tenir.

L'image présente un algorithme d'aide à la décision pour la prophylaxie postexposition à l'hépatite B (vaccin et immunoglobulines).

  1. Dans le cas de morsure humaine, considérer les 2 personnes comme exposées.
  2. Aucune mesure n’est à prendre si la personne a déjà des marqueurs d’infection par le VHB (anti‑HBc ou AgHBs positif).
  3. Si anti-HBs ≥ 10 UI/L, considérer la personne comme protégée à l’avenir (si la vaccination a été commencée avant l’âge de 12 mois et que le calendrier vaccinal est incomplet, il est recommandé de le compléter).
  4. Exposition potentielle au VHB par la voie percutanée (ex. : piqûre d’aiguille, morsure profonde provoquant un saignement visible), par la voie muqueuse (ex. : éclaboussure contenant du sang dans un œil, le nez ou la bouche, relation sexuelle non protégée, agression sexuelle) ou à du sang par la voie cutanée (peau lésée).
  5. Voir Indications pour les facteurs de risque et Calendriers de vaccination pour les indications selon l’âge.
  6. Voir Recherche d’anticorps.
  7. Voir Interprétation de la sérologie postvaccinale.
  8. Une source est à haut risque si elle provient d’une région où le niveau d’endémicité de l’hépatite B est élevé, si elle a des relations sexuelles avec un partenaire qui est infecté par le VHB ou qui est à haut risque de l’être, si elle est un contact familial étroit d’une personne infectée, si elle utilise des drogues par injection, si elle a reçu du sang ou des produits sanguins avant 1970 ou s’il s’agit d’une agression sexuelle. Dans la mesure du possible, il faut tester la source. La provenance d’une source inconnue (ex. : seringue trouvée dans la rue, dans une clinique pour ITS, une clinique de désintoxication ou une clinique de nourrissons) constitue un indicateur utile du niveau de risque. Voir le Guide pour la prophylaxie et le suivi après une exposition au VIH, au VHB et au VHC.
  9. À partir de ce point, si la source est connue comme AgHBe positif ou est en phase de réactivation, considérer la personne exposée comme non vaccinée et administrer les HBIg selon l’algorithme.
  10. À partir de ce point, si la personne est immunodéprimée, la considérer comme non vaccinée.
  11. Le dosage des anti-HBs doit être obtenu le plus rapidement possible afin d’éviter l’administration inutile du vaccin ou des HBIg. L’efficacité des HBIg est inconnue si le délai dépasse 7 jours.
  12. Dans le cas d’exposition sexuelle à une personne source porteuse chronique du VHB ou à une personne à risque élevé d’être infectée, administrer le vaccin seul. L’ajout des HBIg sera envisagé pour les nouveaux partenaires avec exposition sexuelle récente (moins de 14 jours).
  13. Une 2e dose d’HBIg doit être donnée 1 mois après la 1re dose dans le cas de non‑répondeurs connus après 2 séries vaccinales complètes.
  14. Doser les anti-HBs entre 1 et 6 mois après la fin de la série vaccinale et, le cas échéant, au moins 6 mois après les HBIg.
  15. En l’absence d’information sur l’état de porteur, un dépistage de l’hépatite B serait indiqué (voir Interprétation de la sérologie postvaccinale, Note).

Dernière mise à jour : 03 mai 2019

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page