Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Immunologie de la vaccination

Immunoglobulines contre les maladies évitables par la vaccination

Les immunoglobulines sont des extraits protéiques du sérum sanguin provenant habituellement d’un pool de nombreux donneurs.

Elles sont constituées d’anticorps, principalement d’IgG avec un peu d’IgM et d’IgA, qui reconnaissent certains pathogènes et s’y attaquent. Elles sont utilisées en postexposition à une MEV.

Les immunoglobulines sont administrées par voie IM.

Les concentrations sériques maximales sont atteintes entre 48 et 72 heures après leur administration.

Il existe 2 types d’immunoglobulines :

  • Immunoglobulines non spécifiques : utilisées contre l’hépatite A et la rougeole (voir Ig).
  • Immunoglobulines spécifiques : utilisées contre l’hépatite B (voir HBIg), la rage (voir RIg), le tétanos (voir TIg) et le virus varicelle-zona (voir VarIg).

Les procédés utilisés varient d’un fabricant à l’autre en fonction de la matière première, sang ou plasma, collectée pour la fabrication des immunoglobulines. La sécurité des immunoglobulines est assurée de plusieurs façons :

  • Lors du don de sang :
    • Un questionnaire est remis à chaque donneur à chaque don de sang pour savoir s’il est à risque d’avoir une ITSS;
    • Le don est refusé en présence d’un risque d’ITSS;
    • Un dépistage est effectué sur chaque don de sang pour l’hépatite B, l’hépatite C, le VIH‑1, le VIH‑2 et le VIH‑O (ou VIH Outlier);
    • Les épreuves et les maladies dépistées peuvent varier dans le temps, notamment en fonction de la disponibilité de tests plus performants;
    • Tout test positif entraîne l’élimination du don.
  • Lors de la fabrication des immunoglobulines, d’autres mesures de sécurité sont utilisées :
    • Utilisation de chaleur et d’alcool;
    • Nanofiltration;
    • Traitement au solvant‑détergent ou au caprylate, maintien à pH bas et ultrafiltration pour inactiver entre autres le VIH, le VHB et le VHC;
    • Fractionnement pour éliminer les prions.

L’administration par voie IM des immunoglobulines commercialisées en Amérique du Nord n’a jamais été associée à la transmission d’une maladie, incluant le VIH, l’hépatite C et la maladie de Creutzfeldt‑Jakob.

Dernière mise à jour : 30 avril 2018, 15:50

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page