Information pour les professionnels de la santé

Menu de la publication

Vaccinologie pratique

Principes pour l'administration des vaccins

Âge d’administration

Pour connaître les âges minimaux d’administration des vaccins, voir Calendriers de vaccination, Âge minimal pour amorcer la vaccination.

Si une dose a été administrée à un âge moindre que l’âge minimal, il faut :

  • Redonner la dose à l’âge recommandé, car la réponse immunitaire peut être sous-optimale.
  • Respecter l’intervalle minimal prévu entre chaque dose, calculé à partir de la dose administrée trop précocement.
Facteurs influençant l’âge d’administration des vaccins

Facteurs

Précisions

Transfert passif d’anticorps maternels

Interaction antagoniste potentielle entre la réponse immunitaire des tout-petits en cas de présence d’anticorps maternels

Maturité du système immunitaire

Capacité d’un individu d’un âge donné à développer une réponse immunitaire

Risque de maladie

Risque, lié à l’âge, de développer la maladie ou ses complications

Voie d’administration

Les vaccins doivent être donnés selon la voie recommandée par le fabricant. Dans le cas d’une erreur à cet égard, la conduite à tenir varie selon la situation.

Lorsqu’un vaccin inactivé devant être administré par voie IM a été administré par voie SC :

  • Redonner la dose par la voie recommandée (IM) :
    • Le même jour si l’erreur est constatée sur place.
    • En respectant l’intervalle minimal depuis la dose administrée incorrectement si l’erreur n’est pas constatée sur place.

Des exceptions existent pour certains vaccins :

  • Vaccin Hib : l’administration par voie SC amène une bonne réponse immunitaire.
  • Vaccin Inf injectable : l’administration par voie SC amène une bonne réponse immunitaire, mais peut entraîner plus de réactions locales.
  • Vaccin Men-C-ACWY : l’administration par voie SC amène une réponse immunitaire comparable à celle suivant l’administration par voie IM.
  • Vaccin Pneu-C : le taux de séroconversion après l’administration par voie SC est comparable à celui suivant l’administration par voie IM, mais il existe un risque accru de réactions locales.
  • Vaccin Typh-I : la voie SC est aussi immunogène que la voie IM.

Lorsqu’un vaccin inactivé devant être administré par voie SC a été administré par voie IM :

  • Ne pas redonner la dose, car la réponse immunitaire est aussi bonne.
  • Cependant, il peut y avoir des réactions locales plus importantes selon le vaccin.

Lorsqu’un vaccin vivant atténué devant être administré par voie SC a été administré par voie IM :

  • Ne pas redonner la dose, car la réponse immunitaire est aussi bonne.
  • La voie d’administration n’influence pas la réponse immunitaire parce que les virus vaccinaux pénètrent rapidement dans le sang et se répliquent dans les cellules de l’hôte disséminées à travers tout le corps.

Intervalle entre les doses d’un même vaccin

Les intervalles recommandés permettent de générer la meilleure immunogénicité, surtout chez les jeunes enfants.

Les intervalles minimaux permettent de rattraper un retard de vaccination pour que l’enfant revienne le plus rapidement possible au calendrier régulier prévu pour son âge. Ils servent aussi à évaluer la validité des doses de vaccin précédemment reçues.

Un intervalle de 1 mois équivaut à 4 semaines ou à 28 jours. Un intervalle de plus de 1 mois est calculé selon les mois du calendrier, à l’exception d’un intervalle de 8 semaines (ex. : vaccin Pneu-C). Ainsi, pour un intervalle de 6 mois, une personne vaccinée le 1er février pourra recevoir la prochaine dose à compter du 1er août.

Lorsqu’une dose est administrée avec un intervalle moindre que l’intervalle minimal recommandé :

  • Redonner la dose, car elle est considérée comme non valide.
  • Respecter l’intervalle minimal ou l’intervalle recommandé prévu initialement, calculé à partir de la dose administrée trop précocement.

Par exemple, si la 1re dose du vaccin Var a été donnée le 1er juin et que la 2e dose est donnée le 26 juin, l’intervalle minimal de 28 jours n’est pas respecté et la 2e dose est considérée comme non valide. La 2e dose devra donc être redonnée après au moins 28 jours, soit à partir du 24 juillet.

Lorsqu’une dose est administrée avec un intervalle plus long (parfois plusieurs années) que l’intervalle recommandé :

  • Ne pas redonner la dose.
  • Poursuivre le calendrier de vaccination là où il a été arrêté, peu importe le temps qui s’est écoulé depuis la dernière dose.

Par exemple, si la 1re dose du vaccin HB a été donnée le 1er juin 1998 et que la 2e dose est donnée le 1er juin 2018, l’intervalle minimal de 28 jours est respecté et la 2e dose est considérée comme valide. Ainsi, la 3e dose pourra être donnée après au moins 28 jours (intervalle minimal), soit à partir du 29 juin 2018.

Intervalle entre des vaccins différents (incluant le test cutané à la tuberculine)

Les intervalles varient selon les types de vaccins administrés.

Vaccins inactivés

Un vaccin inactivé peut être administré en même temps qu’un autre vaccin inactivé ou qu’un vaccin vivant atténué ou n’importe quand avant ou après.

Exception : les vaccins Pneu-C et Pneu-P.

  • Respecter un intervalle de 8 semaines si le vaccin Pneu-C est donné en premier et un intervalle de 1 an si le vaccin Pneu-P est donné en premier.

Vaccins vivants atténués injectable ou intranasal

Un vaccin vivant atténué injectable ou intranasal peut être administré en même temps qu’un vaccin inactivé ou n’importe quand avant ou après.

Administrer un vaccin vivant atténué injectable ou intranasal en même temps (le même jour) qu’un autre vaccin vivant atténué injectable ou que le vaccin Inf intranasal ou à au moins 4 semaines (28 jours) d’intervalle.

Une baisse d’efficacité du vaccin Var a été démontrée en cas de non‑respect de l’intervalle minimal après le vaccin RRO.

Vaccins vivants atténués oraux

Un vaccin vivant atténué administré par voie orale peut être donné en même temps qu’un autre vaccin vivant atténué ou qu’un vaccin inactivé ou n’importe quand avant ou après.

Test cutané à la tuberculine

Un TCT peut être fait avant l’administration de vaccins vivants atténués injectables ou du vaccin Inf intranasal, en même temps ou au moins 4 semaines après.

On peut faire un TCT en même temps que des vaccins inactivés ou vivants atténués administrés par voie orale ou encore n’importe quand avant ou après.

Cette conduite s’explique par la possibilité que le composant contre la rougeole du vaccin RRO diminue temporairement la sensibilité à la tuberculine et que d’autres vaccins vivants atténués injectables aient le même effet.

Intervalle entre les immunoglobulines, les autres produits sanguins et les vaccins

L’administration de vaccins peut être reportée en raison de l’administration d’immunoglobulines ou d’autres produits sanguins.

Les anticorps monoclonaux humanisés contre le virus respiratoire syncytial, le palivizumab (Synagis), ne sont pas des produits sanguins et n’interfèrent pas avec la réponse immunitaire aux vaccins.

Vaccins inactivés

Un vaccin inactivé peut être administré en même temps que des immunoglobulines ou d’autres produits sanguins ou n’importe quand avant ou après.

Les immunoglobulines et les autres produits sanguins n’interfèrent pas avec la réponse immunitaire aux vaccins inactivés.

Vaccins vivants atténués

Vaccins contenant des virus vivants atténués de la rougeole ou de la varicelle

Ces vaccins peuvent être administrés au moins 2 semaines avant ou après un intervalle pouvant aller jusqu’à 11 mois après des immunoglobulines ou d’autres produits sanguins, selon le produit utilisé. 

L’immunisation passive ou la présence d’anticorps dans les produits sanguins pourrait interférer avec la réponse immunitaire à ces vaccins.

Pour le vaccin Zona-VA , en l’absence de données, le CIQ recommande de retarder de 3 mois son administration après l’injection d’IgIV.

Pour la protection contre la rubéole, il n’y a pas d’intervalle à respecter (voir le vaccin RRO) à la suite de l’administration d’immunoglobulines anti-Rho (D).

Pour des informations détaillées sur les intervalles recommandés, voir le tableau ci-dessous.

Intervalles recommandés entre l’administration d’immunoglobulines ou d’autres produits sanguins et l’administration de vaccins contenant des virus vivants de la rougeole ou de la varicelle

Produit

Indication

Dose

Intervalle (mois)

Ig

Prévention de l’hépatite A

0,02 ml/kg IM

3

Ig

Prévention de l’hépatite A

0,06 ml/kg IM

3

Ig

Prévention de la rougeole

0,25 ml/kg IM

5

Ig

Prévention de la rougeole

0,5 ml/kg IM

6

IgIV

Traitement d’un déficit immunitaire en anticorps

300 à 400 mg/kg IV

8

IgIV

Traitement d’un déficit immunitaire en anticorps

1 000 mg/kg IV

10

IgIV

Traitement du purpura thrombopénique idiopathique ou du syndrome de Kawasaki

2 000 mg/kg IV

11

Anticorps monoclonaux contre le VRS

Prévention VRS

15 mg/kg/mois IM

0

Immunoglobulines contre le cytomégalovirus

Prévention ou traitement

150 mg/kg IV

6

HBIg

Prophylaxie de l’hépatite B

0,06 mg/kg IM

3

RIg

Prophylaxie de la rage

20 UI/kg IM

4

TIg

Prophylaxie du tétanos

250 unités IM

3

VarIg

Prophylaxie de la varicelle

125 unités/10 kg IM

5

Immunoglobulines anti‑Rho (D)

s.o.

s.o.

3

Albumine

s.o.

s.o.

0

Globules rouges lavés

s.o.

10 ml/kg IV

0

Globules rouges reconstitués

s.o.

10 ml/kg IV

3

Sang total

s.o.

10 ml/kg IV

6

Culot globulaire

s.o.

10 ml/kg IV

5

Produits plasmatiques
ou plaquettaires

s.o.

10 ml/kg IV

7

Adapté d’AGENCE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA, « Partie 1 : Information clé sur l’immunisation : Produits sanguins, immunoglobulines humaines et moment de l’immunisation Ce lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre. », Guide canadien d’immunisation, tableau 1.

Si ces intervalles n’ont pas été respectés, il faut administrer de nouveau les vaccins selon les recommandations du tableau.

Autres vaccins vivants atténués que ceux contenant des virus vivants de la rougeole ou de la varicelle

Ces vaccins (FJTyph-O,  BCGInf intranasal et Rota) peuvent être administrés en même temps que des immunoglobulines ou d’autres produits sanguins ou n’importe quand avant ou après.

Les immunoglobulines et les autres produits sanguins n’interfèrent pas avec la réponse immunitaire à ces vaccins.

Intervalle entre les vaccins et les dons de sang

Héma-Québec a défini des périodes d’interdiction durant lesquelles un don de sang n’est pas accepté s’il y a eu vaccination. Ces périodes peuvent être modifiées en tout temps par Héma‑Québec.

Les périodes d’interdiction de don de sang sont :

  • Vaccins inactivés : aucune, sauf pour le vaccin HB (4 semaines) et le vaccin Rage administré en postexposition (52 semaines).
  • Vaccins vivants atténués : 4 semaines, sauf pour le vaccin Var (3 mois) et le vaccin BCG (6 semaines).

Dernière mise à jour : 29 novembre 2018

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page