Information pour les professionnels de la santé

Maladie de Lyme

Description de la maladie

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse causée par des bactéries spirochètes du complexe Borrelia burgdorferi sensu lato. En Amérique du Nord, la maladie de Lyme est principalement causée par la bactérie Borrelia burgdorferi sensu stricto. Aux États-Unis, on retrouve également B. mayonii alors qu’en Europe et en Asie, d'autres espèces de Borrelia y sont associées (B. garinii et B. afzelli). La maladie peut entraîner des manifestations cliniques cutanées, neurologiques, articulaires, cardiaques et oculaires qui varient selon la génoespèce en cause et le stade d’évolution de la maladie. Cette bactérie se transmet par la piqûre d'une tique infectée du genre Ixodes : I. scapularis (nord-est de l’Amérique), I. pacificus (nord-ouest de l’Amérique), I. ricinus (Europe) et I. persulcatus (Asie).

Pour obtenir de l'information générale sur la maladie de Lyme, les mesures de protection et de prévention et les consignes pour le retrait d’une tique, consultez la page Maladie de Lyme Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. de Québec.ca.

Cycle de vie de la tique

Plusieurs espèces de tiques sont présentes au Québec. Toutefois, la seule espèce qui peut y transmettre la maladie de Lyme est la tique Ixodes scapularis, aussi appelée « tique du chevreuil » ou « tique à pattes noires ». Ces tiques se retrouvent dans les régions boisées, les arbustes, les hautes herbes et les amas de feuilles mortes. Les tiques ont trois stades de développement : larve, nymphe et adulte. À chacun de ces stades, la tique doit se nourrir du sang des animaux ou des humains pour passer au stade suivant. Ainsi, elles tentent de s’accrocher aux hôtes potentiels à leur portée.

Une grande variété de petits, moyens et grands mammifères ainsi que plusieurs espèces d’oiseaux peuvent servir d’hôtes aux I. scapularis. Les humains sont des hôtes accidentels.

La souris à pattes blanches est l’hôte principal des larves et des nymphes (stades immatures) d’I. scapularis. Elle est aussi le réservoir principal de B. burgdorferi sur lequel les tiques s’infectent. La tique adulte s’attache habituellement à des animaux de grande taille, dont le cerf de Virginie, son hôte préféré. La reproduction a souvent lieu sur le cerf de Virginie. Ce dernier ne constitue pas un réservoir compétent pour la bactérie, mais semble important pour le maintien des populations d’I. scapularis dans l’environnement. Lors de leur migration, les oiseaux sont responsables de la dispersion des tiques sur de grandes distances. Cela explique la découverte de tiques et le risque d’être piqué par une tique infectée dans toutes les régions du Québec. Toutefois, le risque de contracter la maladie de Lyme est plus grand dans les zones où des populations de tiques infectées par le Borrelia burgdorferi sont établies.

Les cas de maladie de Lyme sont généralement acquis lors d’une piqûre d’Ixodes scapularis au stade de nymphe. Les nymphes sont petites (de la taille d’un grain de pavot) et restent généralement attachées à la peau plus longtemps. Elles sont plus actives pendant les mois du printemps et de l’été. Les tiques au stade adulte sont de la taille d’une graine de sésame, donc plus faciles à repérer, et elles sont plus actives à l’automne. Les tiques peuvent également être actives l’hiver par temps doux et lorsqu’il n’y a pas beaucoup de neige. Un temps de contact prolongé entre la tique et la peau est nécessaire à la transmission de la bactérie. Le risque de contracter la maladie est faible si une tique infectée reste accrochée à la peau moins de 24 heures. Ce risque augmente avec la durée du contact.

Tiques

Source : Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) - Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)
Des tiques femelles et mâles ainsi que des larves et des nymphes ont été récoltées au Québec.

Dernière mise à jour : 30 mai 2019

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2020 Haut de page