Une mise à jour importante des infrastructures technologiques est prévue dans la nuit du 4 au 5 avril 2020. De brèves interruptions de service pourraient survenir durant cette période.

Information pour les professionnels de la santé

COVID-19 pour les professionnels

Directives au réseau, directives cliniques, outils d'information, informations générales

Flash Surveillance

Les normes sociales au regard du cannabis en quelques chiffres

Plusieurs comportements, dont les habitudes de consommation de substances psychoactives, sont influencés par les normes sociales. Ces normes sont des règles, plus ou moins formelles, qui sont partagées à l’intérieur d’un groupe et auxquelles il existe une certaine pression à se conformer (Institut national de santé publique du Québec, 2012 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.). Or, dans le cas de la consommation de cannabis, les normes descriptives (prévalence perçue de consommation dans son entourage) et les normes subjectives (pression perçue de l’entourage face à la consommation) ont une influence importante sur le comportement (Institut national de santé publique du Québec, 2010 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.). Ainsi, s’il est perçu que l’usage de cannabis est fréquent dans un certain groupe de la population et que cet usage est socialement acceptable, il est plus probable qu’un individu de ce groupe maintienne ou envisage d’en consommer.

Les normes sociales peuvent évoluer dans le temps. Le nouvel encadrement du cannabis à des fins non-médicales pourrait influencer notamment l’acceptabilité sociale de son usage, les croyances quant à ses effets ainsi que la perception du nombre de personnes qui en consomment. Ces nouvelles normes sociales pourraient à leur tour influencer les comportements de consommation de cannabis.

Ce que les données montrent

Selon les données de l’Enquête québécoise sur le cannabis (EQC) 2018 Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre., menée avant la légalisation du cannabis, la majorité de la population québécoise âgée de 15 ans et plus ne consomme pas de cannabis. En effet, la proportion de personnes ayant consommé du cannabis au cours des 12 mois précédant l’enquête est de 14 %. Globalement, presque la moitié des Québécois (48 %) estime que la consommation occasionnelle de cannabis est socialement acceptable.

Acceptabilité sociale de la consommation occasionnelle de cannabis selon l’âge Perception du risque pour la santé de consommer régulièrement du cannabis

Source : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le cannabis, 2018.

Acceptabilité sociale de la consommation occasionnelle de cannabis selon l’âge Perception du risque pour la santé de consommer régulièrement du cannabis

Les adultes de 18 à 24 ans et de 25 à 34 ans perçoivent plus favorablement la consommation occasionnelle de cannabis que les personnes des autres groupes d’âge. Ainsi, 64 % des 18 à 24 ans et 63 % des 25 à 34 ans estiment qu’il est socialement acceptable de consommer du cannabis à l’occasion, alors que cette proportion se situe entre 41 % et 46 % dans les autres groupes d’âge.

En 2018, les personnes ayant consommé du cannabis au cours des 12 mois précédant l’enquête sont proportionnellement plus nombreuses que celles n’en ayant pas consommé à percevoir que la consommation régulière de cannabis ne présente aucun risque, un risque minime ou un risque modéré pour la santé. Plus de la moitié (54 %) des personnes n’ayant pas consommé de cannabis au cours des 12 derniers mois perçoivent un risque élevé à la consommation régulière de cannabis, comparativement à 14 % chez celles qui en ont consommé.

Perception du pourcentage de personnes du même âge qui consomment du cannabis Perception du nombre de personnes dans l’entourage qui consomment du cannabis

Source : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le cannabis, 2018.

Perception du pourcentage de personnes du même âge qui consomment du cannabis Perception du nombre de personnes dans l’entourage qui consomment du cannabis

48 %

Avant la légalisation, 48 % de la population âgée de 15 ans et plus estime qu’au moins 30 % des personnes de leur âge consomment du cannabis.

Près des trois quarts des personnes de 15 à 17 ans (72 %) et de 25 à 34 ans (71 %) surestiment le pourcentage de personnes de leur âge qui consomment du cannabis. En effet, la proportion de personnes ayant consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois est de 22 % chez les 15 à 17 ans et de 26 % chez les 25 à 34 ans (données non présentées).

Environ le tiers (35 %) de la population estime qu’aucun membre de son entourage ne consomme de cannabis et la moitié (50 %) croit que c’est le cas de seulement quelques-uns d’entre eux. Environ une personne sur 10 estime que presque la moitié de son entourage consomme du cannabis et 5 % de la population présume que c’est le cas de chacun ou de la plupart d’entre eux.

Données complémentaires sur les normes sociales au regard du cannabis

  • Près de la moitié (48 %) des personnes âgées de 15 ans et plus estime que la consommation occasionnelle de cannabis à des fins récréatives est socialement acceptable. Un peu plus de la moitié (55 %) de la population croit que la consommation occasionnelle de tabac est socialement acceptable, tandis que la majorité (93 %) des personnes juge qu’il est acceptable de consommer de l’alcool à l’occasion.
  • La perception que la consommation de cannabis nuit à la capacité de conduire est moins répandue chez les adultes de 18 à 24 ans que chez les personnes des autres groupes d’âge (79 % contre 82 % à 88 % pour les 15-17 ans, 25-34 ans, 35-54 ans et 55 ans et plus).

EQC : Enquête québécoise sur le cannabis, 2018

Les données du présent Flash surveillance sont issues de l’EQC, une enquête provinciale réalisée par l’Institut de la statistique du Québec Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre., à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux. La population visée par l’enquête est constituée de l’ensemble des personnes de 15 ans et plus vivant dans un logement non institutionnel au Québec, à l’exclusion des personnes résidant dans les régions du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James ou dans les réserves indiennes. La mesure des normes sociales se fait à partir d’une série de questions portant sur les perceptions au regard du cannabis dans l’ensemble de la population. La mesure de surestimation du pourcentage de personnes du même âge qui consomment du cannabis correspond à la perception de la prévalence de consommation de cannabis des personnes du même âge mise en relation avec la consommation de cannabis mesurée au cours des 12 derniers mois dans le groupe d’âge correspondant.

Note

Les différences présentées dans les faits saillants sont toutes statistiquement significatives au seuil de 0,05.

Dernière mise à jour : 26 février 2020

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2020 Haut de page