Information pour les professionnels de la santé

Statistiques de santé et de bien être selon le sexe - Tout le Québec

Test de l'antigène prostatique spécifique

Proportion des hommes1 ayant passé un test de l’antigène prostatique spécifique (APS)2, selon le délai écoulé depuis le dernier test et selon le groupe d’âge, Québec, 2000-2001

Groupes d'âge

Moins d'un an

D'un an à moins de 2 ans

2 ans et plus

50 à 64 ans

33,0

8,9

6,9

65 ans et plus

43,7

6,7

13,0

Afficher le tableau des données

Source : Fichier de microdonnées à grande diffusion du Cycle 1.1 (2000-2001) de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), Statistique Canada

Tiré du rapport de l’onglet Plan national de surveillance produit par l’Infocentre de santé publique à l’Institut national de santé publique du Québec, le 20 décembre 2016. Mise à jour de l’indicateur le 27 janvier 2016.

1. Hommes de 50 ans et plus.

2. Le test de l'antigène prostatique spécifique (APS) consiste en un test sanguin qui permet de mesurer le taux d'une substance appelée « antigène prostatique spécifique » produite par la prostate.

Faits saillants

  • En 2000-2001, 48,8 % des hommes âgés de 50 à 64 ans et 63,4 % des hommes âgés de 65 ans et plus ont passé un test de l’APS.
  • Les hommes de 65 ans et plus sont proportionnellement plus nombreux (43,7 %) que les hommes de 50 à 64 ans (33,0 %) à avoir passé un test de l’APS au cours de l’année.
  • Toutefois, les hommes de 65 ans et plus sont aussi proportionnellement plus nombreux (13,0 %) que les hommes de 50 à 64 ans (6,9 %) à avoir laissé passer au moins 2 ans entre les tests de l’APS.

Dernière mise à jour : 19 février 2018, 16:40

À consulter aussi

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page