Information pour les professionnels de la santé

Maladie de Lyme

Aller au menu de la section

Évolution de la maladie au Québec

Depuis novembre 2003, la maladie de Lyme est considérée comme une maladie à déclaration obligatoire (MADO) au Québec. De 2004 à 2010, moins de 14 cas ont été déclarés annuellement.

En 2016, 179 cas de maladie de Lyme ont été rapportés au Québec, comparativement à :

  • 160 cas en 2015;
  • 126 cas en 2014;
  • 143 cas en 2013;
  • 43 cas en 2012;
  • 32 cas en 2011.

Les premiers cas de maladie de Lyme signalés touchaient des personnes ayant majoritairement contracté l'infection au cours d'un séjour à l'extérieur de la province. Cependant, la proportion de personnes ayant acquis l'infection au Québec a augmenté au cours des dernières années. Ainsi, parmi les cas de 2015 et 2016 pour lesquels l'information est connue, 71 % ont été acquis au Québec comparativement à 53 % en 2014, 50 % en 2013 et à 37 % en 2012. Au Québec, les cas ont acquis leur infection principalement dans les régions de l’Estrie et de la Montérégie.

Surveillance de la tique

Au Québec, les données disponibles permettent de confirmer la présence de populations de tiques Ixodes scapularis établies et infectées par le Borrelia burgdorferi, particulièrement dans les zones suivantes :

  • le nord et l’ouest de l'Estrie;
  • une grande partie de la Montérégie;
  • le sud-ouest de la région de la Mauricie-et-Centre-du-Québec;
  • le sud-ouest de l’Outaouais.

Les données de surveillance acarologique (surveillance des tiques) laissent croire que les tiques sont présentes dans plusieurs autres régions au Québec.

Selon les données de surveillance disponibles, on estime que moins de 20 % des tiques sont infectées par la bactérie Borrelia burgdorferi dans la plupart des zones à risque. Les tiques analysées ont été trouvées sur des humains ou sur leurs animaux de compagnie.

Au Québec, la période d'activité des tiques (adultes et stades immatures confondus) débute au mois d'avril et se termine vers la fin du mois de novembre. Conséquemment, les cas d'infection aiguë chez l'humain se situent autour de cette période.

Tiques

Source : LSPQ-INSPQ
Des tiques femelles et mâles ainsi que des larves et des nymphes ont été récoltées au Québec.

Carte de risque

Depuis 2015, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) élabore des cartes de risque afin de mieux qualifier le risque d’acquisition de la maladie de Lyme à la suite d’une piqûre de tique. Le niveau de risque a été défini en fonction des données de surveillance passive et active des tiques et de la surveillance des cas humains. La carte identifie les zones considérées endémiques.

La carte de risque est accessible dans la section Zoonoses Lien externe.du site de l’INSPQ.

Dernière mise à jour : 16 octobre 2017, 14:36

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard

Lien vers le portail du gouvernement du qubec
© Gouvernement du Québec, 2017