Information pour les professionnels de la santé

Maladie de Lyme

Surveillance de la maladie de Lyme

Il existe actuellement 2 formes de surveillance pour la maladie de Lyme au Québec :

  • La surveillance des cas humains, qui vise à décrire l’épidémiologie de la maladie au Québec. Comme la maladie de Lyme est une maladie à déclaration obligatoire, cette surveillance se fait de manière continue toute l'année par le biais du registre des maladies à déclaration obligatoire. Pour obtenir les données de surveillance humaine de la maladie de Lyme, consultez le Tableau des cas humains - Bilan 2018 ou des archives 2013-2017.
  • La surveillance des tiques, qui vise à déterminer les zones géographiques où la tique est présente. La surveillance des tiques permet d’évaluer le pourcentage de tiques infectées et également la progression géographique des tiques au Québec. 

L'instance qui est en charge de la surveillance des tiques est l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Il y a 2 composantes à la surveillance des tiques :

  • La surveillance acarologique passive : le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) de l’INSPQ reçoit des tiques en provenance de centres hospitaliers et de cliniques médicales et, dans certaines régions, de cliniques vétérinaires. Le LSPQ identifie les tiques et achemine ensuite les tiques de l’espèce Ixodes scapularis au Laboratoire national de microbiologie (LNM) à Winnipeg pour la détection de pathogènes. Pour plus de détails, consultez la page Maladie de Lyme – Analyse des tiques  du site de l'INSPQ.
  • La surveillance acarologique active : cette méthode consiste à prélever de manière systématique et standardisée les tiques directement sur le terrain. La méthode la plus couramment utilisée au Québec est la méthode de la flanelle. Il s’agit d’une technique qui permet de déterminer si la tique est établie et d’estimer le pourcentage de tiques infectées dans un environnement donné. On dit qu’une tique est établie lorsque la récolte a révélé la présence des 3 stades de la tique dans un secteur donné et sur une année. 

L'analyse de la tique par le LSPQ et le LNM ne sert qu'à des fins de surveillance et non à des fins de diagnostic et de traitement. Pour plus de détails sur les activités de surveillance intégrée, consultez le Plan d’analyse de la surveillance intégrée de la maladie de Lyme  de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). 

L’analyse intégrée de ces données de surveillance humaine et acarologique permet de produire une carte de risque d’acquisition de la maladie de Lyme au Québec .

Dernière mise à jour : 31 juillet 2018, 13:36

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Lien vers le portail du gouvernement du qubec
© Gouvernement du Québec, 2018 Haut de page