Ministère de la Santé et des Services sociaux

Information pour les professionnels de la santé

Vaccination contre la COVID-19

Vaccins à vecteur viral contre la COVID-19

Les vaccins à vecteur viral contiennent une version affaiblie d’un virus inoffensif pour l’humain dans lequel une partie du matériel génétique du virus a été introduit. Lorsque le vecteur viral pénètre dans nos cellules, il donne des instructions pour fabriquer la protéine S. Nos cellules font alors des copies de cette protéine. Notre système immunitaire reconnaît que cette protéine est étrangère et produit des lymphocytes T et des lymphocytes B pour la neutraliser.

Composition

Deux vaccins à vecteur viral sont disponibles au Canada : le vaccin de AstraZeneca et le vaccin Covishield du Serum Institute of India (SII). Le vaccin Janssen a été autorisé au Canada, mais n’est pas disponible au Québec.

Le vaccin de AstraZeneca et le vaccin Covishield sont considérés équivalents puisqu’ils sont produits selon la même formulation, soit celle fournie par AstraZeneca, à la suite d’un transfert technologique à la compagnie SII.

Ces vaccins contiennent :

  • une infime quantité d’adénovirus;
  • des sels (du chlorhydrate de L-histidine monohydraté, du chlorure de magnésium hexahydraté, du chlorure de sodium, de l’édétate disodique dihydraté);
  • des acides aminés (de la L-histidine);
  • des solvants (de l’éthanol, du Polysorbate 80);
  • du sucre (saccharose).

Ces vaccins, comme tous les autres vaccins administrés au Québec, ne contiennent pas de cellules ou de tissus dérivés d’humains ou d’animaux.

Comme les virus ne se répliquent que dans les cellules humaines ou animales, ces dernières sont essentielles pour fabriquer des vaccins. Toutes les cellules humaines utilisées pour produire les vaccins viraux proviennent de tissus rénaux de 2 fœtus avortés en 1973. Les cellules provenant de ces tissus sont répliquées en laboratoire depuis près de 50 ans, et aucun tissu fœtal supplémentaire n’a été ajouté à la lignée cellulaire. De petits échantillons de ces tissus sont utilisés afin de produire les cellules nécessaires à la fabrication des vaccins. Pendant la purification du vaccin, la totalité des cellules humaines utilisées est retirée.

Indications

Les vaccins à vecteur viral peuvent être administrés selon les âges suivants :

  • à partir de l’âge de 45 ans, lorsque la personne souhaite recevoir ce vaccin en 2e dose après une 1re dose d’un vaccin de AstraZeneca ou Covishield
  • à partir de 18 ans, lorsque les vaccins à ARN messager sont contre-indiqués.

Le CIQ recommande l’utilisation préférentielle des vaccins à ARN messager pour la 2e dose chez les personnes qui ont reçu une dose des vaccins AstraZeneca ou Covishield. Il n’est plus recommandé d’administrer un vaccin à vecteur viral pour la 1re dose. Les personnes de 45 ans et plus qui ont reçu une dose des vaccins AstraZeneca ou Covishield peuvent toutefois choisir de recevoir le même produit pour la 2e dose, car le risque de thrombose avec thrombocytopénie est beaucoup plus faible après la 2e dose.

À ce jour, il n’y a que peu ou pas de données sur l’innocuité et l’efficacité de ces vaccins pour les femmes allaitantes, les personnes immunosupprimées et celles atteintes d’une maladie auto-immune ou démyélinisante. Toutefois, la vaccination peut leur être offerte lorsque les bénéfices surpassent les risques.

Consulter le Protocole d’immunisation du Québec pour connaitre les précautions qui s’appliquent pour ces clientèles.

Manifestations cliniques

La majorité des gens ressentent de la douleur au point d’injection après la vaccination. Les réactions systémiques telles que la fatigue, les maux de tête, la fièvre et les frissons sont fréquentes, plus souvent après la 1re dose du vaccin. Ces réactions sont généralement légères ou modérées et durent de 24 à 48 heures.

Certains symptômes peuvent être causés par le vaccin lui-même (ex. : douleur à l’endroit où l’injection a été faite); d’autres problèmes peuvent arriver par hasard, sans lien avec le vaccin (ex. : rhume, gastro).

De 1 à 9 personnes sur 100 000 pourraient présenter une thrombose avec thrombocytopénie dans les 4 à 20 jours suivant sa vaccination. Il est important de recommander à la personne vaccinée de consulter rapidement un médecin ou contacter Info-Santé 811 si elle observe un essoufflement, des maux de tête graves ou persistants, une vision trouble, une douleur à la poitrine, une enflure des jambes, une douleur abdominale persistante ou la présence d’ecchymoses sur la peau.

Pour en savoir davantage sur les manifestations cliniques survenant après la vaccination contre la COVID‑19, consulter le Protocole d’immunisation du Québec.

Contre-indications

Les vaccins à vecteur viral sont contre-indiqués pour les personnes ayant un antécédent de réaction anaphylactique suivant l’administration d’une dose antérieure du même vaccin ou d’un autre produit ayant un composant identique, notamment le Polysorbate.

Ils sont contre-indiqués pour les personnes ayant un antécédent, confirmé ou non, de thrombose avec thrombocytopénie après la 1re dose d’un vaccin COVID-19 à vecteur viral ou de thrombocytopénie induite par l’héparine. Ils sont aussi contre-indiqués pour les personnes ayant un antécédent de syndrome de fuites capillaire idiopathique (maladie de Clarkson).

Consulter le Protocole d’immunisation du Québec pour connaître les précautions qui s’appliquent pour ces clientèles.

Efficacité

Dans des études menées chez plus de 10 000 sujets âgés de 18 ans et plus, après la 2e dose, l’efficacité du vaccin d’AstraZeneca à prévenir la COVID-19 augmentait lorsque l’intervalle entre les doses s’allongeait. Ainsi l’efficacité était de 62,1 %, 69,0 % et 81,6 % lorsque l’intervalle entre les doses était respectivement de 4 à 8 semaines, de 9 à 12 semaines et de plus de 12 semaines.

L’efficacité du vaccin 22 jours après la 1re dose et avant la 2e dose était de 64 %.

À noter que le vaccin à vecteur viral est efficace pour prévenir la forme grave de la maladie et empêcher les hospitalisations et les décès.

Dernière mise à jour : 18 août 2021, 14:45

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Haut de page