Information sur le ministère de la Santé et des Services sociaux

Réorganisation du réseau

Profil de compétence - Membre indépendant de conseil d'administration

Profil de compétence, d’expertise ou d’expérience des membres indépendants d’un conseil d’administration d’établissement du réseau de la santé et des services sociaux

Une personne se qualifie comme indépendante[1] si, entre autres, elle n'a pas, de manière directe ou indirecte, de relations ou d'intérêts, notamment de nature financière, commerciale, professionnelle ou philanthropique, susceptibles de nuire à la qualité de ses décisions eu égard aux intérêts de l’établissement. Ce profil est largement inspiré des travaux menés par le Collège des administrateurs de sociétés et l’École nationale d’administration publique.[2]

Le profil de compétences, d’expertise ou d’expérience réfère à un ensemble d’habiletés, de savoir-faire et de savoir-être que devraient posséder les administrateurs afin de pouvoir exercer adéquatement les responsabilités qui leur incombent. Le profil permet de préciser les compétences, l’expertise ou l’expérience recherchées de la part de chacun des membres indépendants, mais aussi de déterminer, dans un souci de complémentarité, celles que devrait posséder le conseil d’administration dans son ensemble.

Le profil établi par le ministre de la Santé et des Services sociaux servira à la sélection de candidats en vue de leur nomination. Le profil sert de guide pour la formation des nouveaux membres ou pour parfaire celle des membres expérimentés. Enfin, il peut être utilisé au moment de l’évaluation de la performance des membres. Les 17 compétences du profil sont regroupées en deux catégories : celles qui sont liées au savoir-être, et celles qui sont liées au savoir-faire. Afin de préciser la fonction de chaque membre indépendant, s’ajoutent l’expertise ou l’expérience qui lui sont propres. Enfin, tous les administrateurs doivent avoir une connaissance minimale du fonctionnement du réseau de la santé et des services sociaux ainsi qu’une connaissance relative de la fonction d’administrateur.

Les administrateurs des établissements du réseau de la santé et des services sociaux sont appelés à œuvrer dans un contexte de grande complexité, basé sur un historique de fusions et d’intégrations d’une quinzaine d’années. De plus, les établissements sont composés de plusieurs entités organisationnelles regroupant de multiples[3] installations, missions et professions, et offrant à la population d’un territoire (de faible à forte densité de population) des services de santé et des services sociaux. Cette gestion s’exercera dans une gouverne rapprochée avec le ministre de la Santé et des Services sociaux et le ministère de la Santé et des Services sociaux. La performance, l’expérience des usagers et la responsabilité populationnelle seront au cœur des processus décisionnels à tous les niveaux de l’établissement.

Le tableau qui suit décrit les 17 compétences attendues des membres des conseils d’administration des établissements du réseau de la santé et des services sociaux. Rappelons que l’objectif est de s’assurer d’une complémentarité des compétences entre les membres.

Tableau des compétences

Les compétences intrapersonnelles

  • la motivation
  • l’intégrité
  • la loyauté
  • l’indépendance d’esprit

Les compétences interpersonnelles

  • l’esprit d’équipe
  • l’écoute et la sensibilité
  • la communication
  • l’influence

Les compétences cognitives

  • l’analyse et la synthèse
  • l’objectivité
  • l’ouverture d’esprit
  • le sens de l’éthique

Les compétences fonctionnelles

  • la vision
  • le sens politique
  • le sens des responsabilités
  • l’esprit de décision et de solidarité
  • le sens de la gestion

Les compétences sont décrites ci-après de façon plus détaillée et sont assorties d’actions repères qui illustrent la façon dont elles se manifestent.

Les compétences liées au savoir-être

Elles se rapportent à la nature même de la personne dans sa manière d’être et de penser. Cette catégorie comprend les compétences intrapersonnelles et les compétences cognitives.

Dans les compétences intrapersonnelles, se retrouvent :

1. La motivation

Remplit les obligations découlant de son rôle de membre et témoigne de l’intérêt à servir la cause de l’organisation.

Actions repères :

  • met ses connaissances et ses compétences au service de l’organisation;
  • s’intéresse aux sujets traités dans les réunions du conseil;
  • contribue à l’avancement des travaux du conseil;
  • investit du temps et de l’énergie dans l’exercice de son rôle;
  • démontre du dynamisme, de la persévérance et du courage;
  • est intéressé au domaine d’activité de l’organisation;
  • démontre de la curiosité et de l’intérêt à se tenir à jour.
2. L’intégrité

Fait prévaloir les intérêts de l’organisation, se comporte avec probité, droiture et honnêteté et a une conduite qui le place au-dessus de tout soupçon.

Actions repères :

  • refuse ou ne sollicite pas, pour lui ou un autre, une faveur, un service ou une récompense;
  • évite de se servir de son statut pour en tirer un avantage ou pour favoriser quelqu’un;
  • utilise l’information aux seules fins qui sont prévues;
  • évite toute situation où il serait redevable;
  • évite de se retrouver dans une situation de conflits réels ou apparents.
3. La loyauté

Est fidèle à ses engagements envers l’organisation et s’acquitte de ses devoirs conformément aux exigences qui sont les siennes.

Actions repères :

  • respecte les lois, les règlements et les politiques en vigueur;
  • respecte les individus et les biens de l’organisation;
  • travaille dans les meilleurs intérêts de l’organisation;
  • soutient et défend l’organisation dans les situations qui le demandent;
  • représente dignement l’organisation dans les diverses activités;
  • s’acquitte de ses devoirs, dont celui de réserve, conformément aux attentes, aux exigences et aux orientations de l’organisation.
4. L’indépendance d’esprit

Est autonome, a la latitude nécessaire pour s’exprimer librement et dépasse ses intérêts personnels et corporatistes.

Actions repères :

  • assume ses responsabilités avec rigueur et professionnalisme;
  • exprime librement sa pensée et ses idées;
  • se fait une opinion sans parti pris ni préjugé;
  • évite de promouvoir ou de défendre ses intérêts personnels ou ceux du groupe dont il est issu.

Dans les compétences cognitives, se retrouvent :

5. L’esprit d’analyse et de synthèse

Comprend, décode et interprète l’information provenant de différentes sources, traite cette information et en tire des conclusions logiques.

Actions repères :

  • recherche l’information pertinente et saisit les occasions pour l’obtenir;
  • comprend rapidement le contenu des documents portés à son attention;
  • va à l’essentiel des choses;
  • fait la synthèse des éléments d’une situation;
  • envisage et énonce des pistes de solution;
  • saisit l’environnement et le fonctionnement général de l’organisation.
6. L’objectivité

S’appuie sur des faits plutôt que sur des perceptions.

Actions repères :

  • fait preuve de discernement et d’un jugement éclairé;
  • possède un sens critique;
  • apprécie avec justesse le sens et la portée des choses;
  • traite avec équité les individus et les situations qui se présentent;
  • démontre de l’impartialité, de la neutralité et de la non-partisanerie dans ses interventions.
7. L’ouverture d’esprit

Comprend et accepte des situations ou des opinions différentes et s’y adapte.

Actions repères :

  • prend en considération les différents aspects d’une situation;
  • est réceptif aux différents points de vue des autres;
  • s’adapte aux nouveautés ou aux situations changeantes qui se présentent;
  • propose ou accepte des compromis;
  • sait se rallier à la majorité des points de vue exprimés, lorsque nécessaire;
  • fait preuve d’une capacité à intervenir dans des situations variées.
8. Le sens de l’éthique

A une conduite conforme aux principes et aux règles de la morale et en tient compte dans les discussions et dans le processus de décision.

Actions repères :

  • respecte et promeut les normes et les valeurs de l’organisation;
  • dégage les impacts d’ordre éthique découlant des actions ou des décisions;
  • tient compte des valeurs privilégiées par l’organisation dans les débats;
  • démontre un souci de justice dans le règlement de situations litigieuses.

Les compétences liées au savoir-faire

Elles se rapportent à la personne dans ses interactions avec les autres et dans son fonctionnement concernant l’exercice de ses responsabilités comme membre du conseil. Cette catégorie comprend les compétences interpersonnelles et les compétences fonctionnelles.

Dans les compétences interpersonnelles, se retrouvent :

9. L’esprit d’équipe

S’intègre au conseil et collabore à la réalisation des objectifs établis, aux travaux du conseil et à leur avancement.

Actions repères :

  • s’implique dans des comités;
  • travaille en groupe;
  • participe activement aux discussions;
  • démontre une facilité à interagir avec les autres;
  • établit de bonnes relations et des liens de confiance avec les autres.
10. L’écoute et la sensibilité

Est attentif et disponible aux autres et à leur environnement et comprend leurs réalités propres.

Actions repères :

  • s’intéresse à l’autre sans distinction ni discrimination pour comprendre son point de vue;
  • s’assure de bien saisir le point de vue des autres;
  • intervient avec courtoisie auprès des autres;
  • fait preuve de diligence auprès des autres.
11. La communication

Transmet efficacement un message verbal ou écrit selon le type d’auditoire et selon la nature des circonstances et des événements.

Actions repères :

  • exprime clairement ses opinions et ses arguments;
  • transmet un message pertinent et en lien avec le sujet traité;
  • adapte son message en fonction des personnes auxquelles il s’adresse;
  • s’assure de la compréhension de son message par les autres;
  • utilise judicieusement l’information qui lui est transmise;
  • fait preuve de discrétion lorsque cela est requis;
  • fait preuve de retenue et de réserve dans la manifestation publique de ses opinions;
  • traite de façon confidentielle les renseignements portés à son attention.
12. L’influence

Oriente les discussions et les travaux du conseil, inspire les autres ou exerce un ascendant sur eux et amène les autres à comprendre et à accepter son point de vue.

Actions repères :

  • fait valoir son point de vue;
  • s’affirme dans les discussions;
  • cherche à convaincre les autres;
  • démontre de l’assurance et de la détermination;
  • oriente les discussions.

Dans les compétences fonctionnelles, se retrouvent :

13. La vision

Perçoit et projette l’organisation à moyen et à long terme en fonction des orientations ministérielles.

Actions repères :

  • comprend les réalités internes et externes de l’organisation;
  • lit et décode l’environnement interne et externe de l’organisation;
  • saisit les enjeux et les impacts des orientations et des politiques sur l’organisation et sur l’appareil gouvernemental;
  • a une vue d’ensemble des situations et de leurs conséquences;
  • fait des relations entre les éléments de l’environnement interne et entre ceux des environnements interne et externe.
14. Le sens politique

Tient compte de la dimension politique dans l’exercice de son rôle, dans les discussions et dans les décisions.

Actions repères :

  • saisit et comprend les jeux d’influence à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation;
  • met en contexte les politiques et les orientations gouvernementales;
  • évalue les impacts des décisions sur le plan politique relatifs au gouvernement, aux partenaires, aux clientèles, aux syndicats, etc.;
  • détecte le pouvoir relatif des différentes parties prenantes;
  • recherche le bon moment pour mettre en application une décision.
15. Le sens des responsabilités

Assume ses responsabilités dans une perspective d’imputabilité et de reddition de comptes.

Actions repères :

  • s’implique dans les réunions du conseil et des comités;
  • est disponible pour participer aux réunions du conseil et des comités;
  • prend connaissance de la documentation fournie avant les réunions du conseil;
  • est assidu aux réunions;
  • tient compte des attentes et des orientations de l’organisation;
  • accomplit les tâches demandées dans les délais impartis;
  • assume les conséquences de ses actions et de ses décisions;
  • évalue les risques potentiels en lien avec les situations ou les décisions;
  • met ses connaissances, ses compétences et ses expériences au service du conseil et des comités.
16. L’esprit de décision et de solidarité

Chemine dans un processus décisionnel et soutient la position adoptée en conseil.

Actions repères :

  • tente d’arriver à des conclusions après les discussions;
  • propose des solutions ou s’implique dans la recherche de solutions;
  • participe activement au processus de résolution de problèmes;
  • évalue les impacts des décisions et en assume les conséquences;
  • demeure solidaire d’une décision prise à la majorité, même en cas de désaccord.
17. Le sens de la gestion

Apporte une contribution significative dans la gestion des dossiers du conseil d’administration et dans la gestion des affaires de l’organisation.

Actions repères :

  • possède des connaissances et des qualifications dans le domaine de l’administration;
  • possède une expérience pertinente dans la gestion des affaires;
  • démontre un sens aigu de la planification, de l’organisation et du contrôle;
  • collabore à la mise en place de solutions en matière d’opportunité et de faisabilité pour l’organisation;
  • démontre une polyvalence certaine en gestion pour aborder et traiter les divers dossiers soumis au conseil.

Expertise et expérience spécifiques des membres indépendants d’un établissement non fusionné

1° Compétence en gouvernance ou éthique :

Expérience et expertise en matière de pratique et de règles de gouvernance, de membre d’un conseil d’administration
ou
Expérience et expertise en matière de conduite éthique des affaires d’organisation publique

2° Compétence en gestion des risques, finances et comptabilité :

Expérience solide quant aux conséquences des risques sur l’organisation
Expérience et expertise en matière financière et comptable

3° Compétence en ressources immobilières, informationnelles ou humaines :

Expérience et expertise en matière de génie-conseil, d’architecture et dans le secteur de la construction
ou
Expérience et expertise en matière de système informationnel à titre de principal dirigeant des technologies de l’information
ou
Expérience et expertise en matière de gestion des ressources humaines, notamment l’évaluation du rendement et de la performance des dirigeants, la dotation, la rémunération, les relations de travail et le développement organisationnel (gestion du changement)

4° Compétence en vérification, performance ou gestion de la qualité :

Expérience de gestion d’une organisation privée ou publique
ou
Expérience et expertise en matière de processus d’amélioration continue et de performance organisationnelle
ou
Expérience et expertise en matière d’identification, d’évaluation, de contrôle, d’atténuation et de suivi ou d’établissement de rapports des risques pour l’organisation

9° Expérience vécue à titre d’usager des services sociaux :

Expérience significative, à titre d’usager des services sociaux, issue d’une utilisation réelle et concrète

[1] Article 131 de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (RLRQ, chapitre S-4.2)

[2] Référence : Les devoirs et les responsabilités d’un conseil d’administration, Guide de référence, 2007

[3] Dans certains cas, missions suprarégionales avec ententes de service.

Dernière mise à jour : 24 mai 2018

Lien vers le portail du gouvernement du qubec
© Gouvernement du Québec, 2018