Information pour les professionnels de la santé

Prix d'excellence du réseau de la santé et des services sociaux

Aller au menu de la section

Accessibilité aux soins et aux services 2016

Prix d’excellence

L'analgésie par opioïde en milieu préhospitalier - CISSS de Chaudière-Appalaches

Les lauréats.

1. Docteur Gaétan Barrette 2. Docteur Alain Tanguay 3. Madame Denise Hébert 4. Monsieur Dominic Desrosiers-Fortin 5. Monsieur Daniel Paré 6. Docteur François Bégin 7. Madame Lucie Charlebois

Le projet lauréat

La douleur est l’un des symptômes les plus fréquemment évoqués au cours d’une demande de soins auprès des services préhospitaliers d’urgence (SPU). Le besoin en analgésie pour les usagers des SPU est réel, mais malheureusement négligé, notamment parce que les techniciens ambulanciers paramédics sont limités par la loi quant à la possession et à l’administration de stupéfiants. Ayant pour conviction que le soulagement de la douleur est un droit et non un privilège, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a lancé le projet d’analgésie par opioïde en milieu préhospitalier.

L’objectif est de soulager les patients avec du fentanyl, un puissant opioïde, tout en assurant leur sécurité par la surveillance étroite de leur condition. Pour ce faire, un nouveau protocole clinique a dû être entériné par le Collège des médecins du Québec, avec l’appui de l’Ordre des pharmaciens du Québec et de la Direction adjointe des services préhospitaliers d’urgence du ministère de la Santé et des Services sociaux. Aussi, un coffret de sécurité exclusif à ce type de service a dû être conçu et construit pour préserver la sécurité des stupéfiants à bord des véhicules ambulanciers.

Près de 350 techniciens ambulanciers paramédics ont reçu la formation à cette prestation de service. Cette solution novatrice pourrait être étendue à toutes les régions sociosanitaires du Québec. De fait, les résultats sont probants. La réduction de la douleur est d’environ 2 sur une échelle de 10! Enfin, un registre sur l’administration de fentanyl est tenu, et les données recueillies permettront de porter un jugement sur la qualité des interventions et l’efficacité du médicament, et donc, d’améliorer les façons de faire.

Mention d’honneur

Laboratoire de pathologie moléculaire du cancer du poumon - IUCPQ ─ Université Laval

1. Docteur Gaétan Barrette 2. Madame Nancy Boily 3. Docteur Christian Couture 4. Monsieur Denis Bouchard 5. Madame Nathalie Bastien 6. Docteur Philippe Joubert 7. Madame Michelle Audit 8. Docteur Sylvain Pagé 9. Madame Aline Aubé 10. Docteur François Aumond 11. Monsieur Joël Clément 11. Madame Lucie Charlebois

Le projet

Le cancer du poumon est la première cause de mortalité par cancer. Son faible taux de survie est généralement dû au stade avancé auquel il est diagnostiqué. C’est en vue d’améliorer l’accessibilité aux analyses moléculaires et aux thérapies ciblées pour les patients atteints de cancer du poumon que l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) — Université Laval a intégré un laboratoire de pathologie moléculaire du cancer du poumon à son laboratoire de pathologie existant.

Grâce à ce laboratoire bonifié, les patients atteints de cancer du poumon ont désormais accès à une prise en charge rapide de leur état, en continuité, c’est-à-dire des premiers symptômes au traitement en passant par l’investigation. Le laboratoire performant détecte toutes les mutations, incluant celles qui sont rares et de résistance, difficilement détectables dans les centres hospitaliers. Ils ont aussi accès, dans un même lieu, aux nouvelles thérapies dites ciblées, qui sont mieux adaptées aux personnes et qui comportent moins d’effets secondaires.

Dès sa première année d’activité en 2014, le laboratoire a analysé 844 échantillons avec un temps moyen de réponse de seulement 3,2 jours, soit une performance sans équivalent ailleurs au Canada! Par ailleurs, 99 % des analyses effectuées respectent la norme de 10 jours ouvrables. L’approche transdisciplinaire préconisée par l’IUCPQ, tant entre pathologistes et biologistes moléculaires qu’entre les autres corps d’emploi améliore la qualité des analyses en plus d’éliminer les sources de retard. La concentration de la réception des échantillons et de la transmission des résultats dans un même lieu, soit au sein du laboratoire de l’IUCPQ, est possible grâce aux interactions fluides qu’il a développées avec son réseau de quelque 26 centres hospitaliers répartis dans 12 régions du Québec. Cette initiative a eu des échos jusqu’à l’international.

Finalistes

  • CISSS de la Montérégie-Centre
  • CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Dernière mise à jour : 19 septembre 2017, 10:02

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard

Lien vers le portail du gouvernement du qubec
© Gouvernement du Québec, 2017