Ministère de la Santé et des Services sociaux

Information pour les professionnels de la santé

Bruit environnemental

Valeurs guides de l'Organisation mondiale de la Santé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié les premiers travaux sur le bruit en 1980. Depuis, l’OMS a mené trois vagues d’études afin d’élaborer des valeurs guides visant à préserver la santé, la qualité de vie et de bien-être des citoyens, en tenant compte des groupes vulnérables.

Les premières valeurs guides, proposées en 1999, ont découlé d’un consensus d’expert dont l’objectif était de disposer d’une applicabilité globale.

Dans un second temps, les valeurs établies en 2009 ont défini les seuils de bruits ne comportant pas d’effets nocifs sur la santé.

Les lignes directrices de 2018 se distinguent en proposant des recommandations en fonction des différentes sources du bruit, tournant le dos à l’idée d’adopter des valeurs guides applicables en toute circonstance. Désormais, des recommandations spécifiques s’appliquent aux sources de bruit environnemental venant de la circulation routière, du trafic aérien, du bruit d’éoliennes, des loisirs, impulsionnels et d’impacts. Cependant, pour toutes les situations non couvertes par les nouvelles lignes directrices, les recommandations précédentes sont toujours en vigueur.

L’OMS recommande que les décisions politiques et les règlements tiennent compte de trois principes directeurs encadrant l’enjeu du bruit environnemental. Ces principes, qui doivent être promus par le réseau de la santé et des services sociaux, sont les suivants :

  1. Réduire l’exposition tout en conservant les milieux calmes;
  2. Promouvoir les interventions de réduction de l’exposition et d’amélioration de la santé;
  3. Informer et impliquer les communautés affectées pour le bruit.
Résumé des valeurs recommandées par l’OMS en 2018 en fonction de diverses sources de bruit

Sources de bruit environnemental

Niveaux d’exposition recommandés à l’extérieur, sauf pour les loisirs (indicateur de mesure) le jour

Niveaux d’exposition recommandés à l’extérieur, sauf pour les loisirs (indicateur de mesure) la nuit

Note

Source : Nouvelles lignes directrices de l’Organisation mondiale de la Santé sur le bruit environnemental : changement d’approche, Institut national de santé publique du Québec Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.

Bruit de la circulation routière

53 dBA (Lden)

45 dBA (Lnight)

Forte recommandation de réduire l’exposition au bruit moyen en journée et pendant la nuit.

Bruit du trafic aérien

45 dBA (Lden)

40 dBA (Lnight)

Forte recommandation de réduire l’exposition au bruit moyen en journée et pendant la nuit.

Bruit du trafic ferroviaire

54 dBA (Lden)

44 dBA (Lnight)

Forte recommandation de réduire l’exposition au bruit moyen en journée et pendant la nuit.

Bruit d’éoliennes

45 dBA (Lden)

Qualité de preuve trop faible pour formuler des recommandations

Recommandation conditionnelle de mesures adaptées pour réduire l’exposition au bruit moyen en journée.

Bruit des loisirs (en considérant l’exposition cumulée à l’ensemble des sources, voir note)

70 dBA (LAeq, 24 h)

NA

Recommandation conditionnelle de réduire l’exposition moyenne annuelle à 70 dB LAeq, 24 h, résultant de toutes les sources combinées de bruit de loisirs pour limiter les pertes d’audition. Forte recommandation aux responsables politiques (c.-à-d. tous ceux en poste de décision : législateur, maire, etc.) d’appliquer des mesures de prévention.
Exposition cumulée à des sources de bruit telles que : discothèques, boîtes de nuit, pubs, salles d’entraînement et de mise en forme, événements sportifs, concerts ou spectacles de musique et écoute de musique à volume élevé sur des appareils d’écoute personnels.

Bruits impulsionnels et d’impacts (feux d’artifices, armes à feu, etc.)

140 dBC (LCpeak) ou (Lpeak,lin)
120 dBC (LCpeak) ou (Lpeak,lin)

NA

Recommandations conditionnelles de suivre les lignes directrices et la législation existantes, incluant le niveau d’action (135 dBC) pour l’exposition au bruit dû à un événement unique et aux bruits impulsionnels.

Liste des acronymes :

dB : Décibels, unité de mesure du bruit;

dBA : Décibels pondérés A pour correspondre à la réponse de l’oreille humaine pour les fréquences audibles;

dBC : Décibels pondérés C tenant compte de la sensibilité de l’oreille humaine pour les basses fréquences et les sons de forte intensité ou de très forte amplitude;

LAeq : Niveau de bruit continu équivalent (bruit moyen) pondéré A (dBA). Il correspond à l’ensemble des variations des niveaux de bruit observés durant un intervalle de temps;

LCpeak ou Lpeak,lin : Mesure de la valeur de crête (maximale), soit les pics de bruit dus à une élévation soudaine de la pression acoustique;

Lden : Niveau sonore continu équivalent (bruit moyen), pondéré A, pour une période de 24 heures (1 journée) ou niveau jour-soir-nuit. L’exposition en soirée (de 19 h à 23 h) est pénalisée de + 5 dBA, et celle pendant la nuit (de 23 h à 7 h) de + 10 dBA;

Lnight : Niveau de bruit moyen pendant la nuit (de 22 h à 6 h ou de 23 h à 7 h), habituellement pondéré A.

NOTE : des facteurs de conversion sont proposés pour ramener les valeurs Lden en valeurs LAeq.

Autres situations d’exposition

Pour les autres sources d’exposition au bruit non visées par les recommandations de 2018 de l’OMS, les valeurs guides suggérées antérieurement demeurent valides. Cela concerne, par exemple, le bruit de voisinage d’origine industrielle et le bruit nocturne dont les recommandations figurent dans les documents de 1999, Guidelines for Community Noise Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre., et de 2009, Night Noise Guidelines for Europe Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre..

Dernière mise à jour : 03 septembre 2019

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Haut de page