Information pour les professionnels de la santé

Programme Agir tôt

Contexte

En 2012, l’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM) Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. a révélé qu’au Québec, près d’un enfant sur quatre (25,6 %) est vulnérable dans au moins un des cinq domaines de développement visés :

  • santé physique et bien-être;
  • compétences sociales;
  • maturité affective;
  • développement cognitif et langagier;
  • habiletés de communication et connaissances générales.

En 2017, cette proportion a augmenté à 27,7 %.

Les défis actuels consistent à détecter rapidement l’ensemble des enfants susceptibles de présenter des vulnérabilités développementales et de les référer vers les bons services afin de soutenir le développement de leur plein potentiel dès leur plus jeune âge. Puisque les fenêtres d’opportunités d’apprentissage sont optimales entre 0 et 5 ans, il est très important d’identifier le plus tôt possible les difficultés que ces enfants rencontrent afin de leur offrir rapidement le soutien dont ils ont besoin.

Tous les acteurs du réseau de la santé (pédiatres, médecins de famille et professionnels), des services sociaux (incluant les organismes communautaires), de même que ceux du réseau des services de garde éducatifs à l’enfance et de l’éducation sont visés. Ensemble, ils contribueront à dépister plus rapidement les retards de développement et assurer le soutien aux enfants et aux familles.

Le programme Agir tôt s’inscrit en continuité et cohérence avec la Politique gouvernementale de prévention en santé qui vise à la fois le dépistage précoce des problèmes de développement, de même que l’intervention en temps opportun (mesure 4.6). La Politique prévoit plus largement d’augmenter à 80 % la proportion d’enfants qui commencent leur scolarité sans présenter de facteur de vulnérabilité pour leur développement. Rappelons qu’en 2017, cette proportion était à 72,3 %.

Par ailleurs, le programme Agir tôt contribue à l’atteinte de l’objectif 1.8 du Plan stratégique du ministère de la Santé et des Services sociaux 2019-2023 qui consiste à améliorer l’accès aux services destinés aux enfants, aux jeunes et à leurs familles.

Description

Le programme Agir tôt vise à :

  • Identifier le plus tôt possible les écarts potentiels de développement de l’enfant par rapport au développement d’enfants du même groupe d’âge (surveillance du développement);
  • Dresser le profil de développement et orienter l’enfant rapidement vers les bons services (dépistage);
  • Offrir les services qui correspondent aux besoins de l’enfant et sa famille (intervention).

Au début de l’année financière 2019-2020, un investissement récurrent de 48 M$ fut octroyé aux établissements du réseau de la santé et des services sociaux, dont les centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) et les centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS), pour soutenir le déploiement du programme Agir tôt et les services d’intervention de proximité. Pour l’année financière 2020-2021, un investissement additionnel de 40 M $ a été annoncé.

Volets du programme

Surveillance du développement de l’enfant avec l’outil ABCdaire 18mois+

Certains enfants ne sont actuellement pas rejoints par les services. Ils peuvent ne pas avoir accès à un suivi médical régulier, ne pas bénéficier de services du CLSC ou ne pas fréquenter de services de garde.

Une des stratégies retenues pour améliorer la surveillance du développement est de rejoindre ces enfants lors du rendez-vous de vaccination de 18 mois. En effet, pour certains enfants, ce rendez-vous représente le dernier contact formel avec le réseau de la santé et des services sociaux avant l’entrée à l’école. La vaccination est offerte à tous les enfants et environ 90 % des enfants du Québec reçoivent leurs vaccins à cet âge. La Société canadienne de pédiatrie reconnaît par ailleurs ce moment comme une excellente occasion d’intervention pour dépister d’éventuels retards de développement.

Le rehaussement des services de vaccination permettra aux infirmières du CLSC de remplir l’outil ABCdaire 18 mois+ lors du rendez-vous de vaccination de 18 mois. Ce questionnaire vise à identifier les facteurs de risque, les préoccupations parentales et les enfants pour qui des jalons de développement ne sont pas atteints. Lorsque des indices de vulnérabilité sont présents, les parents sont référés au CLSC pour le dépistage.

Un projet de démonstration de l’utilisation de l’ABCdaire 18mois+ au moment de la vaccination a été amorcé en janvier 2020. Le projet a été suspendu en mars en raison de la pandémie et a repris en septembre. Il se déroule dans les quatre établissements suivants :

  • CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal;
  • CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal;
  • CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue;
  • CISSS de Chaudière-Appalaches.

Dépistage avec la plateforme numérique

Le MSSS verra à améliorer la capacité de dépister les vulnérabilités au plan du développement chez les enfants de manière précoce par le déploiement d’une plateforme numérique. Cette plateforme regroupe des questionnaires de dépistage qui sont remplis par les parents, à partir d’un ordinateur ou un autre support informatique et d’une connexion Internet. Ils sont alors invités à répondre à des questions plus précises sur le développement de leur enfant.

La plateforme de dépistage permet également la compilation des résultats de ces différents questionnaires pour en faciliter l’analyse par un professionnel qui agit à titre de responsable clinique.

L’analyse réalisée par le responsable clinique confirme ou non la présence d’un retard de développement chez l’enfant. Lorsqu’un retard est confirmé, l’enfant est référé vers des services qui répondent à ses besoins.

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine, qui a initié le projet, collabore au déploiement de la plateforme numérique dans les quatre établissements suivants :

  • CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal;
  • CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal;
  • CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue;
  • CISSS de Chaudière-Appalaches.

La plateforme sera déployée progressivement dans l’ensemble des régions du Québec durant l’année 2021.

Cheminement d’une demande

Le dépistage précoce des enfants qui présentent des écarts potentiels dans leur développement est important. L’accès à la plateforme à des fins de dépistage peut être initié par différents acteurs. Par exemple, il peut s’agir du parent, de l’intervenant en service de garde, du médecin, de l’infirmière ou toute autre personne qui a des inquiétudes liées au développement d’un enfant entre 0 et 5 ans. L’utilisation de la plateforme permet de déterminer si des problématiques de développement sont présentes chez l’enfant. Pour référer un enfant au CLSC afin d’avoir accès à la plateforme de dépistage, le consentement parental est obligatoire.

Le cheminement d’une demande passe par un processus rigoureux :

  • Dans un premier temps, la démarche doit être expliquée aux parents de l’enfant afin d’obtenir un consentement libre et éclairé.
  • Par la suite, des codes d’accès sont transmis aux parents afin qu’ils puissent accéder à la plateforme et aux questionnaires de dépistage.
  • Les questionnaires sont assignés pour une complétion par les parents.
  • À la suite de la réception des questionnaires remplis, le responsable clinique en fait l’interprétation et, au besoin, il procède à une collecte de données supplémentaires auprès des parents afin de compléter l’analyse et de leur communiquer les résultats.
  • Si une orientation vers des services s’avère nécessaire, le responsable clinique accompagnera les parents afin qu’ils soient en mesure de comprendre les résultats et d’obtenir leur consentement pour que leur enfant puisse recevoir des services.
  • L’enfant sera orienté vers les services répondants à ses besoins et, si cela est requis, une référence vers une évaluation diagnostique sera faite.
  • Le cas échéant, les résultats seront transmis au professionnel ayant référé l’enfant à la plateforme.

Intervention

Au moment où un écart de développement est dépisté, il est très important d’intervenir rapidement auprès de l’enfant et de sa famille pour soutenir le développement du plein potentiel de l’enfant.

Ainsi, les investissements effectués pour le déploiement du programme Agir tôt permettent de rehausser les services professionnels d’intervention précoce. Ces investissements favorisent une augmentation significative de l’offre de services des programmes Jeunesse et des programmes en déficience physique (DP), en déficience intellectuelle (DI) et pour le trouble du spectre de l’autisme (TSA) afin de diminuer les délais d’accès aux services.

Les équipes multidisciplinaires du programme Agir tôt dans les établissements sont composées des professionnels suivants :

  • ergothérapeutes;
  • physiothérapeutes;
  • nutritionnistes;
  • orthophonistes;
  • éducatrices et éducateurs spécialisés;
  • psychoéducatrices et psychoéducateurs;
  • infirmières et infirmiers;
  • psychologues;
  • travailleuses et travailleurs sociaux.

Le programme Agir tôt préconise que les interventions soient dispensées à proximité du lieu de vie de l’enfant et qu’elles soient modulées en fonction des besoins développementaux des enfants et de leurs proches et non d’un diagnostic. La collaboration étroite entre les acteurs-clés dans la vie de l’enfant, soient les parents, le milieu de garde, l’organisme communautaire ou l’école est essentielle afin de viser une réponse adaptée aux besoins en fonction de l’expertise et des mandats de chacun. Dans le programme Agir tôt, l’accompagnement du parent tout au long du continuum de services est primordial.

Dernière mise à jour : 19 octobre 2020, 09:29

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2020 Haut de page