Information pour les professionnels de la santé

Journées de santé dentaire publique du Québec (JSDPQ)

Aller au menu de la section

Programme

Mercredi 10 juin 2015

10 h à 11 h 30

Accueil – Hall d’entrée de l’hôtel

11 h 30 à 12 h 30

Repas du midi (buffet) – Restaurant Les Voûtes

12 h 30 à 12 h 45

Mot de bienvenue du directeur national de santé publique Horacio Arruda, MSSS – Salle de bal (plénière)

12 h 45 à 14 h 15

Administration d’épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique
Jocelyn Moisan, CISSS de l'Outaouais
 – Salle de bal (plénière)

Résumé :

Présentation des concepts théoriques liés au programme de formation du ministère de la Santé et des Services sociaux sur l'administration d'épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique, programme qui s'adresse aux premiers intervenants.

14 h 15 à 15 h 30

Révision du Programme national de santé publique (PNSP) et du Plan d’action de santé dentaire publique (PASDP) Bernard Laporte, MSSS, avec la participation d’Élise Bertrand, INSPQ, DSP des Laurentides et d’Émilie Dionne, MSSS Salle de bal (plénière)

Résumé :

Les résultats de l'évaluation de l'implantation du PASDP 2005-2015 seront présentés, de même que l'état d'avancement des travaux de révision du PNSP et du PASDP. Ces informations permettront aux participants de s'enquérir des nouvelles orientations ministérielles en matière de santé buccodentaire, en plus d'alimenter et de soutenir les travaux et les discussions sur le renouvellement du PASDP. Enfin, une analyse des enjeux liés à certaines activités sera présentée, et ce, en lien avec les ateliers proposés dans le cadre des 13es JSDPQ.

15 h 30 à 15 h 45

Pause santé

15 h 45 à 16 h 

Mot de bienvenue de la présidente-directrice générale de l’INSPQ, Nicole Damestoy – Introduction de l’Étude clinique sur l’état de santé buccodentaire des élèves québécois du primaire 2012-2013 (ÉCSBQ)
À confirmer, INSPQ – Salle de bal (plénière)

16 h à 17 h

Résultats de l’Étude clinique sur l’état de santé buccodentaire des élèves québécois du primaire 2012-2013 (ÉCSBQ) volet 1
Chantal Galarneau, INSPQ, et Sophie Arpin, INSPQ – Salle de bal (plénière)

Résumé :

À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), l’Institut national de santé publique du Québec a planifié et réalisé l’Étude clinique sur l’état de santé buccodentaire des élèves québécois du primaire 2012-2013 (ÉCSBQ). Cette étude répond à un besoin d’actualisation des données cliniques sur l’état de santé buccodentaire jugé prioritaire par le MSSS et le réseau de la santé et des services sociaux.

La conférence portera sur la présentation sommaire des résultats provinciaux de l’ÉCSBQ. Les présentateurs aborderont les thèmes de la carie dentaire et ses conditions associées, des agents de scellement des puits et fissures, de la gingivite, de la qualité d’hygiène buccodentaire, des traumatismes et de la fluorose dentaires. L’évolution de l’état de santé buccodentaire, en lien avec les résultats obtenus dans les enquêtes épidémiologiques québécoises précédentes, sera aussi analysée. Enfin, il sera question des retombées et des implications pour la santé dentaire publique.

Jeudi 11 juin 2015

8 h 30 à 10 h - Bloc A – Ateliers et conférences simultanés

A1. Atelier : Brossage de dents en service de garde et en milieu scolaire : collaboration et déploiement – Salle Henri IV

Résumé :

Un programme de brossage des dents en service de garde et en milieu scolaire est un moyen sûr et efficace de réduire l’apparition de lésions carieuses en exposant les jeunes enfants aux bonnes pratiques d'hygiène buccale par un brossage quotidien avec un dentifrice fluoré.

L’implantation de cette initiative nécessite des procédures et protocoles clairs et universels de même qu’une volonté nationale forte. Quels sont les avantages de l’harmonisation des pratiques? Quels milieux de garde doivent être visés? Quels outils promotionnels doit-on utiliser? Qui devrait fournir le matériel nécessaire? 

De même, pour assurer la pérennité de cette mesure, les éducateurs en service de garde et en milieu scolaire doivent être conscientisés et motivés, car ils sont des ressources indispensables pour assurer l’implantation efficace de cette activité. Comment sensibiliser et motiver les milieux de garde? Comment maintenir leur participation?

Cet atelier permet aux participants d’approfondir le thème de la collaboration et du déploiement du brossage des dents en service de garde et en milieu scolaire et de communiquer leurs réflexions et apprentissages.

A2. Atelier : Suivi dentaire préventif individualisé en milieu scolaire : optimisation de l’organisation et performance – Salle Champlain

Résumé :

Le déploiement des activités reliées au suivi dentaire préventif en milieu scolaire exige des hygiénistes dentaires une bonne coordination et une bonne planification. Dans ce contexte, il serait intéressant de comprendre comment les hygiénistes dentaires arrivent à réaliser l’ensemble des activités destinées au suivi préventif individualisé en milieu scolaire et de se questionner sur leur pertinence. Est-ce que les élèves à risque en retirent réellement des bénéfices? Les mesures préventives utilisées sont-elles appropriées? Deux applications topiques de fluorure sont-elles suffisantes? La condition buccodentaire des élèves à risque s’améliore-t-elle entre les suivis? Comment se fait le contact avec les parents? Comment optimiser le temps accordé au suivi préventif individualisé?

Bref, cet atelier est l’occasion privilégiée, pour ceux et celles qui le désirent, de partager leurs expériences sur le terrain, de discuter des points forts et des points faibles et de proposer des pistes de solutions au programme de suivi dentaire individualisé en milieu scolaire.

A3. Atelier : Application d’agents de scellement en milieu scolaire : qualité et efficience – Salle Neilson

Résumé :

L’application d’agents de scellement de puits et fissures est l’une des mesures les plus efficaces pour prévenir la carie dentaire et fait partie des activités du Plan d’action de santé dentaire publique 2005-2015. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a permis la réalisation de différentes formations nationales ayant comme objectif d’assurer la mise à niveau des compétences et l’uniformité de l’implantation de cette mesure préventive dans toutes les régions du Québec. Néanmoins, la mise en œuvre de cette activité est peu harmonisée d’un territoire à l’autre. Quelles stratégies doivent être mises de l’avant pour optimiser l’organisation et l’efficience de cette mesure? Comment peut-on améliorer la qualité des agents de scellement? Doit-on envisager de créer des équipes dédiées aux agents de scellement? Quel soutien doit être apporté aux hygiénistes dentaires lors du dépistage? Comment mieux gérer le transport des équipements?

Cet atelier donne aux participants l’occasion de réfléchir à la qualité et l’efficience du programme d’application d’agents de scellement et de mettre à profit leurs expériences et leurs idées.

A4. Atelier : Services dentaires préventifs en CHSLD : formation et défi d’intégration – Salle Duplessis

Résumé :

Les effets de la promotion et de la prévention en matière de santé buccodentaire auprès de la population québécoise se traduisent aujourd’hui par une augmentation du nombre de dents présentes en bouche chez les personnes âgées. Cette augmentation s’explique non seulement par l’essor des programmes de prévention et promotion, mais aussi par des services dentaires plus accessibles. Il s’avère donc important de créer un milieu de vie dans lequel des services et des soins buccodentaires de qualité sont dispensés. Présentement, les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) offrent une gamme de services, mais ceux relatifs à la santé buccodentaire sont quasi inexistants et peu uniformes d’un territoire à l’autre. Or, au Québec, les personnes âgées admises dans les CHSLD le sont souvent parce qu’elles ne sont plus autonomes, ce qui affecte la prise en charge de leur hygiène dentaire personnelle.

Dans ce contexte, des actions doivent être entreprises, mais lesquelles et comment? Comment organiser les services de prévention et de soins en hygiène buccodentaire dans les CHSLD? Quels services et quels professionnels devraient être concernés? Quels sont les rôles et responsabilités des CHSLD, des directions de santé publique régionales et du ministère de la Santé et des Services sociaux? Doit-on responsabiliser davantage le personnel soignant?

Devant cette clientèle grandissante, de nombreux défis nous attendent et nous avons la responsabilité, comme professionnels de la santé buccodentaire, de nous y attarder. La révision du Plan d’action de santé dentaire publique du Québec est l’occasion de partager nos idées et nos expériences afin d’intégrer activement les soins buccodentaires auprès de cette clientèle.

A5. Atelier : Atelier pratique sur l’empathie – Chantal Gosselin, DSP des Laurentides – Salle Hochelaga

Résumé :

Contexte :

L’empathie est une compétence essentielle à la communication et la formulation de reflets est une intervention à privilégier pour la manifester. Il est cependant très difficile de pratiquer l’empathie de façon approfondie. L’atelier propose donc des exercices concrets afin de favoriser le développement de cette compétence.

Objectifs spécifiques :

  • Distinguer les 5 niveaux d’empathie.
  • Différencier les reflets simples des reflets complexes.
  • Mesurer l’importance d’un niveau d’empathie élevé dans la formulation de reflets complexes.

A6. Conférence : Améliorer l’accès aux soins de santé buccodentaire pour les personnes vulnérables vivant au Canada – Paul Allison, Université McGill – Salle Laurier

Résumé :

En septembre 2014, l'Académie canadienne des sciences de la santé a publié un rapport sur la question de l'accès aux soins de santé buccodentaire par les groupes vulnérables au Canada (www.cahs-acss.ca). Ce rapport présente une analyse novatrice des données issues de la récente Enquête canadienne sur les mesures de la santé, qui a fourni des renseignements cliniques représentatifs, à l'échelle nationale, sur l'état de santé buccodentaire de la population canadienne. De plus, une revue ciblée de la littérature a été menée à bien, et tous les renseignements qui en résultent ont été examinés, discutés et intégrés dans le rapport.

Ce rapport définit un certain nombre de problèmes. Ceux-ci peuvent être résumés par les problèmes de fond suivants :

  • Les groupes vulnérables vivant au Canada sont à la fois ceux qui ont le plus de problèmes de santé buccodentaire et le plus de difficulté à accéder à des soins de santé buccodentaire;
  • Les systèmes de soins de santé buccodentaire publics et privés au Canada ne parviennent pas à offrir efficacement un accès raisonnable aux soins de santé buccodentaire à toutes les personnes vulnérables vivant au Canada.
  • L’Académie envisage l'équité d'accès aux soins de santé buccodentaire pour toute personne vivant au Canada.

10 h à 10 h 15

Pause santé

10 h 15 à 11 h 45 - Bloc B – Ateliers et conférences simultanés

B1. Atelier : Brossage de dents en service de garde et en milieu scolaire : collaboration et déploiement – Salle Henri IV

Résumé

B2. Atelier : Suivi dentaire préventif individualisé en milieu scolaire : optimisation de l’organisation et performance – Salle Champlain

Résumé

B3. Atelier : Application d’agents de scellement en milieu scolaire : qualité et efficience – Salle Neilson

Résumé

B4. Atelier : Services dentaires préventifs en CHSLD : formation et défi d’intégration – Salle Duplessis

Résumé

B5. Atelier : Atelier pratique sur l’empathie – Chantal Gosselin, DSP des Laurentides – Salle Hochelaga

Résumé

B6. Conférence : Les effets de l’utilisation du xylitol par les mères dans une population à risque – Franck Giverne, Santé Canada – Salle Laurier

Résumé :

Présentation des résultats préliminaires d’un projet pilote sur les effets de la prise, à dose thérapeutique, de gommes au xylitol par les mères dans une communauté des Premières Nations du Québec.

Il ne s’agit pas ici d’un projet de recherche, mais bel et bien de la mise en œuvre et de l’application, par une hygiéniste dentaire, d’une approche novatrice différente et documentée, basée sur l’évidence scientifique et les meilleures pratiques, afin d'influencer le processus de transmission bactérienne mère-enfant et ainsi tenter d'améliorer la santé buccodentaire de toute une population.

11 h 45 à 13 h 15

Repas du midi – Restaurant les Voûtes
Visite des exposants – Salles Frontenac-Montcalm

13 h 15 à 14 h 45 Bloc C – Ateliers et conférences simultanés

C1. Atelier : Brossage de dents en service de garde et en milieu scolaire : collaboration et déploiement – Salle Henri IV

Résumé

C2. Atelier : Suivi dentaire préventif individualisé en milieu scolaire : optimisation de l’organisation et performance – Salle Champlain

Résumé

C3. Atelier : Application d’agents de scellement en milieu scolaire : qualité et efficience – Salle Neilson

Résumé

C4. Atelier : Services dentaires préventifs en CHSLD : formation et défi d’intégration – Salle Duplessis

Résumé

C5. Atelier : Atelier pratique sur l’empathie – Chantal Gosselin, DSP des Laurentides – Salle Hochelaga

Résumé

C6. Conférence : Projet de santé buccodentaire pour les enfants atteints d’un trouble du spectre de l’autisme – Lorraine Gagnon, DSP de l’Outaouais – Salle Laurier

Résumé :

Présentation du projet réalisé en Outaouais. Particularités des besoins en matière de santé buccodentaire des enfants atteints d'un trouble du spectre de l'autisme (TSA). Présentation des outils développés en Outaouais afin de favoriser l'hygiène dentaire quotidienne des enfants et de faciliter les visites à la clinique dentaire. Les outils s'adressent aux enfants et à leurs familles, aux intervenants auprès de ces enfants, ainsi qu'aux professionnels de la santé buccodentaire.

14 h 45 à 15 h

Pause santé
Visite des exposants – Salle Frontenac-Montcalm

15 h à 16 h 30 - Bloc D – Ateliers et conférences simultanés

D1. Atelier : Brossage de dents en service de garde et en milieu scolaire : collaboration et déploiement – Salle Henri IV  

Résumé

D2. Atelier : Suivi dentaire préventif individualisé en milieu scolaire : optimisation de l’organisation et performance – Salle Champlain

Résumé

D3. Atelier : Application d’agents de scellement en milieu scolaire : qualité et efficience – Salle Neilson

Résumé

D4. Atelier : Services dentaires préventifs en CHSLD : formation et défi d’intégration – Salle Duplessis

Résumé

D5. Atelier : Atelier pratique sur l’empathie – Chantal Gosselin, DSP des Laurentides – Salle Hochelaga

Résumé

D6. Conférence : Le dépistage populationnel, une bonne mesure préventive? – Guy Roy, MSSS – Salle Laurier

Résumé :

Le dépistage est fortement ancré dans les pratiques médicales et dans les habitudes de la population. Il est facilement perçu comme une solution préventive simple et efficace à de graves problèmes de santé tels que le cancer. Toutefois, en matière de dépistage, rien n'est simple et l'efficacité peut n’être qu'apparente. L'appréciation même de cette efficacité pose de sérieux défis, comme en témoignent plusieurs articles scientifiques qui ont réclamé l'abrogation de « programmes phares » tels que le Programme québécois de dépistage du cancer du sein.  D'ardents défenseurs du dépistage ont alors vigoureusement répliqué. Le débat s'est donc invité dans plusieurs médias grand public. Où tracer la ligne? Le dépistage, c'est bon ou pas?

Cette conférence rappelle qu'inviter une vaste population à se soumettre à un test de dépistage entraîne de lourdes conséquences si la majorité des individus ne sont pas atteints de la maladie visée par le dépistage. Ce sont ces conséquences qui déterminent les critères à retenir pour apprécier la pertinence d’un dépistage et qui justifient le déploiement de mesures pour optimiser les gains et limiter les inconvénients du dépistage. Ces conséquences tracent aussi les limites à respecter dans les incitatifs à la participation. Elles suggèrent finalement d'offrir le dépistage dans le cadre d'un programme plutôt que de manière opportuniste. 

Qu'en est-il du dépistage en santé dentaire?

16 h 30 à 18 h

Visite des exposants et des tables cliniques – Salle Frontenac-Montcalm

Vendredi 12 juin 2015

8 h 30 à 10 h - Bloc E – Conférences simultanées

E1. L’engagement des parents vis-à-vis la santé buccodentaire de leurs enfants – Chantal Gosselin, DSP des Laurentides – Salle de bal

Résumé :

Contexte :

Il apparaît que les hygiénistes dentaires travaillant en santé publique communiquent avec des parents pour les informer que leurs enfants ont des besoins évidents de traitement dentaire (BET) ou pour solliciter leur accord pour offrir d’autres soins comme l’application d’agents de scellement ou de fluorure.

La conférence a pour objectif général de fournir aux participants une compréhension des enjeux entourant l’engagement des parents au regard de la santé buccodentaire de leurs enfants et les moyens pour le favoriser.

Objectifs spécifiques :

  • Nommer les composantes nécessaires à l’engagement des parents.
  • Établir les notions de résistance et de dissonance.
  • Utiliser des techniques d’intervention afin de susciter l’engagement des parents.

E2. Résultats de l’Étude clinique sur l’état de santé buccodentaire des élèves québécois du primaire 2012-2013 (ÉCSBQ) volet 2 – Chantal Galarneau et Sophie Arpin, INSPQ – Salles Henri IV, Neilson et Duplessis

Résumé :

À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), l’Institut national de santé publique du Québec a planifié et réalisé l’Étude clinique sur l’état de santé buccodentaire des élèves québécois du primaire 2012-2013 (ÉCSBQ). Cette étude répond à un besoin d’actualisation des données cliniques sur l’état de santé buccodentaire jugé prioritaire par le MSSS et le réseau de la santé et des services sociaux.

Pour faire suite à la présentation du 10 juin 2015 (volet 1), les présentateurs aborderont de façon plus détaillée les résultats provinciaux de l’ÉCSBQ portant sur la carie dentaire et ses conditions associées. Une analyse plus approfondie de l’expérience de la carie sera réalisée en lien avec les stades de caries, les différents types de faces ainsi que les variables sociodémographiques et socioéconomiques étudiées dans l’ÉCSBQ. Les retombées et les implications pour la santé dentaire publique seront également abordées dans le cadre de cette conférence.

E3. Les breuvages et les différents produits liquides d’hygiène buccodentaire : leurs impacts sur l’érosion et l’hypersensibilité – Nadia Dubreuil, France Lavoie et Louise Bourassa – Salle Laurier

Résumé :

Cette étude du Groupe de recherche et d'éducation en hygiène dentaire (GREHD) offre de nouvelles données aux professionnels, soucieux d'améliorer la santé buccodentaire de la population.

Il existe, au Québec, plus de 200 rince-bouches ainsi que divers produits ayant des effets hydratants. Ces produits soulèvent différentes questions : Quel est leur pH? Quels sont les effets potentiels sur l’hypersensibilité (potentiel érosif)? Est-ce que seules les boissons énergisantes sont nuisibles pour les dents? Comment répondre aux besoins spécifiques des patients?

Matériel et méthode :

Une équipe interdisciplinaire s’est inspirée du protocole de Santé Canada pour analyser le pH des produits. L'équipement utilisé inclut entre autres un acidimètre et des solutions tampons à 4, 7, 10 et 60 ml. La moyenne de 3 tests par échantillon est utilisée pour établir le résultat. Tout écart de 0,1 exige une reprise des tests sur ce produit. Le système de classification est établi selon les seuils de déminéralisation de la dentine, de l’émail (hydroxyapatite) et de l’émail fluoré (fluoroapatite).

Les résultats indiquent des différences au niveau du pH variant entre 2,53 (très acide) et 9,58 (basique). Surprise : la majorité des rince-bouches sont acides ou très acides avec un pH inférieur à 5,5, soit le seuil de déminéralisation de l’émail. Plusieurs boissons, en plus des boissons énergisantes et des boissons douces, ont un pH pouvant contribuer à l'hypersensibilité ou à l'érosion dentaire.

Conclusion :

Les nouvelles connaissances sur le pH, les ingrédients thérapeutiques et les résultats obtenus sur les boissons deviennent des variables essentielles à considérer dans les conseils prodigués aux patients souffrant de problèmes tels que l’hypersensibilité ou l'érosion. Ces conseils incluent l’évidence scientifique pour favoriser une santé dentaire optimale.

10 h à 10 h 15

Pause santé

10 h 15 à 12 h 30

Bilan des ateliers : analyse des enjeux et suivi
Animateurs des ateliers et Bernard Laporte, responsable national de santé dentaire publique, MSSS – Salle de bal (plénière)

12 h 30 à 12 h 45

Discours de fermeture et mot de la fin
Comité organisateur et comité scientifique – Salle de bal (plénière)

12 h 45 à 14 h 15

Repas du midi (service aux tables) – Salle de bal

14 h 15

Fin des JSDPQ 2015

Cahier des participants

Consultez le cahier des participants Fichier PDF. des 13es JSDPQ.

Dernière mise à jour : 29 juin 2015, 09:05

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard

Lien vers le portail du gouvernement du qubec
© Gouvernement du Québec, 2017