Information pour les professionnels de la santé

Journées de santé dentaire publique du Québec (JSDPQ)

Programmation

La description des conférences se trouve sous la programmation.

Programmation du 19 juin 2019

10 h à 13 h

Accueil

Tables cliniques :

  • Scellants de verre ionomère : matériaux et installation 
  • Dentine au pays des dents
  • Projet Bouche B
  • Le brossage supervisé, des idées pour brosser?
  • Journée de rêve pour les personnes en situation d’itinérance
  • Chanson du Chevalier des dents en vidéo
  • Pour réduire les inégalités sociales liées à la carie, des scellants dentaires dans les écoles
  • Matériel éducatif (3D) développé pour les enfants de 8 à 12 ans en lien avec les maladies buccodentaires

13 h à 14 h 30

14 h 30 à 14 h 45

Pause

14 h 45 à 16 h

16 h à 17 h

Programmation du 20 juin 2019

8 h 30 à 10 h

10 h à 10 h 30

Pause

10 h 30 à 12 h

12 h à 13 h 30

Dîner libre

13 h 30 à 14 h

Mot d’Horacio Arruda, directeur national de santé publique

14 h à 15 h 15

Meilleures pratiques de prévention de la carie en milieu scolaire au Québec

  • Chantal Galarneau
  • Sophie Arpin
  • Nancy Wassef
  • Bernard Laporte

15 h 15 à 15 h 30

Pause

15 h 30 à 17 h

17 h à 17 h 15

Remerciements et allocution de clôture

Description des conférences

Directives et orientations nationales en matière de santé dentaire publique 

Les faits saillants et les cibles du Programme national de santé publique 2015-2025 (PNSP) en matière de santé buccodentaire seront présentés ainsi que l’état d’avancement des principaux dossiers nationaux comme :

  • la révision des unités de mesure du centre d’activité 6540 du manuel de gestion financière et des formules de calcul des coûts normés,
  • le développement et la mise en ligne des recueils d’information I-CLSC liés aux services dentaires préventifs,
  • l’intégration de la santé buccodentaire dans le site Web du gouvernement du Québec et de l’information destinée aux professionnels dans le site du ministère de la Santé et des Services sociaux.

La position du directeur national de santé publique sur le brossage des dents chez les enfants de 6 ans et moins, le Programme québécois de brossage supervisé des dents avec un dentifrice fluoré en service de garde éducatif à l'enfance et à l'école primaire ainsi que le Programme québécois de soins buccodentaires et de soins d’hygiène quotidiens de la bouche en CHSLD seront aussi présentés.

De plus, les principaux enjeux du réseau de santé dentaire publique seront analysés dans une perspective et une vision à long terme d’organisation des services dentaires préventifs.

Ces informations permettront aux participants de s'enquérir des orientations, des programmes et des dossiers ministériels en matière de santé buccodentaire afin de les aider dans la planification et le déploiement des services dentaires préventifs au sein de leur organisation respective.

Programme québécois de brossage supervisé des dents avec un dentifrice fluoré en service de garde éducatif à l'enfance et à l'école primaire

En continuité avec les objectifs du PNSP, le cadre de référence du programme ainsi que les outils promotionnels d’éducation visent à soutenir les intervenants de santé dentaire publique dans la mise en place de façon efficace, efficiente et sécuritaire. Trois régions présenteront sa mise en œuvre.

Premièrement, le CISSS de la Côte-Nord partagera quelques objectifs de son plan d’action régional et les activités locales développées en collaboration avec l’équipe de santé dentaire publique et le Regroupement des CPE Côte-Nord, par exemple :

  • une formation accréditée,
  • un projet de prêt de porte-brosses à dents,
  • un projet de distribution de dentifrice fluoré et de brosses à dents,
  • l’organisation du DÉFI DENTS.

Deuxièmement, afin d’accompagner les milieux de garde et les établissements scolaires dans l’organisation de l’activité de brossage des dents supervisé par un adulte, la région de Lanaudière a collaboré avec les Laurentides pour créer un guide visuel accessible en ligne et une trousse de départ. Le contenu du guide, tiré du programme, comporte six courtes vidéos à l’intention des éducateurs et éducatrices et sera expliqué.

Finalement, le programme régional du Bas St-Laurent de formation et de support aux activités de brossage supervisé avec un dentifrice fluoré en service de garde en milieu familial sera exposé.

L’expertise des hygiénistes dentaires de la direction de la santé publique a été mise à contribution afin de préciser le contenu, le déroulement et d’offrir cette formation. Le contenu a été accrédité par le Réseau des services à la petite enfance de l’Est-du-Québec permettant ainsi aux participants d’obtenir des unités de formation continue.

De plus, les expériences terrain vécues ont permis de mettre l’accent sur les bonnes pratiques de santé publique et de porter une attention particulière auprès des clientèles vulnérables. C’est dans cette perspective que le projet a pris son élan dans cette région.

Plan d’action pour réduire la consommation de boissons sucrées et promouvoir l’eau

À l’instar des recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé, un nombre croissant de gouvernements et d’instances de santé publique à travers le monde élabore et met en place des mesures pour réduire l’apport en sucre dans la population. C’est dans ce contexte que le plan d’action a été élaboré. Sa mise en œuvre constitue d’ailleurs une priorité d’action inscrite au Plan d’action thématique tripartite du PNSP.

Ce plan d’action vise notamment à créer des environnements favorables à la réduction de la consommation de boissons sucrées et à l’augmentation de la consommation d’eau, en prévoyant neuf actions dans différents milieux de vie et auprès de diverses clientèles.

L’une des actions vise à inclure, au sein des services dentaires préventifs, des activités pour diminuer la consommation de boissons sucrées chez les jeunes, et ce, dans les réseaux public et privé. Un groupe de travail a été mis en place pour développer des activités structurées et standardisées, ainsi que des outils d’intervention pour les secteurs public et privé afin de réduire la consommation de boissons sucrées auprès des jeunes et de prévenir la carie dentaire et l'érosion dentaire.

Bloc 1 de conférences simultanées

L’intervention auprès des élèves à besoins particuliers : comprendre pour mieux intervenir

Les élèves à besoins particuliers représentent un défi pour les différents acteurs du milieu scolaire et de la santé et des services sociaux qui sont souvent amenés à s’interroger sur leur pratique. Pour intervenir efficacement auprès de ces élèves, il importe de comprendre leur fonctionnement, de reconnaître leurs principaux symptômes et de mettre en place des interventions adaptées à leurs besoins.

Cette présentation fera un survol des principales caractéristiques et difficultés vécues par les élèves ayant des besoins particuliers à l’école (TDAH, TSA, trouble anxieux). Nous parlerons également des stratégies et des outils à utiliser en rencontre individuelle et en contexte d’animation de groupe.

Cette présentation permettra aux hygiénistes dentaires en milieu scolaire d’être mieux outillés dans l’exécution de leurs tâches quotidiennes auprès des élèves à besoins particuliers : suivi dentaire préventif, dépistage et application de scellant dentaire.

Projet régional pour la santé buccodentaire des personnes itinérantes et à risque de le devenir

Le but de cette présentation est de partager une expérience régionale qui a permis d'établir une clinique dentaire ayant un mandat communautaire. Vous pourrez connaître les raisons qui ont mobilisé les partenaires et les étapes franchies pour mettre ce projet sur pied. Après 18 mois d’activité, les besoins réels de la clientèle cible se précisent, les embuches auxquelles des personnes démunies et vulnérables doivent faire face pour bénéficier de soins dentaires de base se révèlent, et nous pouvons entrevoir les défis à surmonter pour maintenir et mener à terme ce projet.

Le cannabis à des fins non médicinales a été légalisé : enjeux pour la santé et la sécurité de la population

L’autorisation de vente de cannabis à des fins non médicales est entrée en vigueur au Canada le 17 octobre 2018. Dans le processus y ayant mené, les autorités fédérales, provinciales et municipales ont développé un régime d’encadrement de la production, de la distribution et de l’usage du cannabis qui répond à plusieurs préoccupations de santé et de sécurité publiques. Ce régime d’encadrement soulève aussi de nombreuses questions quant à ses effets éventuels et à son évolution au cours des prochaines années.

Dans cette présentation, le régime en vigueur et sa logique seront décrits dans un premier temps. Dans un second temps, il s’agira de cerner les effets que l’on peut en anticiper sur la santé et la sécurité publiques et d’identifier des questions demeurant ouvertes en ce qui a trait à ces effets et à l’évolution du régime lui-même.

Une large place sera réservée aux commentaires et questions des participants.

Avis sur le fluorure diamine d’argent en vue d’une position nationale

Au Canada, le premier produit contenant du fluorure diamine d’argent a été homologué par Santé Canada en 2017 sous la classification des produits de santé naturels. Étant donné la nouveauté de ce produit sur le marché canadien et son potentiel d’utilisation dans un contexte de santé dentaire publique, il importe de se pencher sur la littérature scientifique afin de connaître son efficacité contre la carie dentaire. La réalisation d’un avis scientifique sur le fluorure diamine d’argent est un mandat confié à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) par la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Cette conférence présentera le contenu de l’avis scientifique ainsi que les orientations ministérielles qui en découlent. Le portrait de l’efficacité du fluorure diamine d’argent sera dressé selon les différents niveaux de prévention (primaire, secondaire et tertiaire) et les types de dentition, soit temporaire et permanente. De plus, les effets non recherchés et les considérations toxicologiques seront discutés pendant la présentation. Enfin, les principaux constats pouvant guider son utilisation potentielle en santé dentaire publique seront explicités en tenant compte de l’information et des preuves scientifiques actuellement disponibles.

Bloc 2 de conférences simultanées

L’hypominéralisation de l’émail des premières molaires permanentes, un nouveau défi pour la santé dentaire publique?

Le phénomène d’hypominéralisation de l’émail des incisives et des premières molaires permanentes (ou MIH en anglais pour molar incisor hypomineralization) attire de plus en plus l’attention de la communauté scientifique du domaine dentaire. Certains considèrent même qu’il s’agit d’un problème de santé publique puisque, d’une part, sa prévalence semble élevée à l’échelle mondiale et, d’autre part, les conséquences pour la personne atteinte peuvent se révéler sévères. L’hypominéralisation des premières molaires permanentes ajoute une complication à la réalisation du programme québécois d’application d’agents de scellement en milieu scolaire. Parmi les facteurs les plus susceptibles d’influencer la pose d’un agent de scellement chez un enfant atteint d’hypominéralisation de l’émail, mentionnons notamment la qualité variable du mordançage de l’émail, la possibilité de microfractures de l’émail ainsi affaiblie, l’hypersensensibilité des dents affectées ainsi que la durée de vie des agents de scellement.

Cette conférence abordera les aspects suivants :

  • La prévalence de cette condition et les difficultés inhérentes à sa mesure;
  • Les conséquences possibles pour la personne atteinte;
  • La cause de cette condition (facteurs étiologiques et facteurs de risque);
  • Les mythes concernant l’hypominéralisation de l’émail;
  • Les options de traitements préventifs et curatifs de cette condition et la qualité de l’évidence scientifique à ce sujet;
  • Les conséquences possibles de la présence de cette condition auprès des élèves québécois au regard de la réalisation du PNSP;
  • Les actions possibles de la part de la santé publique.
Les scellants de verre ionomère en santé publique

L’activité d’application de scellants dentaire en milieu scolaire au Québec est complexifiée par différents enjeux qui entraînent un manque d’harmonisation et ainsi une inégalité d’accès aux soins dentaires préventifs en milieu scolaire.

L’application de scellants dentaires de verre ionomère pourrait être une solution pour améliorer l’accès aux scellants pour les élèves. En effet, dans plusieurs situations cliniques, son utilisation pourrait s'avérer préférable aux scellants de résine composite.

Pourquoi envisager les verres ionomères? Quelles sont les assises scientifiques liées à ce produit? Comment l’utiliser concrètement? Que conclut-on après un recul de quelques années d’utilisation dans les régions des Laurentides et de la Chaudière-Appalaches? Cette conférence répondra à ces questions, mais vous serez aussi invités à vous questionner, notamment sur des questions éthiques.

Travailler en contexte multiculturel au sein de communautés autochtones du nord du Québec : soutenir la capacité locale en interdisciplinarité

Les communautés autochtones du nord du Québec ont un riche bagage culturel. Elles sont également aux prises avec de sérieux défis liés à la santé buccodentaires. Pour l’intervenant en santé dentaire publique œuvrant dans ce contexte, des connaissances et des compétences en sécurité culturelle permettent d’adopter des stratégies qui vont nourrir la capacité locale et soutenir des environnements favorables.

Cet exposé abordera, à travers des exemples concrets et des discussions interactives avec l’auditoire, la particularité du travail de l’intervenant en santé dentaire publique, au sein de communautés autochtones du nord du Québec. Il vise à outiller des professionnels qui souhaitent relever le défi d’un travail culturellement responsable et sécuritaire, au sein de communautés autochtones.

Les interventions de santé dentaire publique doivent être planifiées et mises en œuvre dans une perspective de partenariat avec les communautés autochtones. Des services de qualité et culturellement sécuritaires reposent sur la compétence, la sensibilité et l’humilité de chaque intervenant en santé dentaire publique.

Tests modernes des méthodes/têtes de brosse et du temps pris en regard de la plaque résiduelle

Quoi, comment et combien de temps?

Dans une époque où l’offre commerciale des brosses à dents ne cesse de se complexifier et où l’information scientifique n’a jamais été aussi disponible, le brossage manuel demeure le moyen le plus prévalent. Pourtant, il reste difficile de trouver des données probantes sur l’efficacité du brossage selon le modèle de brosses à dents, sur les méthodes enseignées et sur le temps pris en regard de la plaque résiduelle. Ces faits contribuent au manque de standardisation sur les conseils et les pratiques entourant le contrôle de la plaque par le brossage. C’est à partir de ces prémices que Jean-François Lortie et son groupe d’étudiants de 1re année en Techniques d’hygiène dentaire ont décidé de faire un projet de recherche-action novateur afin de répondre à trois questions de recherche d’intérêt. 

  • Quoi : Quelle tête de brosse, avec une méthode standardisée, permet au patient d’avoir le moins de plaque résiduelle? 
  • Comment : Quelle méthode de brossage est la plus performante parmi les plus recommandées pour le contrôle de la plaque de nos patients?
  • Combien de temps : Quelle différence de plaque résiduelle, avec une méthode standardisée, est associée au temps de brossage d’une, deux, trois et quatre minutes? 
La Clinique Bébé-dent : conditions favorables et obstacles à la mise en place de services buccodentaires destinés à la petite enfance

La Clinique Bébé-dent est une initiative du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal s’adressant à une clientèle défavorisée et visant à prévenir la carie de la petite enfance par l’acquisition de facteurs protecteurs. Le projet a été mis sur pied en 2011 en réponse à la proportion importante d’élèves de la maternelle étant à risque élevé de carie dentaire selon le critère provincial du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) sur le territoire de l’ancien CSSS de la Montagne.

Le MSSS a confié à l’INSPQ le mandat de réaliser une évaluation d’implantation de la Clinique Bébé-dent dans le but d’amorcer une réflexion visant, à terme, l’adoption de solutions innovantes prometteuses. L’évaluation a porté sur le niveau d’implantation de l’intervention, la mesure des connaissances acquises par les participants et les principaux facteurs liés à la mise en œuvre et la pérennisation de l’intervention.

La conférence débutera par une présentation de la Clinique Bébé-dent, suivie des résultats de l’évaluation. Enfin, un panel d’experts échangera sur les actions à privilégier pour prévenir la carie de la petite enfance auprès des familles vulnérables sur le plan socioéconomique et des familles immigrantes en s’inspirant des résultats d’évaluation du programme Bébé-dent.

Meilleures pratiques de prévention de la carie en milieu scolaire au Québec

À la demande du MSSS en juin 2018, l’INSPQ a réalisé deux mandats durant les derniers mois. La conférence débutera par la présentation de l’état d’avancement des travaux du premier mandat portant sur la révision du critère provincial de classification des enfants à risque élevé de carie dentaire utilisé à la maternelle dans le cadre des services dentaires préventifs offerts en milieu scolaire. Les principaux constats et les suites qui en découlent seront aussi présentés.

Par la suite, les présentateurs aborderont le deuxième mandat qui touche à la production d’une revue de littérature sur les meilleures pratiques ainsi que sur les pratiques prometteuses de prévention de la carie déployées en milieu scolaire. Cette revue de littérature a pour but de soutenir le MSSS dans l’élaboration d’un cadre de référence sur les services dentaires préventifs offerts dans les écoles primaires et secondaires du Québec. Les suites à donner aux principaux résultats obtenus seront aussi résumées et analysées dans une approche de santé dentaire publique axée sur les données probantes et les meilleures pratiques.

Contrôle des infections dans la pratique dentaire publique

La pratique de santé dentaire publique présente des particularités qui en font généralement une pratique à faible risque infectieux. Toutefois, la gestion des locaux, qui ne sont pas toujours adaptés pour recevoir la jeune clientèle, doit répondre à certaines règles d’hygiène environnementale. En outre, l’utilisation des masques et des gants doit assurer une flexibilité compatible avec le type d’intervention pratiquée dans ces locaux. Les principales recommandations ayant trait au contrôle des infections, adaptées aux particularités de la pratique de santé dentaire publique, seront passées en revue. La question du brossage de dents en milieu scolaire et la bonne façon d’entreposer les brosses à dents seront également abordées.

Dernière mise à jour : 07 juin 2019

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page