Information pour les professionnels de la santé

Journées d'étude des comités d'éthique de la recherche et de leurs partenaires

Aller au menu de la section

Conférenciers

Bartha Maria Knoppers.

Bartha Maria Knoppers, Ph. D. (droit médical comparé : Université de Paris I), est Professeure titulaire et Directrice du Centre de génomique et politiques, Faculté de médecine, Département de génétique humaine de l'Université McGill. Titulaire de la chaire de recherche du Canada en droit et médecine (Niveau 1, depuis 2001), elle est fondatrice du Population Project in Genomics and Society (P3G) ainsi que de CARTaGENE. Elle détient quatre doctorats honoris causa et est Fellow de l’Association américaine pour l'avancement de la science (AAAS), du Hastings Center (bioéthique), de l’Académie canadienne des sciences de la santé (ACSS) et, plus récemment en 2016, de la Société royale du Canada. Elle s'est aussi vu décerner le titre d'Officier de l'Ordre du Canada et du Québec. De plus, elle a reçu le « Prix Montréal In Vivo: Secteur des sciences de la vie et des technologies de la santé » en 2012. En 2015, elle a remporté la médaille Paul-André Crépeau dans le domaine du droit médical (Association Canadienne du Barreau). Elle a été nommée « Champion de la génétique » par la Fondation canadienne Gene Cure en 2013, année où elle a aussi cofondé le « Global Alliance for Genomics and Health ». En 2016, elle s’est vu décerner la médaille de « Commandeur » (secteur scientifique) de l’Académie des Grands Montréalais par la ville de Montréal.

Annabelle Cumyn.

Annabelle Cumyn est médecin, chercheuse et coprésidente du CER du CIUSSS de l'Estrie-CHUS. Elle organise depuis 2015 une table ronde annuelle en éthique de la recherche. Cette activité pédagogique réunit chercheurs et membres du CER pour promouvoir la réflexion commune en éthique de la recherche.

François Laviolette.

François Laviolette est professeur titulaire au département d’informatique et de génie logiciel de l’Université Laval. Il a obtenu son doctorat en théorie des graphes à l’Université de Montréal en 1995. Sa thèse résolvait un problème vieux de 60 ans qui avait entre autres été étudié par le mathématicien Paul Erdos. Depuis plus de 13 ans, son principal axe de recherche est l’apprentissage automatique ou machine learning, et la bio-informatique. Plus spécialement, il développe des algorithmes d’apprentissage permettant de résoudre de nouveaux types de problèmes d’apprentissage, notamment des problèmes liés à la génomique et à la protéomique, à la découverte de médicaments, etc. Il est actuellement le directeur du tout nouveau Centre de recherche en données massives de l’Université Laval, le CRDM.

Marc Jolicoeur.

Marc Jolicoeur est médecin chercheur (M.D., M. Sc., MHS FRCP-C FACC). Il est également professeur adjoint de médecine à l'Université de Montréal et directeur de la recherche du Programme de résidence en cardiologie adulte de l'Université de Montréal.

Michaël Chassé.

Dr Michaël Chassé est un médecin spécialiste en médecine de soins intensifs au Centre Hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), professeur adjoint au département de médecine de l’Université de Montréal, chercheur régulier au centre de recherche du CHUM et chercheur affilié au Ottawa Hospital Research Institute. Il détient un Ph. D. en épidémiologie de l’Université d’Ottawa et des formations complémentaires spécialisées du Centre pour la Recherche en Transfusion de même qu’en recherche sur la sécurité et la qualité des soins de l’Université d’Ottawa. Ses intérêts de recherche principaux sont dans les domaines du don et de la transplantation d’organes, des transfusions sanguines et de la recherche utilisant de grandes bases de données. Ses programmes de recherche principaux visent à améliorer les procédures en lien avec le don d’organes et à étudier l’impact des caractéristiques des donneurs de sang sur l’issue clinique des receveurs de transfusions.

Jennifer Stoddart.

Jennifer Stoddart, O.C., Ad. É., était présidente de la Commission de l'accès à l'information du Québec de 2000 à 2003 et Commissaire de la vie privée du Canada de 2003 à 2013. Actuellement, elle est chercheuse invitée au Centre de Génomique et Politique de l'Université McGill et mentore à la Fondation Trudeau. Elle siège au conseil d'administration de l'International Association of Privacy Professionals et sert comme lieutenant-colonel honoraire du 34e régiment du génie de combat.

Pascale Landry.

Titulaire d’un doctorat en neurosciences, Pascale Landry œuvre au sein du groupe de recherche clinique de GSK depuis 2001. Comme associée de recherche puis comme gestionnaire d’équipe, elle a soutenu l’implantation et la supervision de nombreux projets de recherche commandités dans divers champs thérapeutiques. Dans les dernières années, elle a suivi avec intérêt les discussions entourant l’accessibilité des informations du consentement éclairé pour les participants aux projets de recherche clinique.

Nathe François

Nathe François, Ph. D. et coordonnatrice de la Banque Signature. Elle étudie les sciences biologiques du comportement et acquiert une expertise en développement de l'enfant lors de son postdoctorat au centre de recherche du CHU Ste-Justine. Dès 2005, elle devient coordonnatrice des ressources scientifiques pour le Groupe de recherche en inadaptation psychosociale chez les enfants (GRIP) et gère l’accès aux données des multiples études longitudinales du GRIP. En 2008, elle devient associée de direction pour le Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CRIUSMM). Durant 4 ans, Mme François participe activement à l’élaboration, à l’implantation et à l'accompagnement éthique du projet Signature. Depuis 2012, elle coordonne la Banque Signature qui est la plus vaste banque de données psychosociale, médicale et biologique de personnes souffrant de troubles de santé mentale. À l’interface entre les chercheurs, les cliniciens et les gestionnaires, Mme François assure le développement et la promotion de la Banque Signature tant au niveau scientifique que logistique et technologique.

Vincent Lajoie.

Vincent Lajoie est conseiller en éthique de la recherche du CHU de Québec - Université Laval depuis 2012. Il est diplômé en soins infirmiers. Il a par ailleurs occupé au cours des 25 dernières années diverses fonctions au sein d'équipes de recherche clinique et de l'industrie pharmaceutique. Il porte un intérêt particulier aux enjeux en lien avec l'impact des nouvelles technologies sur l'évolution des pratiques en recherche clinique.

Ma’n H. Zawati.

Ma’n H. Zawati (LL.B., LL.M.) est avocat et le directeur général du Centre de génomique et politiques de l’Université McGill. Il est également membre associé de l'Unité d'éthique biomédicale de la même université. Ses recherches portent sur les aspects juridiques et éthiques liés aux biobanques, la responsabilité civile des professionnels de la santé ainsi que les enjeux juridiques et éthiques reliés aux applications mobiles. Il a publié de nombreux articles sur des sujets ayant trait à l’accès aux bases de données en génomique, au retour des résultats/découvertes fortuites, à la responsabilité civile des médecins et à la fermeture des biobanques. En 2014, l’Association du Jeune Barreau de Montréal (AJBM) lui a décerné l’un des prix « Avocat AJBM de l’année 2014 ». En 2015, il fut le récipiendaire de la prestigieuse bourse Queen Elizabeth II Diamond Jubilee pour un séjour à l’Université Oxford.

Alexandre Grégoire.

Alexandre Grégoire détient un baccalauréat en administration des affaires (profil comptabilité) de l’Université du Québec à Montréal. Atteint de la fibrose kystique, il a subi une double transplantation des poumons et du foie au mois d’octobre 2012. Par sa réalité de soins complexes, il a cumulé les expériences de soins de tout genre depuis son enfance dans le système de santé québécois.

Depuis quelques années, Alexandre est activement impliqué comme patient partenaire à différent niveau de gouvernance du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). Toujours au CHUM, il est également patient cochercheur sur un projet de recherche en transplantation. Ce projet de recherche met de l’avant la collaboration, la coconstruction et le partage de savoirs mutuels entre professionnels de la santé et patients. Il participe aussi chaque année au cours de Collaboration en sciences de la santé (CSS) à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, où professionnels de la santé, patients et étudiants partagent sur le partenariat dans les soins de santé.

Geneviève David.

Geneviève David est coordonnatrice au Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public (CEPPP) et de la stratégie de recherche en partenariat avec les patients et le public de l’Unité de soutien SRAP du Québec. Elle est titulaire d’une maîtrise et d’un baccalauréat en sciences biomédicales et poursuit présentement une maîtrise en administration publique spécialisée en gouvernance numérique. Geneviève a travaillé dans diverses équipes de recherches en France, aux États-Unis et au Canada dans les domaines de la génétique, de la bioéthique et de la communication scientifique. Elle a également participé à des comités scientifique et organisateur pour des conférences.

À titre de coordonnatrice, madame David est impliquée dans divers projets dont Les enjeux éthiques du partenariat patient en recherche et la Politique de présence de la famille du patient au sein du nouveau CHUM. Elle participe aussi à la formation des cliniciens-chercheurs, professionnels de la recherche et patients aux fondements du partenariat avec les patients et le public en recherche.

Jean-François Ethier.

Le Pr Jean-François Ethier est clinicien-chercheur et professeur adjoint au département de médecine à l'Université de Sherbrooke. Il codirige également le Groupe de recherche interdisciplinaire en informatique de la santé (GRIIS.ca) et est membre à titre de chercheur associé de l'UMRS 1138 de l'INSERM à Paris. Diplômé de médecine interne de l’Université McGill, il a obtenu un doctorat en épidémiologie et Sciences de l'Information biomédicale de l’université Paris VI (Pierre & Marie Curie).

Dans le cadre de ses recherches, Pr Ethier s’intéresse aux méthodes permettant de mettre le patient au centre des systèmes de recherche et d'aide à la décision (système de santé apprenant). Plus spécifiquement, il développe des méthodes d'interopérabilité sémantiques entre les systèmes de santé et de recherche, structure les entrepôts de données du domaine biomédical et développe de modèles de connaissances formels afin d'unir les données cliniques, génomiques, administratives et issues des appareils personnels connectés (quantified self).

Rémi Quirion.

Depuis le 1er septembre 2011, Rémi Quirion, OC, Ph. D., CQ, MSRC, occupe le poste de scientifique en chef du Québec, un poste nouvellement créé. À ce titre, il préside les conseils d’administration des trois Fonds de recherche du Québec et conseille la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation.

Jusqu’à sa nomination, Rémi Quirion était vice‐doyen aux sciences de la vie et aux initiatives stratégiques de la Faculté de médecine de l’Université McGill et conseiller principal de l’Université (recherche en sciences de la santé). Il était également directeur scientifique du Centre de recherche de l’Institut Douglas, professeur titulaire de psychiatrie à l’Université McGill et directeur exécutif de la Stratégie internationale de recherche concertée sur la maladie d’Alzheimer des Instituts de recherche en santé du Canada. Le professeur Quirion fut le premier directeur scientifique de l’Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies, un des 13 instituts de recherche en santé du Canada.

Ses travaux ont aidé à mieux comprendre le rôle du système cholinergique dans la maladie d’Alzheimer, du neuropeptide Y dans la dépression et la mémoire, et du peptide relié au gène de la calcitonine (CGRP) dans la douleur et la tolérance aux opiacés. Rémi Quirion a obtenu son doctorat en pharmacologie de l’Université de Sherbrooke en 1980 et il a effectué un stage postdoctoral au National Institute of Mental Health, aux États‐Unis, en 1983. Auteur de plus de 650 publications dans des revues scientifiques reconnues, il est l’un des chercheurs en neurosciences les plus cités dans le monde. Récipiendaire de nombreux prix et distinctions, dont l’Ordre national du Québec (chevalier du Québec, CQ) en 2003, le prix Wilder‐Penfield des Prix du Québec en 2004 et l’Ordre du Canada (OC) en 2007, il est également membre de la Société royale du Canada. En 2015, il a été promu Officier dans l’Ordre des Palmes académiques de la République française, une distinction remise par le gouvernement français, qui reconnaît ainsi son apport au développement des relations franco-québécoises en matière de recherche.

Dernière mise à jour : 26 octobre 2017, 17:20

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard

Lien vers le portail du gouvernement du qubec
© Gouvernement du Québec, 2017