Information pour les professionnels de la santé

Directives cliniques aux professionnels et au réseau pour la COVID-19

Cliniques désignées de dépistage et d'évaluation COVID-19

Directives générales

Veuillez vous référer à la page Dépistage pour les détails concernant la dernière mise à jour des priorités de dépistage.

En date du 10 avril 2020, le MSSS a mis à jour l’algorithme présentant la séquence de soins pour les usagers suspectés ou confirmés COVID-19 Fichier PDF. en phase 2 des cliniques désignées d’évaluation (CDÉ).

En date du 2 avril 2020, le MSSS confirme le démarrage des CDÉ. L’ouverture de ces cliniques d’évaluation permettra de concentrer les services de dépistage dans les lieux où seront également offertes des évaluations cliniques, permettant ainsi d’offrir l’ensemble des soins nécessaires dans un même endroit.

Rappelons que les critères de désignation des CDÉ demeurent les mêmes. Les CDÉ ont pour mission de procéder à l’évaluation médicale de tous les patients, inscrits ou non inscrits à un médecin de famille, qui présentent des symptômes d’allure grippale (SAG) ou de gastro-entérite.

De manière fonctionnelle, le patient devra téléphoner au 1 877 644-4545 afin d’obtenir une évaluation clinique faite par une infirmière pour ensuite être dirigé vers la ressource adéquate afin de répondre à son besoin et à sa condition clinique.

Les autres milieux de première ligne auront, quant à eux, le mandat d’assurer une offre de service pour toutes les personnes ne présentant pas de symptômes de grippe ou de gastro-entérite, qu’elles soient inscrites ou non à un médecin de famille dans leur clinique.

De plus, en date du 2 avril 2020, le MSSS présente une trajectoire des patients qui appellent au 1 877 644-4545 ou au 811 après l’ouverture des CDÉ Fichier PDF. ainsi qu’une trajectoire des patients qui consultent en première ligne après l’ouverture des CDÉ. Le MSSS présente également des orientations spécifiques aux CDÉ concernant l’utilisation des équipements de protection individuelle Fichier PDF..

Ces orientations sont complémentaires à celles qui ont été mises en place le 23 mars 2020, concernant les CDÉ, dans le contexte de la pandémie COVID-19.

En phase 2 du déploiement des cliniques désignées de dépistage, les CDÉ ont pour mission de procéder à l’évaluation médicale de tout patient qui présente des symptômes d’allure grippale (SAG) et qui doit obtenir des soins de santé en première ligne. À cette mission générale s’ajoutent les éléments suivants :

  1. Les patients connus positifs COVID-19 sont dirigés vers ces cliniques pour tout besoin de santé, et des mesures d’atténuation de transmission doivent être mises en place pour les recevoir, tout en limitant les risques pour les autres patients.
  2. Les CDÉ peuvent également procéder aux services de dépistage, auxquels cas des corridors spécifiques doivent être mis en place pour ces services.

Le déploiement des CDÉ se fait au niveau national et est commandé par le MSSS, qui déclenchera le processus de désignation. L’atteinte de ces critères sera confirmée par le MSSS et déclenchera le processus de désignation. Les propositions de CDÉ pourront alors être déposées au MSSS par les établissements, mettant à contribution le président-directeur général ou la présidente-directrice générale, le directeur ou la directrice des services professionnels et le ou la chef du Département régional de médecine générale, tout en s’assurant de faire parvenir l’information à l’Association des radiologistes du Québec. Les demandes seront analysées par un Comité paritaire MSSS-FMOQ avant une désignation formelle de la ministre.

Les milieux ciblés peuvent être des groupes de médecine de famille (GMF), des groupes de médecine de famille réseau (GMF-R), des sites non traditionnels ou d’autres cliniques. Dans les régions périphériques, une urgence pourrait également jouer ce rôle, selon le jugement de l’établissement.

Par ailleurs, aux fins de la désignation, les critères suivants devront être respectés :

  1. L’équipement nécessaire doit être disponible pour la clinique.
  2. Des corridors infectieux spécifiques doivent être mis en place, et approuvés par les responsables de la prévention et du contrôle des infections des établissements.
  3. L’offre de service maximale attendue est : 12 heures d’ouverture par jour, 7 jours par semaine. Elle peut être révisée selon la volumétrie réelle des consultations.

De plus, les médecins de famille du réseau de la santé et des services sociaux de première ligne pourront être sollicités par le département régional de médecine générale en fonction des plans de contingence déjà établis.

En outre, il est attendu que les établissements redéploient leurs ressources cliniques et administratives, notamment en repriorisant et en validant les services qui restent prioritaires, que ce soit pour les centres locaux de services communautaires, le guichet d’accès à un médecin de famille, les GMF, les GMF-R, les cliniques d’hiver et les autres activités de première ligne.

Finalement, au moment du déploiement des CDÉ :

  1. Tout autre milieu de première ligne doit assurer une offre de service populationnelle pour la clientèle sans SAG (syndrome d’allure grippal) (ouverture des GMF et cliniques médicales à toutes les clientèles);
  2. Les messages concernant la réorientation de la clientèle ambulatoire vers la première ligne doivent être renforcés.

Protection du personnel

Voici en date du 25 mars 2020 des directives complémentaires portant sur les orientations concernant l’utilisation des équipements de protection individuelle (ÉPI) par les milieux de première ligne, dans une phase de propagation communautaire de COVID-19.

Pour les CDÉ, les usagers doivent mettre un masque de procédure et appliquer du désinfectant à base d’alcool. Pour ce qui est des intervenants, l’équipement suivant doit être utilisé : masque de procédure, protection oculaire, blouse à manches longues jetable et gants non stériles jetables.

Veuillez vous référer à la section Prévention et contrôle des infections pour toute autre information.

Anciennes recommandations

Priorisation des dépistages

En date du 4 mai 2020, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a déployé une nouvelle stratégie de dépistage, les priorités de diagnostic ont été revues, et sont désormais réparties par groupes (G1 à G6). Un de ces groupes (G3) inclut une annexe portant sur les recommandations concernant les prélèvements et analyses TAAN pour la COVID-19 dans les CHSLD (incluant les installations avec mission CHSLD).

En date du 1er mai 2020, le ministère de la Santé été des Services sociaux (MSSS) met en place un nouveau plan de diagnostic des cas de COVID-19. Cette stratégie vise à augmenter l’accès aux diagnostics de la COVID-19 dans la population générale, qui viennent s’ajouter au dépistage en milieu de soins préconisé jusqu’à maintenant. D’abord, une offre de tests sera fixée par région, en fonction du profil épidémiologique de chacune d’entre elles, selon une allocation quotidienne d’analyses à effectuer. Les régions où l’on observe la plus haute densité de transmission communautaire recevront au départ un total de 80 % des analyses disponibles.

Dès le 4 mai 2020, toute personne qui a des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19 devra appeler la ligne 1 877 644-4545, où on procédera à une évaluation de sa condition afin de lui octroyer un rendez-vous dans une clinique désignée de dépistage (CDD), s’il y a lieu, ou une clinique désignée d’évaluation (CDÉ). En fonction de l’allocation régionale, les CDD fourniront un nombre de plages disponibles dans les 24 heures pour un prélèvement. Ceci permettra un accès rapide au test, sans retard des analyses. Le rendez-vous pour un test de détection doit être offert dans un intervalle de 24 heures suivant les 48 heures après le début des symptômes.

En ce qui concerne les demandes qui n’auraient pas pu être traitées par une CDD dans un délai de 24 heures, celles-ci seront référées aux CDÉ. Ces cliniques seront en relation avec les directions de santé publique pour soutenir la gestion des éclosions et des enquêtes. Elles seront responsables de fournir les diagnostics cliniques sans test et de rapporter les cas de maladie à déclaration obligatoire. Les patients pourront également y recevoir des conseils quant aux mesures de prévention, d’isolement et de gestion des contacts étroits à mettre en place, de même que les formulaires d’absence et de retour au travail.

Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, les priorités de diagnostic ont été revues, et sont désormais réparties par groupes, soit :

  • G1 : Les patients symptomatiques hospitalisés ou qui nécessitent des soins réguliers en milieux hospitaliers, notamment les patients hospitalisés symptomatiques (incluant les tests requis pour la levée d’isolement), les patients symptomatiques des unités d’hémodialyse, les patients symptomatiques à l’urgence dont l’état justifie une hospitalisation ou qui présentent des facteurs de risque de complications, les femmes enceintes symptomatiques au 3e trimestre et les personnes devant accompagner une femme à un accouchement, lorsque symptomatique à la fin de la grossesse;
  • G2 : Les professionnels de la santé symptomatiques en contact direct avec les patients, incluant les services ambulanciers, dont le retrait causerait un bris de service (incluant les tests requis pour les mesures de retour au travail);
  • G3 : Les usagers et le personnel dans des milieux d’hébergement tels que les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), les résidences privées pour aînés (RPA) et les ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF), dès qu’un nouveau cas positif non isolé est identifié, à la sortie des usagers d’un centre hospitalier qui sont dirigés vers un milieu de vie comme un CHSLD, une RPA ou une RI-RTF, les personnes symptomatiques habitant dans d’autres milieux à risque (ex : refuges pour itinérants, RI, etc.) et dans des milieux de vie hébergeant des personnes âgées (plus de 70 ans) sur recommandation du directeur régional de santé publique. (Voir également les Recommandations concernant les prélèvements et analyses TAAN pour la COVID-19 dans les CHSLD mises à jour le 4 mai 2020 Fichier PDF.);
  • G4 : Les personnes symptomatiques de toutes les communautés (incluant les milieux en réouverture : écoles, milieux de garde, manufactures, mines, construction, etc.);
  • G5 : Les premiers répondants ou travailleurs du système de sécurité publique (ex. : policiers et pompiers, agents des services correctionnels) et autres travailleurs symptomatiques fournissant des services jugés critiques/essentiels;
  • G6 : Les contacts étroits des cas, symptomatiques ou asymptomatiques, selon les directives du directeur de santé publique et le dépistage dans des milieux spécifiques en fonction du déconfinement (écoles, milieux de travail, etc.), selon les directives du directeur de santé publique.

Rappelons que les CDÉ ont été mises en place depuis le début du mois d'avril. Leur mission est de procéder à l'évaluation médicale de tout patient qui présente des symptômes qui s'apparentent à la COVID-19, incluant les symptômes d'allure grippale (SAG) et de gastro-entérite pour lesquels il doit recevoir des soins de santé en première ligne, et de procéder aux services de dépistage.

Dernière mise à jour : 24 juillet 2020, 09:58

À consulter aussi

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2020 Haut de page