Information pour les professionnels de la santé

COVID-19 - Directives au réseau de la santé et des services sociaux

Pour consulter les directives, les protocoles et les algorithmes cliniques, consultez la page Directives cliniques aux professionnels et au réseau pour la COVID-19.

CHSLD

En raison de l’évolution de la situation de la maladie à coronavirus COVID-19 au Québec, nous vous transmettons une mise à jour des informations et des consignes pour les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Tous les établissements exploitant une mission CHSLD doivent mettre en place ces mesures.

Visites et sorties

  • Il est maintenant possible depuis le 11 mai 2020, sous réserve du respect de conditions spécifiques, qu’une personne proche aidante puisse apporter une aide ou un soutien significatif à une personne en CHSLD. Les personnes proches aidantes qui seront autorisées à offrir cette aide sont celles qui donnent du soutien de façon régulière pour répondre à des besoins et contribuer à l’intégrité et au bien-être d’un proche.
  • L’aide et le soutien apportés peuvent concerner l’accompagnement pour les repas, la surveillance et la vigilance quant à l’état général, le soutien à diverses activités de la routine quotidienne ou de nature récréative, l’aide à la marche ou encore le soutien sur le plan moral ou le réconfort.
  • Afin d’assurer un équilibre favorable entre les risques et les bénéfices associés, cette mesure est assujettie au respect des précautions décrites dans la directive : Assouplissement des mesures concernant la présence des personnes proches aidantes significatives dans les CHSLD, les RI-RTF, les RPA. Veuillez svp vous y référer pour l’application de cette directive à la page Personnes proches aidantes. Les CHSLD qui voudront s’y soustraire en totalité ou en partie devront recevoir préalablement l’autorisation du MSSS.
  • À noter que ces directives concernant le soutien par une personne proche aidante auprès d’un résident s’appliquent dans toutes les zones du CHSLD.
  • Maintien de l’interdiction pour les résidents de sortir du CHSLD pour aller dans leurs familles ou pour se rendre dans un lieu public, compte tenu du risque que le résident rapporte le virus à l’intérieur du CHSLD à son retour.
  • Toutefois il est possible, pour les résidents qui sont en zone froide, de sortir dehors sur le terrain du CHSLD à condition de s’assurer que les mêmes conditions qui s’appliquent à l’intérieur du CHSLD soient également respectées à l’extérieur du CHSLD en lien avec la distanciation physique et les mesures de prévention et de contrôle des infections.
  • Compte tenu du confinement des résidents qui sont en zone tiède ou zone chaude, ceux-ci peuvent sortir à l’extérieur seulement s’ils ont accès à une sortie dédiée accessible à partir de leur zone. En effet, pour pouvoir sortir dehors, les personnes en confinement doivent avoir accès à un corridor de circulation, à une sortie dédiée et être en contact exclusivement avec les personnes de leur zone (membres du personnel, résidents, proches aidants), pendant leur déplacement ainsi qu’une fois rendu à l’extérieur.

Soins palliatifs et de fin de vie en CHSLD

L’interdiction de visites auprès des personnes en soins palliatifs et de fin de vie en CHSLD est levée. Ainsi, les visites sont permises auprès des personnes en soins palliatifs et de fin de vie, peu importe la zone du CHSLD où se trouve le résident aux conditions suivantes :

  • Une ou deux personnes à la fois, pour un maximum de 3 personnes différentes par période de 24 heures.
  • Aucun visiteur symptomatique à la COVID-19 n’est admis. Triage à effectuer à l’arrivée du visiteur.
  • Les visiteurs doivent porter les équipements de protection recommandés selon la situation.
  • Accompagnement individualisé des visiteurs afin de s’assurer qu’ils respectent les mesures de prévention et de contrôle des infections.
  • Les visiteurs ne doivent pas circuler dans le CHSLD à d’autres endroits que celui où se trouve leur proche qui est en fin de vie.

De plus, l’admission d’une personne dans un lit de soins palliatifs situé dans un CHSLD peut se faire sans passer par une zone tampon aux conditions suivantes :

  • La personne est COVID négatif et asymptomatique.
  • La chambre de soins palliatifs est considérée comme une zone tiède et la personne est en mesure de respecter le confinement de 14 jours à la chambre.

Proches et famille des résidents

  • Mettre en place des moyens de communication permettant le maintien du lien entre les proches et les résidents dans le contexte d’interdiction des visites régulières, par exemple par l’accès aux appels téléphoniques et aux outils technologiques de communication.
  • Identifier des personnes dont la fonction est de contacter les familles ou les proches pour les informer de l’état de santé et de bien-être du résident sur une base régulière.

Mesures de prévention et de contrôle des infections

Rappel - Liens vers documents de l’NSPQ :

Pratiques de base à mettre en place :

  • S’assurer de la mise en place dans le CHSLD des affiches sur l’hygiène des mains et sur l’étiquette respiratoire aux endroits requis.
  • Si requis, augmenter le nombre de dispensateurs de solution hydroalcoolique disponibles dans le CHSLD.
  • Dispenser, dans les meilleurs délais, la formation sur l’hygiène des mains à tout le personnel à l’aide de la capsule d’information disponible en ligne à l’adresse suivante : https://fcp.rtss.qc.ca/local/html-courses/hygiene/story.html Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre..
  • Un taux d’observance de 100 % de l’hygiène des mains doit être visé. Ce qui signifie que le personnel se lave les mains à toutes les occasions où cela est recommandé (à l’entrée et à la sortie de l’installation, avant et après avoir touché son masque, avant et après l’entrée dans la chambre d’une personne, avant et après avoir fourni des soins, après avoir été en contact avec des liquides biologiques).
  • Mettre des affiches à l’entrée des zones chaudes ou tièdes ou des chambres chaudes ou tièdes, indiquant les équipements de protection individuelle requis avant d’entrer.

En complément, les mesures de prévention et de contrôle des infections suivantes doivent également être respectées :

  • Nouvelles consignes pour le port du masque de procédure et de protection oculaire. Une attention scrupuleuse de tous les instants doit être portée aux mesures d’hygiène (lavage des mains, hygiène respiratoire) et de salubrité dans toutes les régions sociosanitaires, dans tous les établissements et dans toutes les zones
Hors Communauté métropolitaine de Montréal (CMM)
CHSLD / RI / RTF
(Personnel1 et proches aidants)
RPA
(Personnel)
CENTRE HOSPITALIER
(Personnel et proches aidants)

Zone chaude2 et zone tampon2

Masque médical (masque de procédure) + Protection oculaire
(lunette de protection ou visière)

Masque médical (masque de procédure) + Protection oculaire
(lunette de protection ou visière) S’il y a un problème d’inventaire, privilégier les unités prothétiques et spécialisées pour le port de la protection oculaire ou de la visière

Masque médical (masque de procédure) + Protection oculaire
(lunette de protection ou visière)

Zone froide

Masque médical (masque de procédure)

Communauté métropolitaine de Montréal (CMM)
CHSLD / RI / RTF
(Personnel et proches aidants)
RPA
(Personnel)
CENTRE HOSPITALIER
(Personnel et proches aidants)

Zone chaude2, zone tampon2 et zone froide

Masque médical (masque de procédure) + Protection oculaire
(lunette de protection ou visière)

Masque médical (masque de procédure) + Protection oculaire
(lunette de protection ou visière) S’il y a un problème d’inventaire, privilégier les unités prothétiques et spécialisées pour le port de la protection oculaire ou de la visière

Masque médical (masque de procédure) + Protection oculaire
(lunette de protection ou visière)

1 Dans le cas de la CMM, tout le personnel doit porter le masque et la protection oculaire à l’exception du personnel administratif. Toutefois, si ce dernier doit se déplacer hors de ses bureaux ou être en interaction avec d’autres personnes à moins de 2 mètres, il devra alors porter tous les ÉPI nécessaires prévus.
2 En plus du masque et d’une protection oculaire, le port de la jaquette et des gants est aussi requis pour les travailleurs et les proches aidants en contact rapproché (moins de 2 mètres) avec un patient ou un résident (zones chaude et tampon).

Pour consulter les municipalités faisant partie de la communauté métropolitaine de Montréal Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre..

  • Les consignes du tableau précédent concernant les équipements de protection individuelle s’appliquent dès l’entrée dans le bâtiment ainsi qu’en tout temps sur les lieux d’un CHSLD, incluant dans les lieux dédiés au personnel (salle de pause, vestiaire, salle à manger, etc.). La distanciation physique de 2 mètres demeure une mesure requise.
  • Les équipements de protection individuelle doivent être disponibles en quantité suffisante et correctement utilisés.
  • La protection oculaire utilisée devra quant à elle être conservée et désinfectée pour un usage multiple.
  • On doit retrouver du personnel dédié distinctement pour chacune des zones du CHSLD (froide, chaude et tiède le cas échéant).
  • Le nombre de personnes différentes qui intervient auprès d’un même résident doit être limité (personnel dédié).
  • Les zones dans le CHSLD doivent être définies et étanches. Les entrées, sorties, zones d’habillage et de déshabillage, aires de repas et repos et les aires de préparation de la médication et d’entreposage du matériel doivent être distinctes pour le personnel dédié en zone chaude, tiède ou froide afin que les employés de chaque zone ne soient pas en contact les uns avec les autres.
  • S’il est requis de remplacer le personnel dédié à une zone (ex : absence maladie, congé), ne pas autoriser le déplacement du personnel (infirmière, infirmière auxiliaire, préposé aux bénéficiaires) d’une zone à l’autre à l’intérieur d’un même quart de travail. Toutefois, si un de bris de services ne permettait pas l’application en tout ou en partie de cette consigne, établir une procédure de travail sécuritaire de la zone froide vers la zone chaude.
  • Rendre disponibles et obligatoires les formations mises à la disposition des employés du CHSLD sur le site de l’ENA aux adresses suivantes : https://fcp.rtss.qc.ca/ Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. ou https://fcp-partenaires.ca/ Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre..
  • Des personnes, sur place dans chacun des CHSLD, doivent être identifiées comme responsables PCI et s’assurer du maintien des bonnes pratiques en tout temps (surveillance et intervention au besoin).
  • Les membres du personnel ne doivent pas travailler dans plus d’un CHSLD afin de prévenir la contamination d’une installation à l’autre, dans la mesure du possible.
  • Assurer l’application d’un protocole de nettoyage et de désinfection des équipements de soins partagés et des lieux physiques. Les surfaces fréquemment touchées « high touch » dans les chambres et les aires communes doivent être nettoyées et désinfectées plusieurs fois par jour.

Personnel du CHSLD et travailleurs embauchés par les résidents

Suivre les recommandations sur la levée des mesures d’isolement dans la population en général et sur les mesures d’isolement des travailleurs de la santé dans la page Prévention et contrôle des infections.

Réaliser une vigie de l’état de santé des employés avant chaque quart de travail.

Recommander aux travailleurs de porter des vêtements propres pour venir travailler, de changer de vêtements lors du retour à leur domicile et de les laver séparément si présence de souillures visibles sur les vêtements.

Alimentation

  • Favoriser la prise des repas à la chambre, au plateau, pour les résidents qui sont autonomes pour s’alimenter.
    • S’assurer d’offrir la préparation du plateau au moment du service (ouvrir les contenants, couper la nourriture, etc.) et assigner une personne dédiée à la surveillance et à la réponse aux besoins de l’ensemble des résidents qui mangent à la chambre.
  • Privilégier, pour la prise du repas en salle à manger, les résidents qui ont besoin d’aide à l’alimentation, ceux qui sont dysphagiques et ceux qui ont besoin d’une surveillance étroite ou de stimulation pour s’alimenter.
    • À la salle à manger, conserver une distance de 2 mètres entre les résidents.

Animation et support dans le milieu de vie

  • Une attention particulière doit être portée au maintien de l’ensemble des soins et de services de base (notamment le lever, l’habillage et les soins d’hygiène selon les modalités correspondant aux préférences du résident).
  • Mettre en place des actions visant à prévenir le déconditionnement des résidents. Se référer au document « Directives pour prévenir le déconditionnement chez la personne aînée isolée dans son milieu de vie en contexte de pandémie, notamment en RPA, RI-RTF et CHSLD ».
  • Respecter une distance de 2 mètres en tout temps entre les résidents lors des activités jugées essentielles. Les résidents qui sont symptomatiques ne peuvent pas y participer de même que les résidents admis en zone tiède et en zone chaude.
  • Intégrer, aux équipes régulières du CHSLD, dans la mesure du possible, des personnes supplémentaires qui sont en mesure d’offrir du soutien aux équipes en place, d’assurer une surveillance des résidents ou de leur consacrer du temps pour les divertir.
  • Cesser le lavage des vêtements par les familles des résidents et le prendre en charge au niveau du CHSLD, pendant le temps de la pandémie de la COVID-19.
  • Éviter le va-et-vient d’objets ou de matériel entre le CHSLD et la communauté. Ainsi, les personnes proches aidantes qui apporteront un soutien à un résident à compter du 11 mai ne doivent pas apporter dans le CHSLD des objets qui seront ramenés à la maison par la suite, comme un sac à main, un sac à lunch, des documents, etc. Il est toutefois possible d’apporter des biens ou un plat de nourriture qui seront laissés au CHSLD, une fois désinfectés par le personnel sur place.
  • Mettre en place un mécanisme sécuritaire pour la livraison de repas d’un restaurant ou du domicile, de cadeaux ou de biens non disponibles dans le CHSLD, comprenant notamment la désinfection de l’emballage ou du contenant.

Admissions en CHSLD

Trajectoire d’admission

Afin d’assurer une meilleure fluidité des admissions en CHSLD, le passage par les zones tampons n’est pas requis sous certaines conditions, dans le respect des mesures de prévention et de contrôle des infections (PCI). Ainsi, l’admission ou le retour en CHSLD sans passer par une zone tampon peut se faire dans les situations suivantes :

  • Pour les personnes rétablies de la COVID-19 : procéder à l’admission dans le CHSLD, en zone froide. Aucun isolement du résident n’est requis.
  • Pour les autres personnes, on doit procéder à un test de dépistage. Le résultat du test permettra d’orienter la personne vers la zone appropriée du CHSLD ou encore de l’orienter vers une zone tampon si les conditions ne sont pas rencontrées pour être admises directement en CHSLD. Veuillez vous référer à la Trajectoire : admission ou retour en CHSLD après un séjour en centre hospitalier ou en milieu de réadaptation / admission en CHSLD en provenance de la communauté.
  • Les milieux d'hébergement sont soumis à la décision du mécanisme d’accès à l’hébergement (MAH) pour les résidents qui y sont orientés.
  • Le milieu retenu doit procéder à l’hébergement de manière à favoriser la sécurité du résident sur les unités. Si le CHSLD retenu pendant la pandémie n’était pas le milieu souhaité par le résident, un mécanisme doit être prévu pour offrir au résident un transfert vers le milieu souhaité une fois la situation de pandémie terminée.
  • Toutefois, pendant la période de la pandémie de COVID-19, il n’est pas possible de transférer un résident se trouvant dans un CHSLD de transition vers le CHSLD de son choix. Le mécanisme prévu pour le transfert vers le milieu souhaité reprendra une fois la situation de pandémie terminée.
  • Une personne nouvellement hébergée en CHSLD pourra être accompagnée par une personne proche aidante qui lui apporte une aide ou un soutien significatif.

Zones tampon

Les zones tampons sont des lieux transitoires permettant d’accueillir des usagers avant qu’ils soient transférés dans une zone froide d’un CHSLD. Ces zones permettent aussi d’accueillir des usagers testés positifs qui ne peuvent demeurer dans leur milieu de vie. Ce lieu permet d’éviter la propagation de la COVID-19 dans les milieux de vie et d’éviter que certains usagers demeurent en centre hospitalier lorsque ce n’est pas requis. Pour plus de détails, se référer à la page Zones tampons.

Zones froides et chaudes

COVID-19 : Mesures pour la gestion des cas et des contacts dans les centres d'hébergement et de soins de longue durée pour aînés Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.

  • Création de zones dans les CHSLD :
    • Zone froide : clientèle sans COVID-19
    • Zone tiède le cas échéant : pour les cas COVID-19 suspects ou en investigation ou en transition en provenance d’un autre milieu
    • Zone chaude : pour les cas COVID-19 confirmés
  • De façon générale, la création d’une zone chaude ou tiède se fait par le biais d’un regroupement (cohorte) de résidents atteints de la COVID-19 dans un endroit dédié dans le CHSLD. Si vous ne pouvez dédier tout un étage ou toute une unité à une zone chaude ou tiède, vous devez placer une barrière physique délimitant la zone chaude et maintenir une séparation spatiale d’au moins 2 mètres entre les résidents.
  • Toutefois, dans certaines circonstances et à la suite d’une évaluation des risques et des bénéfices par l’équipe d’expert en prévention et contrôle des infections de l’établissement, la zone chaude ou tiède pourrait être la chambre du résident. La zone froide serait alors les chambres des autres résidents qui n’ont pas la COVID-19.
  • Dès l’apparition de signes et symptômes (toux, fièvre, difficulté respiratoire, perte soudaine de goût ou d’odorat sans congestion nasale), le résident est considéré comme un cas suspecté ou en investigation COVID-19 : le transférer en zone tiède dans un endroit dédié du CHSLD ou le garder à sa chambre, selon l’évaluation de la situation par l’équipe en prévention et contrôle des infections. Ne pas placer les patients suspectés ou sous investigation dans la même chambre que les patients confirmés avec COVID.
  • Dans les chambres considérées comme des zones chaudes ou tièdes :
    • Maintenir le résident dans sa chambre individuelle avec salle de toilette dédiée. Dans le respect des bonnes pratiques en la matière, considérer, lorsque requise, la mise en place de mesures alternatives afin d’éviter que le résident sorte de sa chambre et contamine l’environnement extérieur à sa chambre.
    • Si le résident est en chambre double, s’assurer de la présence d’une barrière physique avec l’autre résident et du respect de cette barrière entre les résidents. Si ce n’est pas possible, considérer le transfert en chambre individuelle ou en zone chaude.
  • Présence de personnel désigné pour favoriser l’hygiène des mains chez les résidents et procéder à la désinfection des surfaces touchées par les usagers dans les CHSLD touchés par la COVID-19.
  • Dans le cas où un résident atteint par la COVID-19 serait temporairement transféré dans une chambre se trouvant en zone chaude ou tiède, ses meubles et ses biens non essentiels à la vie quotidienne doivent demeurer dans la chambre pour éviter la contamination de l’environnement lors de leur déplacement dans le CHSLD. Une désinfection de la chambre doit être faite s’il est requis de la rendre disponible temporairement pour un autre résident.

En complément

  • Déterminer les niveaux de soins pour tous les résidents;
  • Prendre connaissance des conditions de transfert vers un centre hospitalier;
  • Surveiller les signes et symptômes et particularités chez la personne âgée.

Hébergement temporaire (lits de répit)

Le séjour en hébergement temporaire est maintenant autorisé pour les résidents en provenance du domicile pour lesquelles la santé, l’intégrité ou la sécurité du proche est compromise. Ce séjour permet d’éviter le recours à d’autres ressources du réseau de la santé et des services sociaux et il est permis selon les mêmes indications que pour une admission régulière (dépistage requis et orientation en zone chaude ou tiède selon le résultat du test).

Dépistage COVID-19

Effectuer un test de dépistage de la COVID-19 pour les résidents et le personnel d’un CHSLD selon les directives ministérielles. Le dépistage est également offert aux personnes proches aidants qui le souhaitent. Se référer aux mécanismes et à la priorisation opérationnelle en vigueur.

Dernière mise à jour : 27 mai 2020, 15:11

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2020 Haut de page