Santé et Services sociaux Québec

Page précédente Taille du texte

Virus du papillome humain (VPH)

Programme de vaccination

La vaccination est un moyen de protection efficace et sécuritaire contre les infections par les VPH et leurs complications.

Cependant, la vaccination contre les VPH n’offre pas de protection contre les autres infections transmissibles sexuellement.

Au Québec, le programme de vaccination gratuite contre les VPH s’adresse aux filles âgées de 9 à 17 ans ainsi qu’aux femmes âgées de 18 à 26 ans qui ont un système immunitaire affaibli ou qui sont infectées par le VIH. La vaccination se fait principalement à l’école, soit en 4e  année du primaire. L’école permet de vacciner plus facilement un grand nombre de filles.

Le programme de vaccination contre les VPH au Québec est offert aux filles en 4e année du primaire pour les raisons suivantes :

  • C’est à l’âge de la 4e année (entre 9 et 11 ans) que le système immunitaire répond le mieux au vaccin.
  • Le vaccin est plus efficace lorsque la personne n’est pas déjà infectée par un VPH. Comme l’infection se produit habituellement dans les premières années d’activité sexuelle, il est préférable que les filles soient vaccinées avant leurs premières relations sexuelles.
  • Il existe déjà en 4e année un programme de vaccination qui protège contre une autre infection, soit l’hépatite B. Cela permet d’éviter des déplacements aux parents.
  • En 4e année du primaire, 2 doses suffisent. Après l’âge de 14 ans, 3 doses sont nécessaires.

Au début du programme, le vaccin visait à prévenir uniquement le cancer du col de l’utérus. Les filles étaient donc plus directement touchées par la prévention de ce cancer, donc elles étaient les seules à recevoir le vaccin. Depuis, de nombreuses études scientifiques démontrent que le vaccin contre les VPH protège les garçons contre les condylomes et une forme de cancer de l’anus associé aux VPH. On ne sait pas si la vaccination des garçons prévient le cancer du col de l’utérus chez leurs partenaires féminines. Toutefois, la vaccination d’une grande proportion des filles amène une diminution des condylomes chez les garçons. La vaccination des garçons contre les VPH est recommandée par des experts canadiens, mais elle n’est pas gratuite dans la majorité des provinces canadiennes, dont le Québec.