Santé et Services sociaux Québec.

Page précédente Taille du texte

Mise en garde contre la cigarette électronique ou d’autres produits équivalents

La cigarette électronique et d’autres produits équivalents font une entrée massive et soudaine sur le marché québécois. L’information relative à la composition des mélanges chimiques utilisés dans ces produits est variable et provient des fabricants. Les fabricants et les distributeurs allèguent que ces nouveaux produits ne contiennent pas de nicotine et qu’ils ne font que produire une vapeur inoffensive. Le directeur national de santé publique du Québec émet une mise en garde de santé publique.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux travaille actuellement à mieux connaître les produits visés. Les travaux entrepris portent notamment sur les sujets suivants :

  • La composition chimique des mélanges disponibles, des produits inhalés et expirés ainsi que leurs effets sur la santé;
  • La sécurité du dispositif utilisé;
  • L’impact des cigarettes électroniques ou des dispositifs équivalents sur la consommation de produits du tabac.

Tout comme Santé Canada, le directeur national de santé publique du Québec invite donc la population à s’abstenir de consommer les cigarettes électroniques ainsi que tous les autres produits comparables, qu’ils contiennent ou non de la nicotine, jusqu’à ce que soient mieux compris les impacts de leur consommation sur la santé.

De plus, tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas de certitude quant à la composition et la forme des produits inhalés et expirés, le directeur national de santé publique du Québec invite la population à les considérer comme des produits du tabac. Ainsi, il serait souhaitable pour les usagers qu’ils ne les consomment pas dans les lieux visés par la Loi sur le tabac. Le directeur national de santé publique du Québec invite aussi les exploitants à ne pas en tolérer l’usage dans leur établissement. Quant aux détaillants, il serait souhaitable qu’ils respectent les dispositions de la Loi sur le tabac concernant la vente, la promotion et la publicité des produits du tabac comme s’il s’agissait de tels produits, plus particulièrement celle interdisant la vente à des mineurs. Bien que des doutes puissent être émis concernant l’application de la Loi sur le tabac à ces produits, le directeur national de santé publique du Québec rappelle à tous les exploitants et à tous les détaillants qu’ils détiennent le pouvoir de l’appliquer.

Finalement, le directeur national de santé publique du Québec invite la population à consulter la mise en garde de Santé Canada, disponible sur son site Internet. Elle y constatera que les produits contenant de la nicotine ou se prétendant outil d’arrêt tabagique doivent recevoir une homologation pour être vendus au Canada. Jusqu’à présent, aucun de ces produits n’a reçu d’homologation.