Logo MSSS
Bandeau du site

Dépistage du cancer colorectal

Accueil > Sujets > Santé publique > Dépistage du cancer colorectal

Cancer colorectal

Au Québec, le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer tant chez les hommes que chez les femmes. Ce cancer se forme dans le rectum ou le côlon, appelé « gros intestin », et se développe habituellement sur des polypes. Pour plus d’information, consultez la page Cancer colorectal du Portail santé mieux-être.

Dépistage

Le dépistage du cancer colorectal vise à détecter et à traiter le cancer avant même que les signes et symptômes de la maladie apparaissent. À ce moment, le cancer est généralement à un stade peu avancé, ce qui augmente les chances de succès du traitement. Il est recommandé aux hommes et aux femmes âgés de 50 à 74 ans de passer un test de dépistage tous les 2 ans. Informez-vous auprès de votre médecin pour savoir si ce test de dépistage est pertinent pour vous.

Test de dépistage RSOS

Le cancer et les polypes situés dans le gros intestin laissent souvent des traces de sang, invisibles à l’œil nu, dans les selles. Une façon de dépister ce cancer est donc de vérifier s’il y a du sang dans les selles à l’aide du test de recherche de sang occulte dans les selles (RSOS).

Si le résultat du test est anormal, il faut vérifier d’où vient le sang détecté dans les selles. Il est alors nécessaire de voir à l’intérieur du côlon et du rectum à l’aide d’un examen appelé coloscopie. Lors de cet examen, un médecin introduit dans votre gros intestin un tube mince et flexible, au bout duquel se trouve une minuscule caméra.

Avantages du dépistage

Comme le cancer colorectal se développe habituellement très lentement, une personne peut avoir ce cancer pendant quelques années avant de s’en rendre compte. Les personnes qui se font dépister aux deux ans ont ainsi plus de chances que le cancer soit diagnostiqué et traité à un stade peu avancé. Le dépistage du cancer colorectal par RSOS réduit donc le risque de mourir d’un cancer colorectal.

Inconvénients du dépistage

Le test de dépistage n’est pas parfait. Il détecte parfois du sang dans les selles alors qu’il n’y a ni cancer ni polype, obligeant ainsi quelques personnes à passer une coloscopie qui n’aurait pas été nécessaire autrement. À l’inverse, 2 fois sur 10, le test ne détectera pas la présence de sang dans les selles, et ce, même s’il y a un cancer. Finalement, un cancer peut être diagnostiqué plus tôt grâce au dépistage sans que cela n’augmente les chances de guérison de la personne. Celle-ci aura seulement été informée plus tôt qu’elle a un cancer.

Programme de dépistage du cancer colorectal

Afin de réduire la mortalité causée par le cancer colorectal, le ministère de la Santé et des Services sociaux travaille à mettre en place le Programme québécois de dépistage du cancer colorectal (PQDCCR). Des projets pilotes visant le déploiement d’un programme organisé de dépistage du cancer colorectal sont en cours dans différentes régions du Québec. Ces projets ont pour but d’expérimenter les différents paramètres prévus au programme avant son déploiement à l’échelle provinciale.


Lien vers le portail du gouvernement du québec
© Gouvernement du Québec, 2014