Logo MSSS
Bandeau du site

Pandémie

Accueil > Sujets > Santé publique > Pandémie > Grippe A (H1N1)

Grippe A (H1N1)

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a modifié le nom du virus qui a été responsable de la pandémie de grippe en 2009, pour A(H1N1)pdm09. Cette appellation permet de distinguer la nouvelle souche de celle qui circulait déjà avant la pandémie, soit la souche A (H1N1).

Comme la nouvelle appellation est encore peu répandue, l’appellation A (H1N1) a été utilisée dans cette page.

En mars 2009, un nouveau virus de la grippe avait commencé à circuler au Mexique, provoquant de nombreux décès parmi la population. Ce virus a été responsable d’une pandémie en se propageant rapidement dans le monde et de manière soutenue chez les humains. La souche virale en cause comportait des gènes humains, porcins et aviaires. Cette souche, différente des virus habituellement en circulation, était jusqu’alors inconnue. Ce virus de la grippe A (H1N1) se distingue donc de celui de la grippe saisonnière par sa virulence.

La grippe A (H1N1) affectait particulièrement des groupes de personnes qui, en d’autres circonstances, sont peu affectés par la grippe, comme les adolescents ou les adultes de moins de 50 ans en bonne santé. 

Modes de transmission

Le virus de la grippe A (H1N1) se transmet de personne à personne, tout comme les virus de la grippe saisonnière. La transmission s’effectue par voie respiratoire, quand on inhale des gouttelettes projetées par une personne infectée qui tousse ou éternue; ou par contact, en portant la main à la bouche ou au nez après avoir touché un objet contaminé par le virus comme une poignée de porte ou la surface d'un comptoir. 

Schéma de transmission

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Symptômes

Les symptômes de la grippe A (H1N1) s'apparentent à ceux de la grippe saisonnière : fièvre, toux, courbatures, fatigue, diminution de l'appétit. Dans certains cas, ces symptômes peuvent être accompagnés d'écoulement nasal, de maux de gorge, de nausées ou de diarrhées. Lorsque des complications surviennent, elles prennent généralement la forme de difficultés respiratoires, qui requièrent alors une consultation médicale.

Depuis 2010, le virus de la grippe A (H1N1) est en circulation. Sa souche est contenue dans le vaccin offert gratuitement aux personnes à risque durant la saison grippale.

Pandémie de grippe A (H1N1)

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré en septembre 2010 la fin de l’épidémie de grippe A (H1N1). Depuis, nous sommes en phase post-pandémique.

Actuellement, la population québécoise a une bonne protection immunitaire contre le virus de la grippe A (H1N1). Cette immunité a été acquise soit après avoir contracté le virus soit par la vaccination. Malgré la bonne protection de la population, les autorités de santé continuent de surveiller l'évolution du virus de la grippe A (H1N1), au Québec et ailleurs dans le monde, comme c’est le cas pour les autres virus de la grippe.

Bilan

À la fin de l’été 2009, les autorités de santé publique estimaient que 18 % de la population québécoise avait été infectée par le virus. L'âge moyen des personnes hospitalisées était de 30 ans.

Plus de 40 % des personnes hospitalisées étaient âgées de 5 à 49 ans, tandis que la grippe saisonnière entraîne habituellement peu d'hospitalisations dans ce groupe d'âge. Durant cette première vague, plus de 3 000 Québécois ont dû être hospitalisés, incluant des femmes enceintes et des jeunes enfants, dont plus de 400 ont nécessité une admission dans un service de soins intensifs. La présence d'une maladie chronique augmentait le risque de complication chez les personnes atteintes d’une maladie pulmonaire ou cardiaque et le diabète.

À la fin de la deuxième vague, durant l’hiver 2010, 57 % de la population du Québec avait été vaccinée contre la grippe A (H1N1).

Mise à jour le 23 novembre 2011

Haut de la page


Lien vers le portail du gouvernement du québec
© Gouvernement du Québec, 2017