Santé et Services sociaux Québec
Page précédente    Taille du texte

Soleil et rayons UV

Une exposition modérée au soleil est nécessaire à la santé. En effet, les rayons ultraviolets (UV) du soleil activent la synthèse de la vitamine D par la peau. Cette vitamine joue un rôle extrêmement important pour l’organisme, notamment pour la santé des os, par l’absorption du calcium et du phosphore.

Pour obtenir une dose adéquate de vitamine D, de 5 à 15 minutes d’exposition solaire quotidienne des mains, des bras et du visage suffisent.

Bien que le soleil soit essentiel à la vie, il faut s’y exposer de façon sécuritaire. Une exposition excessive et fréquente aux rayons ultraviolets (UV), qu’ils proviennent du soleil ou des appareils de bronzage, peut causer des dommages cellulaires profonds.

Le bronzage est loin d’être un signe de santé. Il révèle plutôt que la peau a réagi après avoir subi des dommages.

Les impacts des rayons UV

Les rayons UV peuvent entraîner des brûlures et causer d’autres dommages au fil du temps, tels que :

  • le vieillissement accéléré de la peau (apparition de rides);
  • des taches brunes;
  • des lésions aux yeux, telles que des cataractes;
  • l’affaiblissement du système immunitaire;
  • le développement de cancers de la peau.

Au Québec, selon les statistiques de 2011, près de 15 personnes meurent tous les mois du mélanome, le cancer de la peau le plus meurtrier. Depuis 1990, le nombre de cas de mélanome a plus que doublé au Québec.

Pour en savoir plus

Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel

Le 5 juin 2012, la Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel a été adoptée par l’Assemblée nationale et a été sanctionnée le lendemain. Elle entrera en vigueur dès le 11 février 2013.

Cette loi vise à interdire la fréquentation des salons de bronzage aux jeunes de moins de 18 ans. Plus précisément, elle vise à prohiber l’offre ou la vente de services de bronzage artificiel par lampes à émission de rayons UV aux jeunes de moins de 18 ans au Québec.

La Loi a été établie à la suite de récentes études scientifiques qui démontrent les dangers du bronzage artificiel pour la santé. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a notamment classé, en 2009, les appareils de bronzage à émissions de rayons ultraviolets dans la catégorie des risques de cancers les plus élevés pour l’humain, au même titre que la cigarette ou l’amiante.

De plus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné l’importance de protéger les jeunes contre les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel. À l’instar de l’OMS, plusieurs sociétés et associations ont demandé aux gouvernements de légiférer pour protéger les jeunes contre les effets nocifs du bronzage artificiel, dont :

  • l’American Academy of Dermatology;
  • l’American Academy of Pediatrics;
  • l'Association des dermatologues du Québec;
  • l’Association canadienne de dermatologie;
  • l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ);
  • la Société canadienne du cancer.

Points saillants de la Loi

  • En vertu de la Loi, l'exploitant d'un salon de bronzage ne peut offrir des services de bronzage artificiel à une personne mineure dans le salon qu'il exploite, lui en permettre l’utilisation ou lui permettre, sans excuse légitime, d'avoir accès à une salle du salon où est installé un appareil émettant des rayonnements ultraviolets utilisé pour le bronzage artificiel.
  • Toute personne qui désire obtenir des services de bronzage artificiel dans un salon de bronzage ou avoir accès à une salle du salon où est installé un appareil émettant des rayonnements ultraviolets utilisé pour le bronzage artificiel peut être contrainte à prouver qu’elle est majeure. La preuve doit se faire au moyen d’une pièce d’identité avec photo, délivrée par un gouvernement, l’un de ses ministères ou par un organisme public, et sur laquelle sont inscrits le nom ainsi que la date de naissance de la personne qui désire obtenir les services de bronzage artificiel.
  • Est interdite toute publicité directe ou indirecte en faveur du bronzage artificiel qui est :
  1. destinée aux personnes mineures;
  2. fausse ou trompeuse ou susceptible de créer une fausse impression sur les effets ou les dangers du bronzage artificiel sur la santé, notamment si elle laisse croire à l’innocuité des appareils de bronzage artificiel.
  • Chaque exploitant d’un salon de bronzage doit afficher l’interdiction d’offrir des services de bronzage artificiel à une personne mineure et la mise en garde portant sur les effets nocifs du bronzage artificiel sur la santé.

Le MSSS a créé deux affiches pour répondre à ce dernier point. Les exploitants de salons de bronzage peuvent les commander, avec la colle soit au recto ou au verso, à partir de la section Publications du site du MSSS:

Le texte intégral de la Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre peut être consulté sur le site Web des Publications du Québec.

Pour en savoir plus

Pour plus de renseignements sur la Loi ou pour formuler une plainte, vous pouvez appeler au 1 855 RAYON-UV (729-6688).