Santé et Services sociaux Québec
Page précédente    Taille du texte

Environnement intérieur

L’environnement intérieur du domicile peut contenir divers types de contaminants auxquels les occupants sont susceptibles d’être exposés, principalement par voie respiratoire. Très souvent, ces contaminants sont présents à des concentrations très faibles, qui ne causent pas d’effets significatifs à la santé. Cependant, dans certaines circonstances, des atteintes à la santé peuvent survenir, en fonction notamment du type de contaminant, de l’ampleur de l’exposition à ce dernier ainsi que de la vulnérabilité des personnes exposées (individus souffrant d’atteintes respiratoires, d’hypersensibilité, nourrissons, personnes âgées, etc.).

Les divers problèmes de santé ou symptômes rencontrés en lien avec la mauvaise qualité de l’air intérieur incluent l’asthme, certaines manifestations allergiques et irritatives, des symptômes non spécifiques (maux de tête, nausées, etc.), des intoxications chroniques et aigues, et même des cancers. Globalement, il existe différentes mesures pour réduire la présence de contaminants dans l’air intérieur, l’élimination ou la réduction à la source étant sans aucun doute celle à envisager en premier lieu. Une bonne ventilation des espaces habitables demeure également une mesure essentielle dans l’habitation d’aujourd’hui.

Quels sont les risques pour la santé liés à une mauvaise qualité de l’air intérieur?

Le niveau de risque réel que posent les contaminants intérieurs varie selon l’importance et la durée de l’exposition, ainsi que selon la sensibilité de la personne. Par exemple, une personne qui est prédisposée à l’asthme ou à des allergies peut voir ses symptômes amplifiés par la présence d’acariens ou de moisissures. Compte tenu de cette diversité potentielle des contaminants, les symptômes liés à la qualité de l’air intérieur Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. peuvent être multiples.

Quelles sont les personnes les plus vulnérables?

Les personnes asthmatiques et allergiques, les très jeunes enfants et les personnes âgées, et celles dont le système immunitaire est affaibli sont les plus vulnérables à une mauvaise qualité de l’air intérieur.

Que doivent faire les personnes qui croient que la qualité de l’air intérieur affecte leur santé?

 Il existe d’abord des signes qui permettent de faire le lien entre l’environnement intérieur et certains problèmes de santé Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. . Quiconque estime que sa santé est à risque en raison du milieu intérieur devrait d’abord consulter Info-Santé 8-1-1 Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. ou son médecin de famille pour connaître les moyens de prévenir ou de soigner un problème de santé. Par la suite, il pourra s’informer auprès de la Société canadienne d’hypothèques et de logement Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. , par exemple, pour les questions d’ordre général ou technique sur l’habitation.

Quelles sont les conditions pouvant causer une mauvaise qualité de l’air?

Les principales conditions pouvant altérer la qualité de l’air sont en lien avec :

  • Le comportement des occupants
  • La présence de produits chimiques
  • Un problème de ventilation
  • La présence d’eau stagnante ou d’humidité excessive
  • Les appareils de chauffage et outils fonctionnant au combustible

Quels sont les principaux contaminants de l’environnement intérieur?

Plusieurs contaminants peuvent se retrouver dans l’environnement intérieur; les plus fréquents étant les suivants :

Que dois-je faire si je soupçonne un problème de qualité de l’air intérieur?

  • effectuer une investigation préliminaire par la recherche d’indices (ex. odeurs, présences de taches sur les murs, eau ruisselant sur les murs et les fenêtres)
  • identifier la cause (ex. infiltration d’eau, appareil défectueux, matériau ou meuble neuf)
  • corriger la situation (ex. colmatage des fissures, réparation du bris, entretien ou inspection de l’appareil)

Dois-je faire analyser l’air pour détecter un problème de qualité de l’air intérieur?

Les analyses d’air ne sont généralement pas nécessaires, surtout lorsqu’une contamination microbiologique est en cause. Dans le cas des moisissures Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. , par exemple, il vaut mieux tenter de repérer la source de la contamination et voir à apporter les mesures correctives appropriées. Cependant, des mesures de concentrations peuvent être utiles pour déterminer la présence de gaz, tels le radon ou le monoxyde de carbone. 

Est-ce que les purificateurs d'air peuvent être utiles pour améliorer la qualité de l'air dans ma maison?

Les purificateurs d'air domestique n'ont pas une efficacité démontrée pour prévenir ou réduire les problèmes de santé et améliorer la qualité de l’air intérieur. De plus, certains types de purificateurs d'air, lorsqu’ils sont en marche, produisent de l'ozone, un irritant respiratoire. Il est donc préférable de prévenir ou de corriger un problème à la source en diminuant le plus possible les facteurs d’insalubrité (ex. tabagisme à l’intérieur, humidité excessive, eau stagnante, etc.). L'amélioration de la ventilation par des moyens naturels, seuls ou combinés avec une installation mécanique, peut aussi être bénéfique.

Est-il possible d’obtenir une évaluation médicale en lien avec l’environnement intérieur?

Il existe des cliniques spécialisées en santé environnementale Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. à Québec et à Montréal. Au besoin, votre médecin de famille pourra vous référer à l’une d’entre elles.

Y a-t-il des experts-conseils compétents dans le domaine de la qualité de l’air?

Actuellement, la Loi ne régit pas l'offre de service d'inspection de la qualité de l’air intérieur. Il vous incombe donc de vous assurer à l'avance que les personnes dont vous prévoyez retenir les services possèdent les compétences nécessaires. Pour ce faire, il vous est possible de suivre un certain nombre d’étapes pour faire un choix éclairé Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. d’experts.