Santé et Services sociaux Québec
Page précédente    Taille du texte

Axes d'intervention

Les responsables de la santé publique déterminent les sources de contamination au moyen d’enquêtes épidémiologiques; ils surveillent de façon particulière certains problèmes de santé, comme les cancers de la peau, les intoxications, l’asthme ou les aggravations des maladies cardiaques et respiratoires liées à la pollution atmosphérique; ils informent les personnes exposées à des risques ou qui sont vulnérables sur les moyens de se protéger ou d’éviter l’exposition, et ils analysent les effets sur la santé de différentes situations environnementales, connues ou nouvelles.

Au cours des dernières années, les efforts concertés des directions de santé publique ont porté sur plusieurs questions et ont visé le développement, la mise à jour et la diffusion des connaissances, la production d’avis et de commentaires relatifs aux effets de différentes politiques et législations sur la santé, la conception d’outils d’information ainsi que l’harmonisation des pratiques des divers intervenants. Les éléments et les problèmes qui avaient alors retenu l’attention étaient : l’air intérieur (moisissures et salubrité), l’eau potable (trihalométhanes, cyanobactéries et contaminants biologiques), l’air extérieur (herbe à poux, pollution et hydrocarbures aromatiques polycycliques), l’évaluation et la gestion du risque, les intoxications environnementales (monoxyde de carbone) ainsi que la pollution d’origine agricole (production animale). La législation sur l’eau potable avait également retenu l’attention.

En fonction de nos objectifs, nos activités en santé environnementale se situent dans les axes d’intervention suivants :

La promotion de moyens pour améliorer la qualité de l’air intérieur et extérieur

Cet axe réunit un ensemble de mesures visant la prévention des problèmes de santé liés à la qualité

de l’air intérieur :

  • Salubrité des habitations : lutte aux moisissures; ventilation.
  • Prévention des intoxications au monoxyde de carbone.
  • Réduction des risques dus aux émanations de radon dans les maisons.

de l’air extérieur :

  • Prévention de l’exposition aux aéroallergènes provenant surtout de l’herbe à poux.
  • Programme d’avertissement de la population contre les épisodes de smog.
  • Prévention des changements climatiques, avertissement de la population et gestion des épisodes de chaleur accablante.
  • La promotion du transport en commun. Sensibilisation à la réduction des gaz à effet de serre.
  • Prévention des effets nocifs des rayons ultraviolets.
  • La participation à l’élaboration d’une nouvelle réglementation sur la qualité de l’atmosphère, incluant des normes de qualité d’air ambiant, en collaboration avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP).

La prévention des risques dus à la contamination de l’eau

  • Qualité de l’eau potable. Participation à la mise à jour de la réglementation sur l’eau potable (normes et critères), en collaboration avec le MDDEP. Contrôle des impacts des activités de production animale sur la qualité des eaux de surface et souterraine. Information du public sur les contaminants chimiques de l’eau potable, dont les trihalométhanes.
  • Qualité des eaux récréatives : prévention des risques : algues bleu-vert ; dermatite du baigneur; autres risques microbiologiques ou chimiques. Participation à la mise en œuvre de la réglementation sur les bassins artificiels, avec le MDDEP.

La prévention et la gestion des risques environnementaux

Cet axe d’intervention comprend :

  • Participation aux différentes étapes de la procédure d’évaluation et d’examen des impacts de projets majeurs relative aux projets ayant des conséquences sur l’environnement (collaboration avec le MDDEP).
  • Participation à l'application de la politique relative à la protection des sols et à la réhabilitation des terrains contaminés Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. (collaboration avec le MDDEP).
  • Participation au processus de révision des schémas d’aménagement proposés par les municipalités régionales de comté (MRC) et les communautés urbaines (collaboration avec le Ministère des Affaires Municpales et des Régions), en vertu de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..
  • Collaboration aux démarches régionales relatives à la gestion des risques d’accidents industriels majeurs, conformément à la Loi sur la sécurité civile Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., et à la préparation des schémas de sécurité civile (collaboration avec le Ministère de la Sécurité Publique).
  • Élaboration d’un plan d’urgence relatif à la santé environnementale, incluant des actions relatives aux risques nucléaires, biologiques1 et chimiques en cas de bioterrorisme (collaboration avec le Ministère de la Sécurité Publique).

Risques toxicologiques :

  • Prévention des risques d’intoxications par diverses substances toxiques : plomb, mercure, arsenic, BPC, dioxines, furannes, etc. qui peuvent se retrouver dans l’air, l’eau, les sols contaminés.
  • Information du public sur la contamination des poissons Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. par des substances toxiques environnementales telles que le mercure, les BPC, etc.
  • Participation à la réglementation sur le contrôle des pesticides Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. du MDDEP, le soutien d’études sur l’exposition de populations aux pesticides.
  • Terrorisme.

Risques microbiologiques - microorganismes transportés par vecteurs :

Risques d’accidents, traumatismes :

  • Accidents industriels.
  • Construction de routes.
  • Terrorisme.

La prévention de maladies d’origine environnementale

Les efforts de prévention en santé environnementale visent à réduire l’incidence de graves maladies ou intoxications, telles que :

  • Le cancer du poumon : par le contrôle de l’exposition à l’amiante, au radon domiciliaire, aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, à l’arsenic, etc.
  • Le cancer de la peau : par la réduction de l’exposition aux rayons ultraviolets.
  • La prévention d’intoxications au mercure, au plomb, aux BPC, etc.
  • La prévention des maladies d’origine hydrique (gastroentérites; dermatites).

La surveillance

  • Plans de surveillance du Ministère.
  • Processus de déclaration obligatoire des cas d’intoxication d’origine environnementale.
  • Conduite d’enquêtes épidémiologiques s’il y a lieu à la suite des cas déclarés ou de signalements.