Logo MSSS
Bandeau du site

Allaitement

Accueil > Sujets > Santé publique > Allaitement

L’allaitement est un geste qui s’apprend. Vous trouverez dans cette page quelques conseils pour vivre un allaitement heureux. Les milieux de soins ont aussi une influence sur la pratique de l’allaitement. C’est pourquoi le ministère de la Santé et des Services sociaux encourage l’implantation du programme Initiative des amis des bébés.

Documents et liens utiles

Meilleur pour la santé

L’allaitement maternel est le meilleur mode d’alimentation du nourrisson. Toute maman produit un lait naturel parfaitement adapté à son bébé. Le lait maternel procure au nourrisson une certaine protection contre les matières allergènes étrangères. Le système digestif du nouveau-né étant immature jusqu’à six mois, tout autre aliment introduit avant cet âge sera plus difficile à digérer. Le lait maternel contient la quantité et la qualité idéales de nutriments, vitamines et minéraux pour respecter les besoins alimentaires du bébé. Sa composition évolue constamment en fonction de la croissance de l’enfant. Il est fait sur mesure pour lui.

Le lait maternel renferme aussi des anticorps et d’autres éléments immunitaires qui préviennent les maladies infantiles. Selon des études récentes, l’allaitement maternel protège contre les otites, les infections gastro-intestinales et respiratoires. Il semble avoir un rôle à jouer dans la réduction de l’obésité, du diabète et de la carie. Le lait maternel contient des acides gras qui contribuent aussi à former les tissus de l’organisme de l’enfant.

Un allaitement prolongé réduit aussi le risque de cancer du sein et des ovaires de la femme. Une recherche montréalaise récente, menée au Centre de recherche de l'Hôpital Douglas, indique que l'allaitement maternel entraînerait une réduction du stress chez la mère.

L’allaitement est recommandé pour tous les nourrissons à l’exception de ceux qui souffrent de galactosémie. Les femmes sous chimiothérapie pendant une longue période, ainsi que les mères porteuses du VIH ou atteintes d’une tuberculose active et non traitée, devraient éviter ce mode d’alimentation.

Vitamine D

Le lait maternel, comme tous les autres laits, n’est pas une source fiable de vitamine D essentielle à l’absorption du calcium et au bon développement des os. Les bébés doivent recevoir un supplément quotidien de vitamine D qui est offert sous forme de gouttes. Les bébés nourris au sein n’ont besoin d’aucun autre supplément.

Sensibilité temporaire des mamelons

Une sensibilité durant la première semaine est possible en cette période d’apprentissage. Au début de la tétée, les premiers mouvements de succion du bébé étirent le mamelon et l’aréole vers le fond de sa bouche. Cette sensibilité temporaire diminue généralement lorsque le lait commence à couler et disparaît quelques jours après la naissance. Une douleur persistante aux mamelons est causée par une mauvaise position, une mauvaise prise du sein, un problème de succion ou une infection. Tout ça rentre habituellement dans l’ordre dès que maman et poupon ont trouvé ensemble, ou avec l’aide d’une marraine d’allaitement, d’une consultante en lactation ou d’un professionnel de la santé, la position la plus confortable.

Position

Le contact peau à peau stimule grandement l’intérêt du bébé à téter le sein et le réconforte. La mère devrait donc mettre le bébé en contact peau à peau avec elle le plus souvent possible. La mère est installée confortablement, les bras et le dos bien appuyés. Le bébé est face au sein. Il ne doit pas être obligé de tourner la tête et la maman n’a pas besoin de se pencher vers lui. L’oreille, l’épaule et la hanche du nourrisson forment une ligne droite. Il est bien soutenu au creux des bras de sa maman. Tout en harmonie!

Prise du sein

Au besoin, la mère peut soutenir son sein sans que sa main ou ses doigts touchent l’aréole, le cercle foncé qui entoure le mamelon. Elle encourage son bébé à ouvrir grand la bouche en chatouillant ses lèvres de haut en bas avec son mamelon. Il est important que le nourrisson prenne le sein profondément dans sa bouche. Celle-ci doit couvrir le mamelon et au moins deux centimètres (2 cm) de l’aréole. Le bébé obtiendra ainsi plus facilement une grande quantité de lait, car ses gencives et sa langue comprimeront les sinus lactifères (réservoirs qui emmagasinent le lait) situés sous l’aréole. Le menton du nourrisson s’enfonce dans le sein durant toute la durée de la tétée. Les lèvres du bébé sont détendues et retroussées vers l’extérieur.

Bonne succion

Une bonne succion produit un bref son de déglutition qui s’allonge graduellement et devient plus grave lorsque le lait se libère. On ne devrait pas entendre de claquements de lèvres. Les muscles de la mâchoire du bébé, visibles jusqu’à son oreille, suivent le même mouvement que l’aréole.

Certains nourrissons s’endorment durant la tétée. La maman peut alors parler à son enfant ou chantonner pour réveiller ses sens. Si le bébé délaisse le sein, elle lui fait faire son rot et lui offre l’autre sein. Le bébé acceptera s’il a encore faim. Le nourrisson peut manifester le désir de changer de sein en cours de tétée parce que le débit de l’un est plus lent que celui de l’autre. Les changements de position permettent que la bouche du bébé exerce une pression sur des endroits différents du mamelon. Toutefois, ce qui importe le plus c’est que maman et bébé soient confortables tout au long de la tétée et que la mère ne ressente pas de douleur.

Fréquence et durée des séances d’allaitement

La maman apprend à reconnaître les signes de faim de son bébé. Les mouvements de ses yeux et de son visage, ses changements de respiration ou les mouvements de succion de sa bouche sont de très bonnes indications. Il est difficile pour le nourrisson de se faire comprendre. Il s’exprime par des cris et des pleurs, qui n’indiquent pas nécessairement la faim. Il est recommandé d’allaiter à la demande; le bébé indiquera ses besoins, il suffit d’y répondre.

Le nourrisson demandera le sein plus souvent durant ses poussées de croissance. En revanche, il peut téter moins longtemps. Généralement, la longueur des séances d’allaitement diminue avec le temps. Les tétées peuvent être moins copieuses et plus fréquentes et leur intervalle augmente habituellement avec la prise de poids du bébé. L’enfant développe un rythme de succion qui lui permet d’ingurgiter une grande quantité de lait en moins de temps. Le corps de la femme s’adapte toujours aux besoins de l’enfant. Le phénomène de lactation varie à la demande du nourrisson.

Au début, l’allaitement est fréquent et à la demande du bébé. Le nombre de tétées oscille entre 8 à 12 fois par jour. La mère et la famille peuvent craindre que le bébé n’absorbe pas suffisamment de lait, car il réclame souvent le sein. Or, les nourrissons comme les adultes éprouvent le besoin de manger plus souvent que toutes les quatre heures. Le bébé tétera moins vigoureusement s’il n’est pas affamé.

Le bébé nourri au sein mouille au moins 6 couches en moyenne sur 24 heures. Il fait au moins trois grosses selles jaunes, molles et granuleuses par jour pendant le premier mois. Il est possible qu’il en fasse une après chaque boire. Les selles peuvent être moins fréquentes après le premier mois (au moins une à sept grosses selles chaque semaine), mais elles resteront jaunes.

À trois mois, le bébé devient plus éveillé aux choses qui l’entourent. Sa curiosité le rend plus distrait durant l’allaitement. La maman doit être patiente et stimuler activement son enfant. Le lait maternel demeure la meilleure et la première source d’alimentation. À six mois, les besoins du bébé deviennent supérieurs à l’apport nutritionnel du lait. La mère commence alors à lui donner une alimentation complémentaire en purée ou en bouillie.

À 10 mois, l’enfant se nourrit comme le reste de sa famille et il manifeste son envie de boire selon ses humeurs. Le lait maternel continue d’être une importante source d’éléments nutritifs en plus de procurer une protection contre les infections infantiles et autres maladies.

Engorgement des seins

Certaines femmes éprouvent des difficultés à allaiter lorsqu’elles ont des montées de lait. Si les seins sont trop pleins, le bébé a de la difficulté à saisir le mamelon à pleine bouche. Dans ce cas, le mamelon s’aplatit et s’endommage rapidement. L’aréole, le cercle pigmenté qui entoure le mamelon, doit être relativement molle pour faciliter la succion. L’application d’une compresse d’eau tiède sur les seins avant l’allaitement peut faciliter la tétée.

Les seins deviennent plus douloureux lorsqu’ils sont engorgés. Il est préférable de faire sortir un peu de lait manuellement, par un léger massage ou pression sur le sein, ou à l’aide d’un tire-lait. Cette mesure aidera le nourrisson à amorcer sa tétée.

Pour faire sortir du lait manuellement, il suffit de former un « C » avec le pouce et l’index autour de l’aréole. Les doigts s’enfoncent dans le sein en poussant horizontalement vers les côtés. Il faut rapprocher le pouce et l’index comme s’il s’agissait d’une pince. Ce mouvement est répété plusieurs fois de façon rythmée.

Soulagement des gerçures

Pour les mamelons crevassés ou endoloris, il faut exposer les seins à l’air libre après chaque tétée pour laisser sécher les mamelons naturellement. Il est recommandé d’éviter le savon sur les mamelons parce qu’il élimine les huiles naturelles. L’application de lanoline peut parfois atténuer les crevasses, mais le lait maternel semble être le meilleur remède. Il est conseillé d’appliquer ce lait naturel et gras sur les mamelons après le boire. Ses composantes hydratantes et antiseptiques aident à cicatriser les blessures. Il est aussi possible de se faire prescrire un analgésique ne contenant pas d’aspirine pour soulager la douleur.

Il ne faut néanmoins pas oublier qu’une douleur persistante aux mamelons n’est pas normale et elle est généralement causée par une mauvaise position, une mauvaise prise de sein, un problème de succion ou une infection. Dans ce cas, les professionnels de la santé (infirmières, sages-femmes, médecins et autres), et les consultantes en lactation de votre centre hospitalier, maison de naissances, CLSC ou d’une clinique privée pourront trouver des solutions aux problèmes rencontrés durant l’allaitement.

Documents et liens utiles

Publications

Professionnels de la santé

L'allaitement au Québec - Lignes directrices

Liens

Haut de la page


Lien vers le portail du gouvernement du québec
© Gouvernement du Québec, 2014