Logo MSSS
Bandeau du site

Rougeole

La rougeole est une maladie grave, très contagieuse, causée par un virus qui se transmet facilement par voie aérienne. Le virus peut survivre dans l’air pendant quelques heures. Le seul fait d’avoir partagé un espace avec une personne contagieuse, même durant une courte période de temps, peut suffire pour être infecté et développer la maladie par la suite.

La rougeole demeure, dans le monde, l'une des causes importantes de décès chez le jeune enfant alors qu’il existe un vaccin sûr et efficace. Outre les symptômes associés à la maladie, la rougeole peut entraîner des complications, parfois des séquelles et, plus rarement, la mort. Les complications sont plus courantes chez les personnes dont le système de défense contre les infections est affaibli par un traitement ou par une maladie grave (ex. : la leucémie) et chez les bébés âgés de moins d’un an.

Éclosions de rougeole au Québec

Depuis le début de l’année 2011, le Québec est aux prises avec la plus importante éclosion de rougeole à survenir dans les Amériques depuis l’élimination de la maladie en 2002. Cette éclosion affecte particulièrement les jeunes âgés de 5 à 19 ans. Dans plusieurs régions, des cas de rougeole ont été confirmés durant les dernières semaines.

Consulter le rapport final de l'épidémie provinciale de rougeole survenue en 2011.

La dernière éclosion de cas de rougeole remonte à l’année 2007, alors que plusieurs régions avaient été touchées et que quelques personnes avaient été hospitalisées. En l’absence d’éclosion, le Québec a enregistré entre 0 et 4 cas de rougeole par année depuis 2001. Ces cas ont surtout été déclarés chez des personnes ayant acquis la maladie à l’étranger, dans des pays où la vaccination n’est pas généralisée.

Consulter le dernier portrait épidémiologique de l'éclosion de 2007.

En 1989, lors de la dernière épidémie de rougeole au Québec, plus de 10 000 cas ont été déclarés. Les personnes touchées étaient en majorité des jeunes d’âge scolaire. Sur les 656 hospitalisations, 10 personnes ont fait une complication cérébrale (encéphalite) et 7 sont décédées.

Au milieu des années 1970, l’introduction d’un programme de vaccination a permis de prévenir cette maladie et d’en faire diminuer l’incidence. Même si des éclosions ont continué à toucher le Québec, elles avaient une intensité décroissante d’une fois à l’autre.

Pour connaître l'évolution de la maladie au Québec jusqu'en 1994 : Utilisation d'une seconde dose de vaccin contre la rougeole et intervention lors d'éclosions - Épidémiologie de la rougeole - Juillet 1994 (extrait).

Pour plus d’information au sujet de la vaccination contre la rougeole ou sur le vaccin lui-même, consultez :

Information pour les professionnels de la santé

Questions et réponses

Qu’est-ce que la rougeole?

La rougeole est une maladie très contagieuse causée par un virus qui se transmet facilement par voie aérienne. Les contacts directs ne sont pas essentiels à la transmission de cette maladie. Le virus peut survivre dans l’air pendant quelques heures. Le seul fait d’avoir partagé un même espace avec une personne infectée contagieuse durant une courte période de temps peut suffire pour devenir infecté et développer la maladie par la suite.

Pourquoi parle-t-on de la rougeole actuellement?

Depuis le début de l’année 2011, les autorités de santé publique ont observé une augmentation des cas de rougeole au Québec. La rougeole a déjà été répandue en Amérique du Nord. Elle est maintenant rare de nos jours en raison des efforts consentis lors des campagnes de vaccination réalisées dans le passé et toujours en cours aujourd’hui. Les flambées de cette maladie qui sévit actuellement en Europe expliquent en partie l’origine de la situation actuelle au Québec : les premiers cas  rapportés sont des personnes qui ont contracté la maladie soit lors d'un séjour en Europe, soit après avoir été en contact au Québec avec l’un de ces voyageurs.

Quels sont les symptômes de la rougeole?

Enfant présentant des symptômes de la rougeole.
©Lowell Georgia/BSIP

La rougeole se manifeste par une forte fièvre, un écoulement nasal et de la toux. Des rougeurs au visage et sur le corps, y compris à la paume des mains et des pieds, surviennent par la suite. Les personnes infectées vont également être affectées par la lumière ambiante et ressentir des douleurs aux yeux avec des larmoiements. La maladie dure de 1 à 2 semaines. La période d’incubation (période entre le moment où l’on est exposé à une personne malade et le début des symptômes) est de 7 à 14 jours. La personne est contagieuse de 4 jours avant jusqu’à 4 jours après l’apparition des rougeurs.

Y a-t-il des complications à la rougeole?

La rougeole se complique souvent d’otite (5 à 9 %), d’infection pulmonaire (1 à 5 %), des convulsions et dans 1 cas sur 1 000 d’une complication cérébrale (encéphalite) qui cause souvent des dommages permanents au cerveau, voire un retard mental. La mort peut survenir dans 1 cas sur 3 000. Les complications sont plus courantes chez les personnes dont le système de défense contre les infections est affaibli par un traitement ou par une maladie grave (ex. : la leucémie) et chez les bébés âgés de moins d’un an.

Est-ce que la rougeole est dangereuse pour une femme enceinte ou pour son enfant à naître?

Les femmes enceintes atteintes de la rougeole peuvent présenter une forme plus grave de la maladie, en plus d’avoir un risque accru d’avortement spontané ou de ne pas mener leur grossesse à terme. Les femmes enceintes qui n’ont pas fait la rougeole ou qui n’ont pas été vaccinées doivent consulter leur médecin si elles ont été exposées à la rougeole afin d’avoir les soins appropriés. Les femmes qui ont fait la maladie ou celles qui ont été vaccinées adéquatement n’ont pas à s’inquiéter.

Que faut-il faire si on a des symptômes qui s’apparentent à la rougeole?

Étant donné le haut potentiel de contagion, il est recommandé aux personnes présentant des symptômes de téléphoner préalablement la clinique médicale ou l’établissement de santé avant de s’y présenter, pour les informer de leur état de santé. Ainsi des consignes sur les précautions à prendre pourront être données dans le but d’éviter la transmission de l’infection à leurs proches et à leur arrivée en milieu de soins. Les personnes malades doivent s’absenter du travail, de l’école ou des activités sociales dès l’apparition des premiers symptômes et jusqu’à 5 jours après l’apparition de l’éruption cutanée. Il n’existe pas de traitement spécifique pour cette maladie, d’où l’importance de la vaccination pour s’en prémunir avant même d’être en contact avec une personne infectée. Il est recommandé de prendre du repos au lit, de boire beaucoup de liquides et prendre des médicaments contre la fièvre et le mal de tête.

Que peut-on faire si on a été exposé à un cas de rougeole?

Il faut communiquer avec son médecin ou le CLSC du centre de santé et des services sociaux de sa région afin de vérifier si on peut recevoir le vaccin ou une injection d’anticorps, selon son état de santé. Les femmes enceintes qui n’ont jamais été vaccinées ou qui n’ont pas fait la maladie, les nourrissons âgés de moins de un an et les personnes immunosupprimées pourront recevoir une injection d’anticorps (immunoglobulines) qui permettra d’obtenir une protection immédiate si elle est administrée dans les 7 jours qui suivent le contact avec une personne contagieuse. Les autres personnes en contact pourront se faire vacciner si ce n’est pas déjà fait. Le vaccin peut être efficace à prévenir la rougeole s’il est administré dans les 72 heures suivant l’exposition à un cas de rougeole.

Peut-on prévenir la rougeole?

Oui. La vaccination est le meilleur moyen de se protéger contre la rougeole. Le calendrier de vaccination du Québec prévoit l’administration d’une dose du vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO ou MMR) à l’âge de 12 mois et de 18 mois. Afin de prévenir les épidémies, le Québec a réalisé une vaccination de rattrapage contre la rougeole en 1996, qui s’adressait aux personnes âgées de 18 mois à 16 ans. En conséquence, toute personne née depuis 1980 devrait également avoir reçu 2 doses de vaccins contre la rougeole pour être bien protégée.

Y a-t-il des précautions particulières pour les voyageurs?

De façon générale, il est recommandé de vérifier son carnet de vaccination ainsi que celui des enfants à charge afin de savoir si l’on est adéquatement protégé contre la rougeole. Si ce n’est pas le cas, on peut contacter son médecin ou le CLSC du centre de santé et des services sociaux de sa région pour recevoir le vaccin.

Dans la situation actuelle d’éclosion de rougeole dans la province, doit-on devancer la date de vaccination des enfants?

Non, puisque le calendrier vaccinal des enfants demeure inchangé. La première dose de RRO devrait être administrée à 12 mois et la seconde à 18 mois.

Par contre, une certaine proportion des enfants âgés de 12 mois ou plus sont en retard pour leur vaccination. En tout temps, même en l’absence de circulation de maladie évitable par la vaccination, on encourage le respect du calendrier vaccinal pour protéger les enfants adéquatement au moment où ils sont vulnérables.

L’apparition de cas de rougeole dans des régions du Québec nous rappelle que les personnes non vaccinées sont vulnérables à l’infection. C’est pourquoi, il est essentiel de prendre un rendez-vous le plus près possible de la date d’anniversaire des enfants de 12 mois et d’éviter de reporter la vaccination même si plusieurs vaccins doivent être administrés lors d’une même visite.

Comment savoir si on a besoin d’être vacciné?

Comme la rougeole circulait abondamment avant les années 1970, à l’époque où il n’y avait pas de programme de vaccination contre la rougeole, il est probable que les personnes nées avant 1970 ont fait la maladie même si elles n’en ont aucun souvenir, et elles n’ont probablement pas besoin de vaccins. Les personnes nées entre 1970 en 1979 devraient avoir reçu une dose de vaccin. Une dose de vaccin serait suffisante car on considère que ces personnes ont reçu un booster naturel lorsqu’elles ont été exposées à différentes éclosions qui ont eu lieu entre 1980 et 1989.

Toutefois, certaines personnes nées pendant cette période (entre 1970 et 1979) doivent recevoir 2 doses. Ce sont celles qui sont plus à risque d’être exposées à la maladie en raison de leur profession (travailleurs de la santé) ou parce qu’elles voyagent dans des pays où la rougeole circule abondamment (voyageurs ou militaires).

En cas de doute, on peut consulter Info-Santé 8-1-1, son médecin ou le centre de santé et de services sociaux (CSSS) de sa région.

Est-ce que le vaccin est gratuit au Québec?

Oui, on peut obtenir le vaccin gratuitement au CSSS de sa région ou chez un médecin vaccinateur.

Est-ce que le vaccin est sécuritaire?

Oui. Le vaccin existe et est utilisé depuis environ 30 ans. Il a fait ses preuves dans la prévention et le contrôle contre la rougeole, la rubéole et les oreillons. Il est très sécuritaire. Dans la majorité des cas, le vaccin ne provoque aucune réaction. Des réactions locales au point d’injection sont possible mais de courte durée. Parfois, la personne vaccinée peut présenter de la fièvre et une éruption passagère non contagieuse entre le 5e et le 12e jour après la vaccination. D’autres réactions peuvent également survenir. Pour plus de détails sur le vaccin, vous pouvez consulter les feuillets d’information qui se trouvent sur le présent site.

Haut de la page


Lien vers le portail du gouvernement du québec
© Gouvernement du Québec, 2014