Santé et Services sociaux Québec

Page précédente    Augmenter/diminuer la taille du texte

Agir pour prévenir

À plus long terme, c’est la prévention qui représente le plus grand potentiel de lutte au cancer.  Pour prévenir le cancer, il importe d’agir sur ses causes évitables, les plus importantes étant le tabagisme, la mauvaise alimentation et l’obésité, la sédentarité ainsi que certains agents environnementaux.  Par exemple, l’éradication du tabagisme dans notre société entraînerait, à longue échéance, une diminution du tiers de tous les décès par cancer.  De plus, le tabac est la première cause de cancer du poumon. Le gouvernement a donc mis en place un plan de lutte contre le tabagisme Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. afin d'améliorer la santé de la population québécoise.

Le taux d'incidence des cancers de la peau ne cesse d'augmenter principalement dû aux rayons ultraviolets. Le dépliant « le bronzage pourrait avoir votre peau ! Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. vous donne des informations et des conseils pour protéger votre peau ainsi que celle de vos enfants.

De plus, l'activité physique jumelée à une saine alimentation font partie d'un mode de vie sain. Le gouvernement a mis sur pied le « Programme de promotion des saines habitudes de vie : Vas-y fais-le pour toi! Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. » pour aider et encourager tant les femmes, les hommes  que les enfants à modifier certaines habitudes alimentaires et physiques et à les maintenir ensuite. 

Par ailleurs, le Programme de dépistage du cancer du sein Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. (PQDCS), implanté depuis quelques années par le Ministère de la santé et des Services sociaux dans les différentes régions du Québec, vise à réduire la mortalité causée par le cancer du sein.  Ce programme s’adresse particulièrement aux femmes de 50 à 69 ans, un groupe pour lequel le dépistage par mammographie est reconnu efficace.

Également, de plus en plus de moyens efficaces pour lutter contre le cancer sont à notre portée.  Les percées de la recherche fondamentale nous donnent une compréhension plus exacte de la biologie moléculaire du cancer, ce qui se traduit par des stratégies diagnostiques plus précises et par des méthodes thérapeutiques plus ciblées.  De nombreux autres moyens sont à l’étude et on estime que le recours aux nouveaux traitements pourrait être le principal levier pour réduire la mortalité attribuable à l’ensemble des cancers d’ici dix ans.

Au moins 50 % des cas de cancer pourraient être évités par l'adoption de saines habitudes de vie et par la mise en oeuvre de politiques de santé publique.