bannière

Taux ajusté des années potentielles de vie perdues, selon la cause et selon le sexe

Taux ajusté1 des années potentielles de vie perdues2, selon la cause et selon le sexe, Québec, 2009

Source : Institut de la statistique du Québec
Données compilées par l’Institut de la statistique du Québec, 10 juillet 2012
1 – Taux pour 100 000 personnes de 0 -74 ans, standardisées selon la structure par âge, sexes réunis, de la population du Québec au 1er juillet 2006.
2 – L’indicateur d’années potentielles de vie perdues (APVP) estime le nombre d’années de vie perdues en raison des décès considérés prématurés. Il se calcule en faisant la somme des différences entre l’âge de 75 ans et l’âge des personnes décédées. En pondérant davantage les décès survenant aux jeunes âges, les APVP fournissent une synthèse de l’importance relative des causes de mortalité prématurée.

Faits saillants

En 2009, au Québec, tant chez les femmes que chez les hommes, les principales causes d’années potentielles de vie perdues sont les tumeurs (1 712 pour 100 000 personnes), les causes externes (1 023 pour 100 000 personnes) et les maladies de l’appareil circulatoire (693 pour 100 000 personnes).

Femmes

  • Les femmes présentent un taux ajusté des années potentielles de vie perdues moins élevé que celui des hommes, et ce, concernant l’ensemble des causes (3717 pour 100 000 femmes et 5747 pour 100 000 hommes).
  • L’écart le plus important entre les femmes et les hommes relativement au taux ajusté des années potentielles de vie perdues concerne les causes associées aux maladies de l’appareil circulatoire et les causes externes, les femmes présentant un taux étant au moins 2,4 fois moins élevé que celui des hommes.

Hommes

  • Les hommes présentent un taux ajusté des années potentielles de vie perdues plus élevé que celui des femmes concernant l’ensemble des causes (5747 pour 100 000 hommes et 3717 pour 100 000 femmes).
  • L’écart le plus important entre les hommes et les femmes relativement au taux ajusté des années potentielles de vie perdues concerne les causes associées aux maladies de l’appareil circulatoire et les causes externes, les hommes présentant un taux étant au moins 2,4 fois plus élevé que celui des femmes.
Page précédente  Haut de page  Version imprimable