bannière

Insécurité alimentaire, selon l’âge et selon le sexe

Proportion de la population de 12 ans et plus souffrant d’une alimentation modérément précaire1 ou sévèrement précaire2, selon le groupe d’âge et selon le sexe, Québec, 2009-2010

Source : Fichier de microdonnées à grande diffusion de 2009-2010 de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), Statistique Canada
Tiré du rapport de l’onglet Plan commun de surveillance produit par l’Infocentre de santé publique à l’Institut national de santé publique du Québec, le 25 septembre 2012. Mise à jour de l’indicateur le 8 août 2012
1 – Alimentation modérément précaire : signe de compromis en matière de qualité ou de quantité d’aliments consommés.
2 – Alimentation sévèrement précaire : signe de consommation alimentaire réduite et d’habitudes alimentaires perturbées.

Faits saillants

En 2009-2010, au Québec, 4,4 % de la population souffre d’une alimentation modérément précaire et 1,8 % d’une alimentation sévèrement précaire.

L’insécurité alimentaire, que celle-ci soit modérée ou sévère, est plus fréquente chez les personnes de 20 à 24 ans.

Femmes

  • En 2009-2010, l’insécurité alimentaire est plus fréquente chez les femmes de 20 à 24 ans, où la proportion des femmes qui affirment en souffrir s’élève à 10,1 %. Dans ce groupe, 7,6 % des femmes affirment souffrir d’insécurité alimentaire modérée et 2,5 %, d’insécurité alimentaire sévère.
  • L’insécurité alimentaire est moins fréquente chez les femmes de 65 ans et plus que chez les femmes des autres groupes d’âge. En 2009-2010, 1,7 % des femmes de ce groupe affirment souffrir d’insécurité alimentaire modérée.
  • Les femmes sont proportionnellement plus nombreuses que les hommes à souffrir d’insécurité alimentaire dans les groupes d’âge de 20 à 24 ans, de 25 à 44 ans et de 45 à 64 ans.
  • On observe l’écart le plus important entre les femmes et les hommes dans le groupe des 65 ans et plus, où la proportion des femmes souffrant d’une insécurité alimentaire sévère est 3 fois moins élevée que celle des hommes (0,4 % des femmes comparativement à 1,2 % des hommes).

Hommes

  • En 2009-2010, l’insécurité alimentaire est plus fréquente chez les hommes de 20 à 24 ans, où la proportion des hommes qui affirment en souffrir s’élève à 8,7 %. Dans ce groupe, 5,6 % des hommes affirment souffrir d’insécurité alimentaire modérée et 3,1 %, d’insécurité alimentaire sévère.
  • L’insécurité alimentaire est moins fréquente chez les hommes de 65 ans et plus que dans les autres groupes d’âge. En 2009-2010, 1,9 % des hommes de ce groupe affirment souffrir d’insécurité alimentaire modérée.
  • Les hommes sont proportionnellement plus nombreux que les femmes à souffrir d’insécurité alimentaire dans les groupes d’âge de 12 à 19 ans et de 65 ans et plus.
  • On observe l’écart le plus important entre les hommes et les femmes dans le groupe des 65 ans et plus, où la proportion des hommes souffrant d’une insécurité alimentaire sévère est 3 fois plus élevée que celle des femmes (1,2 % des hommes comparativement à 0,4 % des femmes).
Page précédente  Haut de page  Version imprimable