Statistiques de santé et de bien-être.

Évolution du nombre de victimes de blessures, selon le sexe

Évolution de la proportion de la population de 12 ans et plus, victimes de blessures1, selon le sexe, Québec, 2000-2001, 2003, 2005 et 2009-2010

Source : Fichier de microdonnées à grande diffusion de 2000-2001, 2003, 2005 et 2009-2010 de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), Statistique Canada
Tiré du rapport de l’onglet Plan commun de surveillance produit par l’Infocentre de santé publique à l’Institut national de santé publique du Québec, le 27 septembre 2012. Mise à jour de l’indicateur le 1ier mai 2012
1 - Proportion de la populationde 12 ans et plus dans les ménages privés victime de blessures entraînant des limitations, au cours d’une période de 12 mois. On s’intéresse aux blessures suffisamment graves pour limiter les activités normales, sans inclure les blessures dues à des mouvements répétitifs. Les blessures suivantes ont été énumérées à titre d’exemples : fracture, coupure profonde, brûlure grave, entorse à la cheville et empoisonnement.

Faits saillants

De 2000-2001 à 2009-2010, au Québec, la proportion de la population de 12 ans et plus ayant subi des blessures a augmenté de 2,9 points de pourcentage, l’augmentation s’étant surtout produite entre 2005 et 2009-2010.

fleche Femmes

  • De 2000-2001 à 2009-2010, au Québec, la proportion de la population des femmes de 12 ans et plus ayant subi des blessures a augmenté de 2,3 points de pourcentage, passant de 9,1 % à 11,4 %.
  • De 2000-2001 à 2009-2010, les femmes sont proportionnellement moins nombreuses que les hommes à être victimes de blessures.
  • Durant toute la période de référence, l’écart entre les femmes et les hommes se maintient, la proportion des femmes ayant subi des blessures étant environ 1,4 fois moins élevée que celle des hommes.

fleche Hommes

  • De 2000-2001 à 2009-2010, au Québec, la proportion de la population des hommes de 12 ans et plus ayant subi des blessures a augmenté de 3,6 points de pourcentage, passant de 13 % à 16,6 %.
  • De 2000-2001 à 2009-2010, les hommes sont proportionnellement plus nombreux que les femmes à être victimes de blessures.
  • Durant toute la période de référence, l’écart entre les hommes et les femmes se maintient, la proportion des hommes ayant subi des blessures étant environ 1,4 fois plus élevée que celle des femmes.
Page précédente  Haut de page  Version imprimable