Logo MSSS

Atlas de la Santé et des Services sociaux du Québec

repertoire.gif

Indicateurs > Défavorisation (1996) >
VARIATIONS LOCALES DE L'INDICE DE DÉFAVORISATION MATÉRIELLE ET SOCIALE

L'indice de défavorisation défini à l’échelle du Québec a été adapté pour permettre son utilisation dans l'évaluation de l'effet des inégalités sociales sur l'utilisation des services de première ligne à l'échelle locale. Cette version locale de l'indice national reprend les deux mêmes formes de la défavorisation, soit matérielle et sociale, mais exprime cette fois les écarts observés à l'échelle de chaque territoire de CLSC et non plus à l'échelle de l'ensemble du Québec.

Il arrive qu'une communauté locale soit considérée comme défavorisée ou favorisée lorsqu'on la compare à l'ensemble du Québec sans que tous les résidants de cette communauté ne partagent le même niveau de défavorisation. Pour illustrer cette réalité et fournir aux CLSC un outil utile à une analyse locale de leur population et de leurs clientèles, les niveaux de défavorisation ont été revus pour exprimer les écarts observés à l'intérieur de chaque territoire de CLSC. Ainsi, sur l'une et l'autre dimension de la défavorisation, trois niveaux de défavorisation locale sont définis: 1- le quartile de population (25% des résidants) le plus favorisé, 2- les deux quartiles médians (50% de la population) et 3- le quartile le plus défavorisé sur le territoire de CLSC.

Cartographie

Indicateurs > Défavorisation (1996) > cartographie
Variations de l'indice de défavorisation par CLSC

Réalisation : MSSS, Direction de la gestion intégrée de l'information.
Collaboration : Institut national de santé publique du Québec.
Source : Statistique Canada, recensement de 1996.

Haut de la page

À consulter >

> Système d'évaluation de la défavorisation des communautés locales et des clientèles des CLSC

Cette version de l'indice de défavorisation matérielle et sociale s'insère dans le Système d'évaluation de la défavorisation des communautés locales et des clientèles des CLSC, fruit d'une collaboration entre le ministère de la Santé et des Services sociaux, l'Institut national de santé publique du Québec et l'Association québecoise des établissements de santé et de services sociaux.

Haut de la page