Information pour les professionnels de la santé

Statistiques de santé et de bien-être selon le sexe - Régions du Québec

Taux de décrochage au secondaire

Taux de décrochage au secondaire du réseau public1-2-3-4 (%), selon le sexe, régions sociosanitaires et ensemble du Québec, 2008-2009

Graphique représentant les données.
AgrandirAgrandir l'image.

Sources : Système Charlemagne 2008-2009, ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS); Recensement de la population de 2006, Statistique Canada

Tiré du rapport de l’onglet Portrait de santé (2011) produit par l’Infocentre de santé publique à l’Institut national de santé publique du Québec, le 19 novembre 2012. Mise à jour de l’indicateur le 22 novembre 2011

Notes :

1. Nombre de décrocheurs parmi les élèves sortants du secondaire en formation générale des jeunes (FGJ). Les décrocheurs, tels qu’ils sont définis par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), sont les élèves sortants du secondaire en FGJ qui ont quitté définitivement (abandon) ou temporairement l’enseignement secondaire québécois sans avoir obtenu un diplôme ou une qualification. Un élève sortant est un jeune inscrit une année scolaire donnée dans un établissement d’enseignement secondaire en FGJ, mais qu’on ne trouve plus au 30 septembre de l’année suivante dans un établissement au Québec, ni en formation générale au secondaire (jeunes et adultes), ni en formation professionnelle, ni au collégial, qu’il ait obtenu ou non un diplôme ou une qualification (Beauchesne, 2004).

2. Les données du réseau public correspondent à celles de l’ensemble des commissions scolaires du Québec. Cette approche est conforme à celle employée dans les publications du MELS pour les estimations régionales (MELS, 2006). En 2007-2008, 81,5 % des jeunes du secondaire fréquentaient le réseau public (MELS, 2009). En 2008-2009, le taux de décrochage québécois du réseau privé était de 6,6 %.

3. Les données de chaque région correspondent à la somme de leurs commissions scolaires respectives. Certaines commissions scolaires anglophones comptent des établissements situés dans plus d’une région. Dans ces cas, tous les élèves sont attribués à la région où se situe leur centre administratif (MELS, 2009). 

4. Cet indicateur n'a pas fait l'objet d'un test statistique, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de différence significative entre chaque région et le reste du Québec.

Dernière mise à jour : 16 février 2017, 09:16

À consulter aussi

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page