Information pour les professionnels de la santé

Journées annuelles de santé mentale (JASM)

Programmation

Tout un monde en action. Journées annuelles de santé mentale 2019

Programmation du 7 mai 2019

8 h 30 à 8 h 45

Mot de bienvenue aux JASM 2019

8 h 45 à 9 h

Mot de la sous-ministre, madame Lyne Jobin

9 h à 10 h

L'intégration des soins par étapes dans l'organisation des services

  • Chantal Caron, psychiatre et psychiatre de l'enfant et de l'adolescent, médecin-conseil, Direction générale des services de santé mentale et de psychiatrie légale

10 h à 10 h 30

Pause

10 h 30 à 12 h

Aire ouverte - Réseau de services intégrés pour les jeunes de 12 à 25 ans : stratégies et défis pour le changement des pratiques, le partenariat intersectoriel et la participation des jeunes

Les trois projets de démonstration Aire ouverte sont déployés pour favoriser l’accès et la continuité des services et la transformation des pratiques, cela dans l’optique d'améliorer l’état de santé globale et le bien-être des jeunes. Cette conférence sera l’occasion d’échanger sur les stratégies et les défis afin d’assurer le changement des pratiques, la mise en place de partenariats intersectoriels et la participation des jeunes et des familles.

12 h à 13 h

Repas

13 h à 13 h 30

Visite des kiosques et affiches

13 h 30 à 15 h

Ateliers (2 ateliers de 45 minutes : Bloc 1 + Bloc 2 ou 1 atelier de 90 minutes)

13 h 30 à 14 h 15

ATELIERS DE 45 MINUTES - BLOC 1

Atelier A1

Retombées et résultats complets du projet « À portée de main, les meilleures pratiques de réadaptation axées vers le rétablissement »

  • Catherine Briand, chercheuse, Centre d'études sur la réadaptation, le rétablissement et l'insertion sociale, Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal
  • Régis Hakin, professionnel de recherche, Centre d'études sur la réadaptation, le rétablissement et l'insertion sociale, Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal
  • Joanie Thériault, étudiante au doctorat, Centre d'études sur la réadaptation, le rétablissement et l'insertion sociale, Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal
  • Michel Gilbert, coordonnateur, Centre national d’excellence en santé mentale

Cette présentation rend compte des retombées positives d’un projet de transfert de connaissances axé sur les bonnes pratiques en matière de rétablissement auprès de 23 équipes de suivi dans la communauté de cinq régions pilotes au Québec. Ces données ont mis en lumière qu’il est possible de soutenir la pratique réflexive des équipes par du matériel pédagogique en ligne et un accompagnement dans le processus. Des transformations de pratiques ont été observées.

Atelier A2

Au risque de l’inclusion : un Espace jeunes dans Parc-Extension

  • Yann Zoldan, psychologue clinicien et professionnel de recherche, Université McGill, CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'île-de-Montréal
  • Emmanuelle Bolduc, coordonnatrice du site ACCESS Esprits ouverts Parc-Extension
  • Marie-Michel Lalonde, clinicienne, ACCESS Esprits ouverts Parc-Extension
  • Mohamed Adlane Debbouz, ambassadeur, ACCESS Esprits ouverts Parc-Extension

Un enjeu majeur pour les services en santé mentale jeunesse est l’accès aux soins, tout particulièrement pour les jeunes issus de minorités ethnoculturelles. Le site ACCESS Esprits ouverts Parc-Extension répond à ces enjeux en ayant créé et en soutenant un espace thérapeutique pour jeunes sans rendez-vous. Cette présentation portera sur les défis et succès cliniques, organisationnels et de recherche de l’expérience d’un espace jeunes en santé mentale desservant des quartiers multiethniques de Montréal.

Atelier A3

L’outil Baromètre en soutien au processus du rétablissement

  • Sébastien Carrier, professeur, Université de Sherbrooke

Baromètre est un outil interactif d’intervention et d’évaluation accessible sous forme d’application web. Il vise à mettre en évidence les forces et les progrès de la personne en misant sur le processus de rétablissement psychosocial. La recherche réalisée visait à évaluer l’implantation de l’outil Baromètre dans un centre de réadaptation en dépendance. Les stratégies d’implantation et les pratiques d’usage documentées tendent à démontrer l’appropriation de Baromètre dans le processus d’intervention.

Atelier A4

Le regard croisé des acteurs sur les trajectoires de services de proximité et spécialisés lors d’un premier épisode psychotique

  • Marie-Hélène Morin, professeure-chercheuse, Université du Québec à Rimouski
  • Maryse Proulx, professionnelle de recherche, Université du Québec à Rimouski

Les trajectoires de services empruntées lors d’un premier épisode psychotique sont peu connues au Québec. Quelques études ont commencé à documenter la recherche d’aide et les trajectoires de services spécifiques à ce contexte. Dans le cadre d’une recherche financée par le Fonds de recherche du Québec - Société et culture, les trajectoires de services empruntées par des jeunes adultes, leurs proches aidants et leurs intervenants sont documentées depuis l’émergence du trouble psychotique. Des études de cas seront utilisées pour illustrer des parcours de soins et de services.

14 h 15 à 15 h

Ateliers de 45 minutes - BLOC 2
Atelier A5

Les Recovery Colleges : un exemple concret de partage de responsabilités et d'intersectorialité

  • Joanie Thériault, étudiante au doctorat, Centre d'études sur la réadaptation, le rétablissement et l'insertion sociale, Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal
  • Catherine Briand, chercheuse, Centre d'études sur la réadaptation, le rétablissement et l'insertion sociale, Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal
  • Gabriella Molina, coordonnatrice de recherche, Centre d'études sur la réadaptation, le rétablissement et l'insertion sociale

Présentation de la démarche d'intersectorialité adoptée par les partenaires impliqués dans le développement du premier Recovery College québécois. Les résultats d'une revue de littérature sur les effets positifs des Recovery College seront présentés, de même que les principes clés du modèle à la base de cette initiative de partage de responsabilités. Les constats des consultations tenues en 2018 seront également discutés et des partenaires impliqués rendront compte de leur expérience d’intersectorialité dans ce projet.

Atelier A6

Thérapie cognitive comportementale transdiagnostique de groupe pour les troubles anxieux : une approche novatrice pour favoriser un accès équitable en première ligne

  • Pasquale Roberge, professeure agrégée et psychologue, Université de Sherbrooke
  • Martin D. Provencher, professeur titulaire et psychologue, Université Laval

La thérapie cognitive comportementale (TCC) est le traitement psychologique dont l’efficacité est la mieux établie pour les troubles anxieux. La TCC transdiagnostique de groupe est une modalité novatrice favorisant un accès équitable à une psychothérapie éprouvée. Cette présentation dressera le portrait des troubles anxieux au Québec et décrira les fondements de la TCC transdiagnostique de groupe ainsi que des résultats préliminaires d’un essai clinique pragmatique sur la TCC transdiagnostique réalisé au Québec.

Atelier A7

Le Plan de rétablissement V2.0 (PR2) : un outil simple et accessible pour mieux engager la personne et son entourage dans ses soins

  • Tin Ngo-Minh, psychiatre, CISSS de l’Outaouais

En théorie, toute personne admise dans un programme de suivi en santé mentale devrait avoir un plan de rétablissement (PR) régulièrement mis à jour. En pratique, la tâche est rarement pleinement accomplie et paraît souvent fastidieuse aux yeux de l'intervenant en raison de ses exigences. Ceci devrait être aussi naturel à produire que de discuter et de codévelopper le plan d'action d’une personne vers son mieux-être. Le PR2 imagé, simple et intuitif devrait répondre à ce besoin.

Atelier A8

Une intervention probante pour prévenir la dépression chez les jeunes déployée grâce au partenariat entre des équipes universitaires, communautaires et scolaires

  • Jessica Comeau Audigé, psychoéducatrice et chargée de projet, Boscoville
  • Magaly Huaracha, psychoéducatrice, Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île
  • Vincent Courtemanche, psychoéducateur, Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île

La grande prévalence de la dépression chez les adolescents et les préoccupations exprimées par les écoles amènent la création d’un comité recherche-pratique composé de professionnels de la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île, de chercheurs de l’Université de Montréal et de développeurs de Boscoville. Cette démarche a permis d’expérimenter des modalités de mise en œuvre et de déploiement du programme BLUES, qui atténue les symptômes dépressifs et réduit de 6 fois le risque de dépression. Les défis et forces de cette démarche, le programme, les outils développés, les témoignages de jeunes participants et une activité interactive utilisée dans l’intervention seront présentés.

13 h 30 à 15 h

ateliers de 90 minutes
Atelier A9

L’intégration par l’expression littéraire et théâtrale, une collaboration entre le Théâtre du Nouveau Monde et le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal

  • Lorraine Pintal, directrice artistique, Théâtre du Nouveau Monde
  • Claudia Bilodeau, chargée de projet en médiation culturelle, Théâtre du Nouveau Monde
  • Jessica Sarraf, patiente partenaire
  • Bernard Saulnier, patient partenaire

Depuis 2013, la présentation de pièces de théâtre écrites et jouées par des personnes en rétablissement au Théâtre du Nouveau Monde chaque printemps favorise leur intégration, leur rétablissement et diminue leur autostigmatisation. La réalisation de ces pièces est aussi l’occasion d’organiser des activités de déstigmatisation grand public. L’édition de 2018, « J’veux d’l’amour » a été présentée devant 650 personnes au Théâtre du Nouveau Monde. Deux des présentateurs sont des patients partenaires ayant participé à cette activité.

Atelier A10

La clinique de psychiatrie périnatale et du jeune enfant du Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine : une intégration des services basée sur l’interdisciplinarité, la multimodalité et la longitudinalité.

  • Martin St-André, psychiatre et chef médical, CHU Sainte-Justine 
  • Geneviève Carobene, psychologue, CHU Sainte-Justine
  • Mutsuko Émond-Nakamura, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent, CHU Sainte-Justine
  • Sarah Gauvreau-Jean, ergothérapeute, CHU Sainte-Justine
  • Geneviève Lafleur, psychoéducatrice, CHU Sainte-Justine
  • Karine Larose, CHU Sainte-Justine

La clinique de psychiatrie périnatale et du jeune enfant du CHU Sainte-Justine intègre le continuum de soins à partir de la conception jusqu’à l’entrée à l’école chez des familles vulnérables. Dans cet atelier, la programmation clinique sera présentée et  les modalités d’interdisciplinarité aux plans diagnostique et thérapeutique seront décrites. Des présentations cliniques illustreront le fonctionnement de la clinique et les efforts d’intégration des aspects neurodéveloppementaux, affectifs-relationnels et pédopsychiatriques.

15 h à 15 h 30

Pause

15 h 30 à 17 h

L'intégration des usagers, des familles et des membres de l'entourage dans la planification et l'organisation des soins et services en santé mentale : Mission possible! 

  • Claudie Deschênes, directrice des programmes santé mentale et dépendance, CISSS du Bas-Saint-Laurent
  • Alexandre St-Germain, directeur intérimaire des programmes santé mentale et dépendance, CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal
  • Lynn Hewitt, coordonnatrice rétablissement et continuum des traumatismes liés au stress opérationnel, CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal
  • Jennifer Dahak, chargée de projet Primauté de la personne, CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Le plan d’action ministériel sur la primauté de la personne met l’accent sur l’importance du partenariat de soins et services avec au centre de l’équation, la place de l’usager et de sa famille dans la planification et l’organisation des programmes de santé mentale et dépendance. Cette conférence se veut une application pratique de ce partenariat et un appui à la démarche d'inclusion des usagers partenaires et des proches partenaires. Cette présentation se veut un état de situation sur cette intégration via deux exemples de cas, l’un en région et l’autre en milieu urbain. L’intégration des usagers, de leurs familles et des membres de l’entourage en santé mentale est un exercice d'interinfluence de tous les instants et à tous les niveaux pour l'amélioration continue des soins et services. 

Programmation du 8 mai 2019

8 h 30 à 10 h

ATELIERS DE 90 MINUTES
Atelier B1

L'implication citoyenne des jeunes en santé mentale comme facteur d'empowerment collectif et de rétablissement : réflexions sur le processus du Grand rassemblement jeunesse en santé mentale

  • Emmanuelle Saulnier-Leclerc, chargée de projet jeunesse, Association québécoise pour la réadaptation psychosociale
  • Dylan Hervé, Comité orientation et suivi du Grand rassemblement jeunesse en santé mentale
  • Kharoll-Ann Souffrant, Comité orientation et suivi du Grand rassemblement jeunesse en santé mentale

En se basant sur les savoirs théoriques, expérientiels et organisationnels d’individus siégeant au Comité orientation et suivi du Grand rassemblement jeunesse en santé mentale, cette présentation interactive abordera le potentiel de l’implication citoyenne comme facteur de rétablissement et d’empowerment collectif, les défis de l’intégration réussie des jeunes ayant un vécu en santé mentale dans de pareils projets à vocation sociale, et les pistes d’action pour améliorer les processus d’intégration de ceux-ci dans ce type d’initiatives.

Atelier B2

Les soins en étapes comme modèle d'intégration des soins et des services en troubles mentaux courants

  • Marc Tremblay, Chef de programme, CIUSSS de la Capitale-Nationale
  • Rodrigue Côté, Directeur adjoint, CIUSSS de la Capitale-Nationale

Au cœur du plan d’action en santé mentale, les soins en étapes constituent un modèle d’organisation clinique pouvant améliorer l’intégration des services entre les médecins de famille, les services de santé mentale adulte et la psychiatrie. Au cours des dernières années, le CIUSSS de la Capitale-Nationale, en collaboration avec plusieurs partenaires, a revu son organisation de services en troubles mentaux courants. Les résultats sont prometteurs.

Atelier B3

Approche collaborative de soins orientée vers le rétablissement : pourquoi ne pas faire ÉQUIPE?

  • Leila Ben Amor, pédopsychiatre, CHU Sainte-Justine
  • Louis Lapointe, infirmier clinicien, CHU Sainte-Justine
  • Véronique MacDermott, résidente en psychiatrie, Université de Montréal

ÉQUIPE est un programme d’intervention de groupe qui vise l’amélioration des habiletés parentales et qui s’adresse aux parents d’enfants âgés de 3 à 12 ans manifestant des problèmes de comportement. Par une nouvelle modalité d’intervention, cette approche novatrice permet aux parents de prendre une place active dans la gestion des troubles de comportements de leurs enfants, en même temps que l’épisode de soins pour l’enfant.

Atelier B4

Logement en coconstruction

  • Dominic Foisy, professeur à l’Université du Québec en Outaouais, Chaire de recherche du Canada en organisation communautaire
  • Henri Dorvil, professeur titulaire, Université du Québec à Montréal
  • Marie-Claude Sirois, adjointe à la direction des services sociaux, Institut national d’excellence en santé et services sociaux
  • Étienne Pinel, spécialiste en mobilisation des connaissances, Société canadienne d'hypothèques et de logement
  • Jacques Beaudoin, secrétaire général, Réseau québécois des organismes sans but lucratif en habitation
  • Marie-Josée Fleury, professeure titulaire, Université McGill
  • Marie Gagné, formatrice et pair aidante, Association québécoise pour la réadaptation psychosociale

Le Plan d’action « Faire ensemble et autrement » appuie l’accès à une gamme de ressources résidentielles pour les personnes vivant avec des troubles mentaux. Habiter un logis à son goût et participer à sa conception améliorent les conditions de vie et favorisent le rétablissement. L’atelier Logement en coconstruction introduit une discussion interactive sur la contribution du savoir informel au développement domiciliaire en santé mentale au Québec entre acteurs clés et un public participant.

Atelier B5

La divulgation d'un trouble mental en milieu de travail : l'approche du modèle Individual Placement and Support (IPS)

  • Mireille Valois, coordonnatrice clinique, Institut universitaire en santé mentale Douglas
  • Denis Fafard, conseiller en orientation, Institut universitaire en santé mentale Douglas

Le modèle de soutien en emploi IPS est reconnu comme la pratique la plus efficace à travers le monde pour aider les personnes ayant un trouble mental à travailler sur le marché régulier selon leurs préférences. La divulgation du trouble mental représente souvent un enjeu de taille pour les personnes qui s’intègrent dans un milieu de travail. Dans cet atelier, vous assisterez au témoignage du parcours en emploi d’un des participants du programme IPS. Les principes du modèle IPS seront présentés afin de susciter la réflexion sur la question de divulguer ou non son trouble mental en milieu de travail.

Atelier B6

Ensemble vers le respect : un projet pour contrer et prévenir l’intimidation en contexte de proche aidance en santé mentale

  • Justine Razafindramboa, gestionnaire de projets et intervenante psychosociale, Association québécoise des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale
  • Jean-Thierry Popieul, criminologue et coordonnateur clinique, Centre d’aide aux victimes d’actes criminels de Montréal
  • Carine Genest, travailleuse sociale et spécialiste en activités cliniques, Urgence psychosociale-justice, Équipe de soutien aux urgences psychosociales, Programme d’accompagnement justice santé mentale
  • Anne-Marie Beaudry, membre de l’entourage d’une personne vivant avec un trouble mental
  • Membre d’Action autonomie, personne utilisatrice de services

Comment maintenir une relation respectueuse avec un proche vivant un trouble mental? Comment éviter l’apparition de dynamiques d’intimidation dans ces relations spécifiques et mieux intervenir? Pour répondre à ces questions, l’Association québécoise des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale présentera un vidéotémoignage ainsi que ses nouveaux services : Ensemble vers le respect spécialisé en intimidation. Les participants assisteront ensuite à un panel réunissant des acteurs clés pour discuter des enjeux entourant la problématique de l’intimidation en santé mentale.

10 h à 10 h 30

Pause

10 h 30 à 12 h

Ateliers (1 atelier de 90 minutes ou 1 atelier de 60 minutes + visite de kiosques et affiches)

Ateliers de 90 minutes
Atelier C1

Les services en santé mentale de Médecins du Monde : dispositifs cliniques en réponse aux effets de la précarité et de la souffrance psychosociale

  • Catherine Ethier, psychologue, Médecins du Monde
  • Mylène Demarbre, doctorante en psychologie, Médecins du Monde
  • Pierre Létourneau, psychologue, Médecins du Monde
  • Andréane Désilets, directrice générale, Maison Benoît Labre 
  • Marie-Pier Bernier, intervenante en stabilité, CACTUS Montréal

Les services psychologiques de Médecins du Monde s’adressent aux personnes en situation de grande précarité (itinérance, désaffiliation, statut migratoire précaire) et aux acteurs du milieu communautaire qui les accompagnent. Les principes de collaboration, de proximité et d’empowerment sont au cœur de notre approche en santé mentale. Des services spécialisés sont proposés selon un dispositif clinique adapté et flexible au sein duquel la personne est au centre. Des partenaires et usagers témoigneront de leur expérience.

Atelier C2

Projet de soutien aux jeunes du Bas-Saint-Laurent dont un parent est aux prises avec des troubles mentaux

  • Jean-Paul Huard, directeur, La lueur de l'espoir du Bas-Saint-Laurent
  • Marc Boily, professeur en travail social, Université du Québec à Rimouski

Les jeunes vivant avec un proche atteint d’un trouble mental sont des membres de l’entourage à part entière et peuvent nécessiter un accompagnement dans leurs expériences de vie. La lueur de l’espoir du Bas-Saint-Laurent, en partenariat avec le CISSS du Bas-Saint-Laurent et l'Université du Québec à Rimouski, travaille à l’implantation d’un programme mobilisant les personnes significatives entourant ces jeunes. Les démarches entourant l’émergence de ce projet seront partagées et suivies d’un échange sur le projet.

Atelier C3

Lutter contre la stigmatisation par les stratégies de contact, un essentiel vers l’intégration (places limitées)

  • Jonathan Lacasse, codirecteur, Regroupement des organismes de base en santé mentale 04-17
  • Éric Skulski, chargé de projet Primauté de la personne, CIUSSS de l'Est-de-l’Île-de-Montréal
  • Laurence Caron, chargé de projet, Association québécoise pour la réadaptation psychosociale

Cet atelier consiste à partir à la rencontre d’expériences humaines afin de se mobiliser pour une meilleure intégration des personnes concernées par la maladie mentale, vivant ou ayant vécu un trouble mental ainsi que les personnes de leur entourage. Par l’intermédiaire d’exemples pratiques de stratégies de contact mises en place par les membres du Groupe provincial sur la stigmatisation en santé mentale, les participants découvriront des réalités humaines uniques permettant de mieux saisir l’importance de contrer la stigmatisation en santé mentale.

Atelier C4

Troubles de la personnalité du groupe B : une initiative québécoise pour la mise en place d’une offre de service cohérente est-elle possible?

  • Pierre David, psychiatre et chef médical, Institut universitaire en santé mentale de Montréal
  • Lionel Cailhol, psychiatre et chercheur associé, Institut universitaire en santé mentale de Montréal
  • Nadine Larivière, Ergothérapeute et chercheuse régulière, Institut universitaire en première ligne en santé et services sociaux - Sherbrooke
  • Véronique Painchaud, Infirmière, CIUSSS de l'Est-de-l’Île-de-Montréal
  • Marc Langlois, travailleur social, CIUSSS de l'Est-de-l’Île-de-Montréal

La mise en place et le maintien de services adaptés et cohérents pour la clientèle porteuse d’un trouble de la personnalité recèlent plusieurs difficultés. Au-delà de l’identification des services à développer, la constitution puis le maintien des équipes de soins est un processus où de multiples écueils sont rencontrés. À la lumière de données internationales et d’expériences québécoises, cette présentation permettra de faire le point sur ces enjeux et de proposer des pistes de solution.

Ateliers de 60 minutes
Atelier C5

Dis-moi : les défis d'une intégration réussie entre les milieux scolaire et communautaire

  • Annie Nepveu, directrice générale, Dis-moi
  • Anick Dumais, directrice adjointe, École secondaire Armand Corbeil
  • Vanessa Blouin, directrice qualité, performance et partenariat, Tel-Jeunes

Dis-moi est une plateforme interactive permettant de briser l'isolement des jeunes et de les guider vers les bonnes ressources. Elle fait le pont entre l'école et les ressources du milieu. Venez échanger sur les défis de cette intégration, de la confidentialité des données, et les pistes de solution pour soutenir les jeunes âgés de 12 à 17 ans.

Atelier C6

Favoriser l’engagement des familles dans les pratiques en santé mentale : une responsabilité collective!

  • Marie-Hélène Morin, professeure, chercheuse, Université du Québec à Rimouski
  • René Cloutier, directeur général, Réseau avant de craquer;
  • Michel Gilbert, coordonnateur, Centre national d'excellence en santé mentale

La reconnaissance accrue du rôle de soutien exercé par les membres des familles est une orientation majeure du Plan d’action en santé mentale 2015-2020 et elle fait partie intégrante du plus récent Cadre de référence des programmes d’interventions pour premiers épisodes psychotiques (MSSS, 2017). Des efforts importants doivent toutefois être déployés afin que des collaborations plus significatives s’installent dans les pratiques auprès des familles. Cette présentation démontrera en quoi l’engagement des familles est une responsabilité collective.

12 h à 13 h

Repas

13 h à 13 h 30

Visite des kiosques et affiches

13 h 30 à 15 h

Ateliers de 90 minutes
Atelier D1

Le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) au Québec

  • Fatoumata Binta Diallo, conseillère scientifique spécialisée, Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)
  • Brigitte Moreault, professionnelle-conseil, Institut national d'excellence en santé et services sociaux (INESSS)
  • Micheline Lapalme, coordonnatrice scientifique, INESSS 

Selon les données de l’INSPQ, la prévalence et le taux d’incidence du TDAH diagnostiqué chez les enfants, adolescents et jeunes adultes augmentent dans le temps et varient considérablement d’une région à l’autre du Québec. Le rapport de l’INESSS sur la trajectoire optimale de services du TDAH met en relief des responsabilités partagées des réseaux concernés, propose des cibles d’amélioration des pratiques et encourage l’implication active des différents acteurs du réseau public et de ses partenaires.

Atelier D2

Espace Transition : un modèle de pratiques innovantes et intégratives pour favoriser le rétablissement des jeunes vivant avec des troubles mentaux

  • Patricia Garel, pédopsychiatre, CHU Sainte-Justine
  • Kim Archambault, psychoéducatrice et chercheuse, CHU Sainte-Justine
  • Julie Béland, candidate à la maîtrise, École de santé publique de l'Université de Montréal
  • Antoine Beaudoin-Gentes, performeur et travailleur communautaire, Les Muses, centre Champagnat et Enfants transgenres Canada
  • Mohamed Adlane Debbouz, ambassadeur d'ACCESS Esprits ouverts et participant aux programmes Espace Transition

Le projet Espace Transition du CHU Sainte-Justine est un modèle de pratiques innovantes et intégratives en réadaptation psychiatrique. Ce projet vise à soutenir le rétablissement d’adolescents et de jeunes adultes présentant des troubles mentaux en leur proposant des expériences de création artistique dans un contexte normalisant, sécuritaire et stimulant, propice au développement des habiletés sociales et personnelles et à l’expérience de succès et de gratification. Un témoignage d’ancien participant et un atelier d’expérimentation enrichiront la présentation.

Atelier D3

Le vécu expérientiel au service de l’innovation en santé mentale

  • Stéphanie Fontaine, paire gestionnaire et directrice du programme J’avance!, Revivre
  • Lynn Harris, intervenante auprès des proches, AMI-Québec et Hôpital général juif
  • Myriam Phaneuf, cofondatrice et coanimatrice des groupes J’avance Plus!, Revivre
  • Bruno Collard, directeur clinique, Revivre

Le vécu expérientiel en santé mentale peut devenir un outil puissant pour faire une différence, en semant l’espoir du rétablissement, mais aussi en faisant preuve d’innovation afin d’améliorer les services offerts au Québec. Une paire gestionnaire, une intervenante auprès des familles et une bénévole expliqueront comment leur passion les a amenées à créer leur emploi ou leur bénévolat en coconstruisant de nouveaux services dans les réseaux communautaire et hospitalier.

Atelier D4

La naissance des équipes  Flexible assertive community treatment (FACT) au Québec

  • Guy Lagacé, conseiller, Centre national d’excellence en santé mentale
  • Brigitte Chassé, conseillère, Centre national d’excellence en santé mentale
  • Marie-Eve Tremblay, chef des programmes santé mentale et dépendance, CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Cette présentation permettra aux intervenants, gestionnaires et décideurs de se familiariser avec le modèle FACT. Celui-ci intègre les activités des modèles de Suivi intensif dans le milieu (SIM) et de Soutien d’intensité variable (SIV) en réponse aux besoins de la clientèle SIM pour des territoires non desservis par cette mesure. Également, elle sensibilisera les participants aux enjeux organisationnels, cliniques et administratifs via l’expérience d’implantation d’une équipe FACT par une gestionnaire d’un établissement en région.

Atelier D5

Comorbidités associées aux troubles liés aux substances psychoactives au Québec : quels sont les besoins pour des services adéquats?

  • Christophe Huỳnh, chercheur, Institut universitaire sur les dépendances
  • Didier Jutras-Aswad, psychiatre et chercheur, Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal
  • Anne Wittevrongel, psychologue, Centre de réadaptation en dépendance de Montréal

D’abord, cet atelier présente les prévalences de maladies physiques et de troubles mentaux, ainsi que l’utilisation des services médicaux, chez les individus diagnostiqués avec un trouble lié aux substances psychoactives au Québec. Ensuite, les participants de l’atelier sont invités à réagir par rapport aux données récentes sur la comorbidité et à échanger sur les stratégies existantes ou à déployer afin de répondre adéquatement aux besoins multiples de santé de ces personnes.

Atelier D6

Programme d'accompagnement justice (PAJ-SM)

  • Michelle Laverdière, travailleuse sociale, CISSS des Laurentides
  • Anne-Renée Courtemanche, criminologue, CISSS des Laurentides
  • Stéphanie Ménard, procureure de la couronne, Directeur des poursuites criminelles et pénales
  • Michael Oates, avocat, Aide juridique des Laurentides

Le PAJ-SM est issu de préoccupations communes du milieu judiciaire ainsi que du milieu de la santé. Effectivement, de nombreuses personnes présentant des problématiques de santé mentale font l’objet d’accusations criminelles et sont amenées à traverser le système judiciaire. Ainsi, les justiciables/usagers des services de santé mentale présentent des besoins de soutien à leur rétablissement, tout en engendrant des enjeux en ce qui concerne la sécurité publique.

15 h à 15 h 30

Pause

15 h 30 à 17 h

Mot de clôture et conférence de fermeture

Les pratiques liées à la mise sous garde en établissement : l’équilibre entre le respect des droits et la protection de la personne

La mise sous garde en établissement des personnes considérées dangereuses pour elles-mêmes ou pour autrui en raison de leur état mental représente plusieurs défis, dont celui de viser le juste équilibre entre le respect des droits des personnes utilisatrices de services et leur protection. Plusieurs actions visant l’amélioration des pratiques liées à ce domaine d’activités se réalisent au Québec depuis 2018. Différents spécialistes discutent des impacts de ces transformations et présentent des solutions de rechange à l’utilisation de ce type de mesures contraignantes.

Dernière mise à jour : 19 mars 2019, 09:19

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard
Québec.ca
© Gouvernement du Québec, 2019 Haut de page