Information pour les professionnels de la santé

Bruit environnemental

Aller au menu de la section

Perte auditive et acouphènes

Il n’y a pas de définitions reconnues mondialement pour la perte d’audition et la surdité. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) classe la perte auditive en quatre catégories qui sont basées sur la perte de sensibilisation auditive moyenne sur quatre fréquences (500, 1 000, 2 000 et 4 000 Hz) à partir d’un son pur, sans aide auditive, pour la meilleure oreille. Ces catégories sont définies de la façon suivante :

  • pas de déficit (25 dB ou moins)
  • déficit léger (entre 26 et 40 dB)
  • déficit moyen (entre 41 et 60 dB)
  • déficit sévère (entre 61 et 80 dB)
  • déficit profond comprenant la surdité (81 dB ou plus).

De plus, l’OMS définit comme déficit auditif incapacitant les niveaux moyens et supérieurs, soit une perte moyenne de 41 dB et plus chez l’adulte. Pour les enfants de moins de 15 ans, le déficit incapacitant correspond à une perte de 31 dB et plus. Ce critère est basé seulement sur la sensibilité auditive et ne tient pas compte des autres incapacités auditives.

Voici les effets liés à la perte auditive et aux acouphènes :

  • Effets avérés
    • Perte d’audition lors d’exposition à des niveaux sonores très élevés, comme le tir d’armes à feu ou la musique à haut volume.
  • Effets pour lesquels d’autres études sont nécessaires
    • Perte d’audition à long terme avec l’utilisation de lecteurs de musique portatifs.
  • Effets évoqués (non prouvés)
    • Sensation de pression dans les oreilles - sur les tympans - et d’oreilles pleines;
    • Douleurs auditives;
    • Phénomène du « Hum » (à la suite d’exposition aux basses fréquences).

Dernière mise à jour : 06 juin 2017, 10:56

Sondage

Nous aimerions recueillir vos impressions sur cette section et en apprendre davantage sur vos habitudes d'utilisation.

Répondre Répondre plus tard

Lien vers le portail du gouvernement du qubec
© Gouvernement du Québec, 2017