Logo MSSS
Bandeau du site

J'ai perdu un ou plusieurs de mes proches à la suite du séisme en Haïti

Accueil > Soutien psychosocial > Séisme en Haïti

Consulter la version imprimable de la fiche Fichier PDF..

Le séisme survenu le 12 janvier 2010 en Haïti constitue une réalité particulière et inhabituelle en raison de son caractère soudain et imprévisible ainsi que par l’ampleur des pertes qu’il a causées pour la population haïtienne. Un sinistre d’une telle intensité perturbe le quotidien des personnes touchées sur les plans physique, financier, matériel, psychologique et social. Malgré les incertitudes et les pertes qu’elle peut occasionner, une telle situation fait appel à la capacité à s’adapter et à récupérer des individus, des familles et de l’ensemble de la communauté haïtienne.

Vous avez perdu une ou des personnes à la suite de ce séisme. Comment pouvez-vous surmonter cette épreuve ?

Qu’est-ce que le deuil lors d’un sinistre?

Lors d’un sinistre, la perte de proches comporte un aspect brutal et soudain qui peut venir influencer l’intensité et la durée du processus de deuil. De plus, ce deuil peut être associé à d’autres pertes et préoccupations occasionnées par le sinistre.

Il s’agit d’un processus qui varie d’une personne à une autre et qui est influencé par la culture et les croyances sociales. Aucun temps précis n’est déterminé ou indiqué pour surmonter un deuil. Cependant, certains facteurs peuvent en faciliter le déroulement.

Qu’est-ce que je peux vivre lorsque je perds un proche?

  • Un refus de croire que la personne est réellement décédée.
  • Une douleur affective très vive qui peut sembler insurmontable.
  • Un sentiment de colère, des sautes d’humeur.
  • Un sentiment de solitude, de vide, d’injustice, d’impuissance, de tristesse, de peine, de désespoir.
  • De la confusion, des difficultés de mémoire.
  • Du stress, de l’anxiété, des difficultés liées au sommeil et à l’appétit. Une impression de fonctionner par automatisme.
  • De l’agitation, un serrement dans la poitrine.
  • Une réorganisation du quotidien.
  • La découverte de nouvelles forces.
  • Un rapprochement avec des personnes de l’entourage.
  • La création de nouveaux liens, par exemple avec des personnes qui ont vécu une situation semblable.
  • Etc.

Quelles sont les phases du processus de deuil?

Le deuil se déroule en plusieurs phases. La personne ne traverse pas nécessairement toutes les phases et elle ne traverse pas nécessairement les phases dans l’ordre non plus. Plusieurs phases peuvent se chevaucher. Une personne pourrait aussi revenir à une phase précédente.

Illustration des 4 étapes du deuil

Phase du choc et du déni

Cette étape peut durer quelques minutes, quelques jours ou quelques semaines. Lors de cette phase, la personne a de la difficulté à croire la réalité ou la nie et peut être incapable de réagir.

Phase de la protestation

Cette étape peut durer quelques semaines ou quelques mois. Lors de celle-ci, la personne peut vivre de la colère, de l’incompréhension, un sentiment d’injustice, une culpabilité plus ou moins grande, la recherche d’un coupable et d’un sens à la perte. La personne commence à reconnaître la permanence de la perte.

Phase de la désorganisation

Cette étape peut durer quelques semaines, voire quelques mois. La personne peut ressentir une grande tristesse, de l’anxiété, de l’impuissance. Elle peut également se replier sur elle-même, se désintéresser de ses activités habituelles.

Phase de la réorganisation et de l’adaptation

Cette étape peut durer de quelques mois à quelques années. La personne est moins envahie par la perte et retrouve peu à peu sa capacité à avoir du plaisir. Elle a un regain d’intérêt et entrevoit la possibilité de nouveaux projets. Elle s’adapte à sa nouvelle situation.

Certaines circonstances peuvent rendre le processus de deuil plus difficile, par exemple :

  • une mort violente ;
  • l’incertitude quant aux circonstances du décès ;
  • l’impossibilité de récupérer et de voir la dépouille ;
  • l’impossibilité de pouvoir réaliser les rituels de deuil en lien avec ses croyances ;
  • le fait de perdre plusieurs proches au même moment ou dans un court laps de temps.

Dans ces circonstances, il faut demeurer vigilant afin de demander de l’aide au besoin.

Quelles sont mes forces et mes ressources? Que puis-je faire?

Vous êtes la personne la mieux placée pour connaître vos forces, vos ressources et vos besoins.

Voici quelques questions pour vous aider à les cibler :

  • Si j’ai déjà vécu un deuil, comment ai-je surmonté la perte? Qu’est-ce qui m’a aidé à ce moment? Que puis-je mettre en pratique dans la situation actuelle?
  • Selon les personnes qui m’entourent, quelles sont mes forces? Quelles forces puis-je utiliser dans mon processus de deuil? Ai-je la possibilité de parler de la situation avec une personne et de lui faire part de mes sentiments?
  • Qui peut m’apporter du soutien (repas, accompagnement pour les formalités, garde des enfants, etc.)?
  • Quels groupes d’entraide et services professionnels existent dans ma communauté pour me venir en aide ? Comment puis-je avoir accès à ces services?

Quelques exemples de forces et de ressources

  • Mes croyances, mes valeurs et mes convictions.
  • Mes capacités à m’adapter à des situations éprouvantes.
  • Ma présence et l’accès à un réseau social de soutien.
  • Mes qualités personnelles (ma capacité à exprimer mes émotions, etc.).
  • L’accessibilité à un groupe d’entraide pour les personnes endeuillées et la disponibilité de services professionnels au besoin.

Moyens envisagés

  • Partager mes émotions avec mes proches et accepter leur aide.
  • Participer à des activités avec des gens qui vivent une situation semblable.
  • Me permettre des moments de détente.
  • Poser des gestes symboliques qui correspondent à mes valeurs et mes croyances.

Malgré les moyens utilisés pour surmonter la situation, il se peut que vous ayez besoin de recourir à des services d’aide professionnels.

Voici des signaux d’alarme possibles :

  • Je vis des perturbations importantes et persistantes liées à l’appétit et au sommeil.
  • J’ai de la difficulté à fonctionner dans mes différents rôles (famille, travail, loisirs).
  • Je sens une baisse marquée de mon intérêt pour les choses que j’aimais auparavant.
  • Je m’isole constamment de mes proches.
  • Ma consommation d’alcool, de drogues ou de médicaments a considérablement augmenté.
  • Je n’arrive plus à me concentrer ou à prendre des décisions.
  • Je ressens une souffrance intense qui se maintient dans le temps ou, au contraire, je fais comme si rien ne s’était passé et je ne ressens aucune émotion.
  • Je me sens envahi par l’événement au point de penser au suicide ou de m’en prendre à une autre personne.

Vous n’êtes pas seul à vivre cette situation. N’hésitez pas à demander de l’aide.

Malgré les difficultés éprouvées lors d’un sinistre, il est souvent possible d’en retirer des effets positifs tels qu’un élan de solidarité entre les membres de la communauté.

Gardez espoir!

Où puis-je m’informer?

Téléphone

  • Ligne sans frais de Services Québec : 1 877 644-4545
  • Régie de l’assurance maladie : 514 864-3411, ailleurs au Québec : 1 800 561-9749
  • Centre des opérations d’urgence d’Affaires étrangères et Commerce international Canada : 613 996-8885 (frais virés acceptés), 24 heures sur 24, 7 jours sur 7

Internet

Où puis-je trouver de l’aide ?

  • Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de ma région
  • Service Info-Santé : 8-1-1
  • Organismes communautaires oeuvrant dans le domaine de la santé et des services sociaux de ma région.
  • Programme d’aide financière d’urgence (PAFU) : 1 888 643-4721
  • Centre d’aide multiservice de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension Maison d’Haïti 8833, av. Saint-Michel, Montréal Heures d’ouverture : 9 h à 21 h, 7 jours sur 7 Téléphone : 514 326-3022

Collaboration

  • CSSS de Lac-Saint-Jean-Est
  • M. Pierre-Paul Malenfant, t.s., conseiller au volet psychosocial en sécurité civile, MSSS

Références

  • BRILLON, Pascal. Se relever d’un traumatisme,
    réapprendre à vivre et à faire confiance, Éditions Quebecor, 2004.
  • BRYMERS, M., et autres. Psychological First Aid: Field Operations Guide, 2nd Edition, National Child Traumatic Stress Network et National Center for PTSD, 2006.
  • DEMONTIGNY, Francine, et Line BEAUDET. Lorsque la vie éclate : l’impact de la mort d’un enfant sur la famille, Saint-Laurent, Éditions du Renouveau
    Pédagogique, 1997, 271 p.
  • ECHTERLING, Lennis, Jack PRESBURY et J. Edson McKEE. Crisis Intervention: Promoting Resilience and Resolution in Troubled Times, New Jersey, Pearson Merrill Prentice Hall, 2005, 269 p.
  • GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Séisme en Haïti, 2010, Québec. (Consulté le 23 janvier 2010).
  • MALENFANT, Pierre-Paul. « Les réactions des personnes sinistrées : module 4 », dans L’intervention sociosanitaire en contexte de sécurité civile, ministère de la Santé et des Services sociaux, 2007. [Document de travail].
  • MALENFANT, Pierre-Paul. « Le processus d’adaptation : module 5 », dans L’intervention sociosanitaire en contexte de sécurité civile, ministère de la Santé et des Services sociaux, 2008. [Document de travail].
  • MALENFANT, Pierre-Paul. « La fonction intervention psychosociale : module 6 », dans L’intervention sociosanitaire en contexte de sécurité civile, ministère de la Santé et des Services sociaux, 2008. [Document de travail].
  • MALTAIS, Danielle, et Marie-Andrée RHEAULT (sous la dir. de). L’intervention sociale en cas de catastrophe, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2005, 392 p.
  • MALTAIS, Danielle (sous la dir. de). Catastrophe et état de santé des individus, des intervenants et des communautés, Chicoutimi, Université du Québec à Chicoutimi, 2002, 866 p.
  • MARTEL, Claude, et Alain BRUNET. « L’intervention psychosociale lors de sinistre », dans Intervention en situation de crise et en contexte traumatique, Gaëtan Morin éditeur, 2006.
  • MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX. Le deuil et les pertes affectives.
  • PINARD, Suzanne. De l’autre côté des larmes : guide pour une traversée consciente du deuil, édition revue et augmentée, Boucherville, Éditions de Mortagne, 2005, 230 p.

Autres fiches

Différentes fiches psychosociales portant spécifiquement sur la situation du séisme en Haïti sont disponibles :

Haut de la page


Lien vers le portail du gouvernement du québec
© Gouvernement du Québec, 2017