Santé et Services sociaux Québec.
rss
Page précédente Taille du texte

Fiche synthèse #55

Réorienter les systèmes de santé : vers des systèmes de santé modernes et durables

Résumé

Ce document d’orientation d’EuroHealthNet représente l’aboutissement d’un dialogue politique entre des parties prenantes, des experts et des organismes de l’Union européenne (UE) qui visait à déterminer ce qui contribue le plus à la pérennité des systèmes de santé en Europe. Le document fait partie de la stratégie Europe 2020.

Contexte

La durabilité des systèmes de santé nationaux est au cœur des préoccupations des États membres de l’Union européenne (UE), de la Commission européenne et de l’Organisation mondiale de la santé. Dès 2001, la Commission européenne a déterminé la « viabilité financière » comme l’un des trois objectifs à long terme des systèmes de santé nationaux, de même que l’accessibilité et la qualité. Depuis lors, le développement de services de haute qualité, accessibles et durables, a été à l’ordre du jour politique de l’UE : protection sociale, santé publique ainsi qu’affaires économiques et financières. Au départ, la question a été intégrée au processus de protection et d’inclusion sociale de l’UE.

Les ministres de la Santé ont abordé la question des systèmes de santé pour la première fois en 2006. Soulignant l’importance de la sauvegarde des valeurs fondamentales que sont l’universalité, l’accès à des soins de qualité, d’équité et de solidarité, ils ont également reconnu la difficulté de concilier les besoins individuels et les finances disponibles. Le Conseil des affaires économiques et financières a discuté de la viabilité financière des soins de santé à long terme pour la première fois en 2003.

La crise économique et financière a lourdement pesé sur les dépenses publiques, y compris celles du système de santé. Selon la Commission des affaires européennes de la protection sociale (CPS), la lutte contre les inégalités de santé – en agissant sur les déterminants sociaux de la santé – est susceptible d’atténuer cette pression, et une plus grande attention portée aux inégalités de santé peut améliorer l’efficacité des soins. La Commission conseille donc de réorienter les ressources vers la promotion de la santé et d’adopter des mesures préventives.

La Direction de la CE chargée des affaires économiques et financières (DG ECFIN) et le Comité de la politique économique (CPE) se sont concentrés sur les systèmes de santé, afin de comprendre les déterminants des dépenses de santé. Pour développer des politiques qui renforcent la viabilité financière ainsi que l’accès et la qualité des services, l’un des défis les plus importants est d’obtenir une valeur accrue en fonction de l’allocation des ressources dans le secteur de la santé. Le rapport mentionne plusieurs défis politiques à relever, étant donné les forces et les faiblesses du système actuel. Il s’agit notamment de l’amélioration de la santé par une promotion de la santé plus efficace et la prévention des maladies.

L’innovation sociale dans les systèmes de santé doit encourager l’investissement et l’équité, en préconisant des approches de promotion de la santé et en les intégrant aux autres éléments du système. Comme la meilleure mesure de la performance de ce système est son incidence sur la santé, ses réformes devraient également être préévaluées en fonction de leur effet éventuel. Ainsi, les décideurs disposeront d’indications plus claires sur l’une de leurs principales préoccupations, à savoir si l’investissement en santé est suffisamment judicieux pour obtenir la meilleure valeur par rapport à l’allocation des ressources.

Analyse / résultats

Des travaux précédents, dirigés par EuroHealthNet, ont illustré la relation cyclique entre la santé, la pauvreté et l’inclusion sociale. Il existe de nombreuses voies par lesquelles la pauvreté et l’exclusion sociale peuvent conduire à des problèmes de santé et vice-versa : les problèmes de santé mènent à la pauvreté et à l’exclusion sociale. En effet, une mauvaise santé ou une mauvaise qualité de vie peuvent même être des prédicteurs importants d’exclusion sociale comme l’est un  faible revenu. La santé publique et la promotion de la santé ont un rôle crucial à jouer « en amont » pour briser ce cycle.

Les données probantes suggèrent que le vieillissement n’est pas en soi un facteur clé de l’augmentation du coût des soins de santé : il ne représente que 10 % de la hausse des dépenses. La croissance économique, des revenus plus élevés, les nouvelles technologies et les progrès de la médecine engendrent une élévation des dépenses beaucoup plus importante.

Des programmes complets de promotion de la santé, en se concentrant sur l’alimentation et l’activité physique, offrent des solutions rentables. Ils éviteraient des dizaines de milliers de décès prématurés (estimés à 75 000 en Italie et à 70 000 en Angleterre). Le coût d’une stratégie globale de prévention par année de vie gagnée, selon le calcul fait par l’OCDE, est inférieur à 20 000 $. Des exemples d’approche préventive pour contrer l’obésité et améliorer l’équité en santé chez les enfants sont cités dans une récente étude réalisée par EuroHealthNet.

Les groupes vulnérables enregistrent des taux disproportionnés de morbidité et de mortalité. L’accès équitable aux soins de santé est donc essentiel pour réduire au minimum ce désavantage. Cependant, les preuves recueillies au moyen d’études transnationales et nationales suggèrent fortement que les inégalités horizontales et verticales sont des caractéristiques persistantes entre les systèmes de santé européens. Les gens dans le besoin ne reçoivent pas un traitement égal, pas même dans les pays de l’UE ayant une tradition de couverture universelle et complète de santé. En outre, la charge financière relative aux systèmes de santé n’est pas toujours équitablement répartie, ce qui comporte de graves conséquences sur la santé.

Le souci de la viabilité financière et des budgets publics de services de santé constituent des obstacles politiques majeurs à la suppression des barrières d’accès telles que le partage des dépenses ou des services culturellement sensibles. Compte tenu des aspirations de l’Europe pour 2020, soit deux années supplémentaires de vie en bonne santé, il reste une étape importante à franchir grâce à des mesures ciblées pour améliorer l’accès aux services de santé des communautés défavorisées. Pour obtenir un résultat idéal en 2020, les innovations du système de santé devraient se concentrer sur les obstacles à l’accès et améliorer la littératie en santé, y compris une révision du financement et des paiements pour les services. Des incitations plus traditionnelles pour réduire l’utilisation des services en introduisant des obstacles financiers pourraient avoir des effets néfastes à long terme.

Conséquences, recommandations

L’action sur les déterminants sociaux de la santé nécessite la participation des autres secteurs ainsi qu’un engagement politique. Mais les systèmes de santé et les responsables de la gestion du système de santé jouent un rôle essentiel et central, à la fois pour faire progresser les efforts des autres secteurs, ainsi que dans la prestation de toutes les autres fonctions des systèmes de santé et services. En eux-mêmes, les systèmes de santé sont un puissant déterminant social de la santé.

Dans les soins primaires, le déplacement de la prestation de services verticaux – c’est-à-dire axés sur la maladie – vers des programmes horizontaux – dirigés vers la communauté – semble prometteur. Les professionnels de santé peuvent aussi contribuer largement à soutenir et à renforcer les communautés et les individus qui contrôlent mieux leur santé et leur bien-être, surtout quand ils s’associent avec des formateurs locaux de la santé, des « champions » de la santé et des travailleurs en développement communautaire. Jusqu’à présent, aucune des évaluations par les pairs ne s’est concentrée sur la promotion de la santé en soi, mais un grand nombre ont mis l’accent sur les déterminants sociaux de la santé. Les initiatives visant à améliorer l’accès aux services de santé et sociaux ont également fait l’objet d’une évaluation par les pairs. Il s’agit d’un domaine d’amélioration potentielle. 

Source du document

Re-orienting health systems : towards modern, responsive and sustainable health promoting systems Fichier PDF.