Santé et Services sociaux Québec.
rss
Page précédente Taille du texte

Fiche synthèse #27

OMS/Europe - La gouvernance pour la santé :
comment pouvons-nous relever les défis sanitaires complexes d’aujourd’hui ?

Résumé

Le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe a présenté récemment les conclusions d’une étude approfondie des réflexions actuelles et des pratiques innovantes en ce qui concerne la gouvernance pour la santé au XXIe siècle. Le document comporte également des recommandations sur la façon dont les pouvoirs publics peuvent renforcer la gouvernance pour la santé grâce à la collaboration.

Contexte

Cette étude définit la « gouvernance pour la santé » comme les efforts des gouvernements ou des autres acteurs pour engager les communautés, les pays et les groupes de pays à améliorer la santé grâce à une approche intégrée qui tienne compte de toutes les composantes du gouvernement et de la société. De la sorte, la santé et le bien-être sont vues comme des caractéristiques fondamentales d’une société et d’une économie dynamiques au XXIe siècle, ce qui permet de fonder des politiques et des approches sur des valeurs comme les droits humains et l’équité. La gouvernance pour la santé fait la promotion de l’action conjointe des secteurs de la santé et autres, des acteurs du public et du privé et des citoyens pour tendre vers un intérêt commun. Il importe donc que les politiques soient en synergie et que plusieurs émanent de secteurs autres que celui de la santé ou de l’extérieur du gouvernement. De plus, ces programmes doivent être soutenus par des mécanismes et des structures qui favorisent la collaboration, laquelle conférerait une forte légitimité aux ministres de la Santé ainsi qu’aux ministères et agences de santé publique pour qu’ils puissent jouer un nouveau rôle dans l’élaboration de politiques favorables à la santé et au bien-être.

Analyse / résultats

Messages clés : la gouvernance et ses contextes

Les défis de la gouvernance auxquels fait face le secteur de la santé ne sont pas uniques : tous les secteurs sont confrontés à des changements d’importance. Les moteurs de changement sont l’interdépendance, la complexité, la coproduction et la transition en Europe de sociétés industrielles vers des sociétés de savoir.

La nature des problèmes nécessite une approche des systèmes qui regrouperait de larges pans de la société et de multiples niveaux de gouvernance, avec intégration croissante à l’échelle locale et régionale. Le nouveau contexte fait émerger des dynamiques de diffusion, de démocratisation et de valeurs partagées.

La santé est un facteur macroéconomique majeur et une composante essentielle des modèles et des stratégies d’affaires. Les affaires doivent désormais s’orienter vers des stratégies basées sur une valeur partagée, ce qui permet d’accroître la concurrence et de mettre des enjeux sociaux à l’ordre du jour.

Le rôle du gouvernement demeure critique et s’étend à divers champs de la vie moderne.

Messages clés : la gouvernance pour la santé et le bien-être

La gouvernance pour la santé et le bien-être prend place parmi des valeurs qui considèrent la santé comme un droit humain, un bien public, une affaire de justice sociale. Cette vision plus large de la santé inclut plusieurs systèmes sociaux, l’action concertée de maints secteurs, avec ou sans celui de la santé.

L’approche globale du gouvernement et de la société reflète cette réalité. Elle se fonde sur des stratégies intégrantes, qui améliorent la coordination, l’intégration et la diffusion de la responsabilité pour la santé au sein du gouvernement et de la société.

La gouvernance pour la santé se construit sur des expériences concluantes qui intègrent la collaboration intersectorielle, des politiques publiques favorables à la santé et « la santé dans toutes les politiques ».

Conclusions

Sur la base d’une recension d’études de nouvelles approches de gouvernance pour la santé, on propose d’examiner cinq types de gouvernance prometteuse qui pourraient être combinés avec des approches globales du gouvernement et de la société :

  • gouverner en collaboration;
  • gouverner en misant sur l’engagement citoyen;
  • gouverner par régulation et persuasion;
  • gouverner à l’aide d’agences indépendantes et de centres d’expertise;
  • gouverner grâce à des politiques adaptées et à des structures résilientes.

Conséquences, recommandations

Positionner la santé

La santé et le bien-être de la population doivent constituer un but pour le gouvernement et la société.

Fonder les politiques sur de nouvelles mesures

Un effort systématique doit être fait pour une collecte continue de données probantes robustes sur l’incidence d’une large gamme de politiques sur la santé et des répercussions de la santé sur les autres politiques.

Institutionnaliser les processus pour une approche gouvernementale globale

Pour améliorer la santé et le bien-être, des structures et des processus doivent tabler sur une approche gouvernementale globale, faciliter la collaboration entre les secteurs, résoudre les problèmes et redresser les déséquilibres de pouvoir.

Mettre en place des partenariats innovateurs pour une approche sociale globale

Plusieurs des défis actuels en santé pourraient être mieux résolus par une approche globale de la société, soit la société civile, le secteur privé et les médias.

Un engagement pour informer les citoyens et favoriser la participation citoyenne

Le secteur de la santé doit s’engager lui-même dans la nature participative de la gouvernance pour la santé, ce qui inclut des approches e-gov, i-gov and m-gov, de même qu’une stratégie pour améliorer la littératie en santé.

Une perspective globale

La nouvelle gouvernance pour la santé doit intégrer tous les niveaux de gouvernement, localement et globalement.

Un bureau régional soutenant et innovateur

Le secteur de la santé peut soutenir les autres domaines gouvernementaux en les assistant dans l’élaboration des politiques et l’atteinte des objectifs.

Un engagement conjoint pour une gouvernance innovante

Enfin, on propose que, conformément à « Health 2020 », les États membres et le Bureau régional :

  • mettent en place un processus pour évaluer et surveiller les progrès de la gouvernance pour la santé dans la région européenne;
  • étudient la possibilité d’établir un institut européen multidisciplinaire de la gouvernance pour la santé.

Source du document

Governance for health in the 21st century. A study conducted for the WHO Regional Office for Europe Fichier PDF.