Santé et Services sociaux Québec.
rss
Page précédente Taille du texte

Fiche synthèse

Est-ce que des améliorations apportées aux soins de santé primaires réduisent les coûts des soins de deuxième ligne ?

Résumé

L’introduction en 2004 du Quality and Outcomes Framework (QOF) dans la pratique générale, au Royaume-Uni, représente l’un des plus grands efforts pour mesurer la qualité des soins de santé primaires et inciter à leur amélioration. Ce rapport tire avantage d’une base de données portant sur plus de 50 millions de citoyens anglais pour déterminer si les objectifs fixés pour la pratique générale ont mené à des améliorations dans deux domaines clés : la mortalité et les coûts des hospitalisations et des soins ambulatoires. Les résultats de l’étude démontrent que les améliorations apportées à la performance des soins de santé primaires sont associées à des progrès modestes, mais mesurables, en matière de coûts et de résultats.

Contexte

Ce rapport cherche à évaluer si l’atteinte des niveaux établis par le QOF pour les services courants a influé sur l’amélioration de la qualité selon deux indicateurs : la mortalité et les coûts d’utilisation des hôpitaux. Le National Health Service (NHS) fera face à des défis financiers importants au cours des prochaines années, en raison de l’augmentation prévue de la demande, et ce, même si le taux de financement demeure constant. Il est plus que jamais nécessaire de comprendre comment les ressources sont utilisées et de quelle manière les coûts peuvent être réduits.

Une croyance est répandue parmi les décideurs selon laquelle, à long terme, les interventions préventives axées sur les changements de comportement et la gestion de la maladie peuvent réduire la demande de soins et améliorer la santé en matière d’espérance et de qualité de vie. Cependant, les données probantes actuelles sont équivoques : la plupart de ces interventions de prévention augmentent les coûts et la plupart ne sont pas rentables quand elles sont comparées aux approches cliniques conventionnelles. Cette recherche suggère que, pour utiliser les ressources de manière efficiente, il faut privilégier des interventions de prévention qui ciblent adéquatement les groupes à risque.

The Quality and Outcomes Framework (QOF)

Ce cadre met en place, depuis 2004, des mesures incitatives (entre autres financières) pour encourager les médecins généralistes à intégrer des interventions de prévention à leurs pratiques. Des efforts considérables ont été consentis pour harmoniser ces interventions avec les meilleures pratiques cliniques actuelles.

Le principal résultat de cette étude est qu’il existe une corrélation entre des indicateurs positifs du QOF et une réduction mesurable des coûts des soins hospitaliers et des taux de mortalité. Ce rapport est plus fort dans le cas de certains indicateurs, mais il est particulièrement marqué en ce qui concerne les soins cardiovasculaires. Ces résultats montrent aussi que des indicateurs favorables du QOF dans un secteur clinique peuvent avoir une incidence positive sur les coûts hospitaliers d’autres domaines cliniques.
Cependant, ces résultats doivent être considérés avec prudence. En effet, si  des indicateurs positifs sont associés à ces améliorations, ils n’entraînent pas nécessairement ces réductions de coûts.

Analyse / résultats

Le principal résultat de cette étude est qu’il existe une corrélation entre des indicateurs positifs du QOF et une réduction mesurable des coûts des soins hospitaliers et des taux de mortalité. Ce rapport est plus fort dans le cas de certains indicateurs, mais il est particulièrement marqué en ce qui concerne les soins cardiovasculaires. Ces résultats montrent aussi que des indicateurs favorables du QOF dans un secteur clinique peuvent avoir une incidence positive sur les coûts hospitaliers d’autres domaines cliniques.

Cependant, ces résultats doivent être considérés avec prudence. En effet, si  des indicateurs positifs sont associés à ces améliorations, ils n’entraînent pas nécessairement ces réductions de coûts.

Conclusions

La Health Foundation poursuit ses travaux pour mieux comprendre cet élément fondamental pour le système de soins et les décideurs. Elle souhaite alimenter le débat et fournir des données probantes pour favoriser des décisions éclairées qui amélioreront la qualité des soins pour les patients.

Conséquences, recommandations

Cette recherche constitue une importante contribution à certaines initiatives politiques, comme les interventions préventives. L’introduction de nouveaux modèles d’évaluation présentés dans ce rapport aide à établir les façons de procéder et les décisions pour déterminer l’allocation des ressources sur le plan national.

Cette recherche ne tente pas d’évaluer le QOF ou d’en mesurer les coûts par rapport à l’efficience. Elle vise plutôt à indiquer dans quelle mesure cette initiative peut influer sur les coûts hospitaliers et les taux de mortalité. Dans ces deux cas, le QOF semble associé à des gains financiers, mais tout de même limités. Il faut demeurer prudent quant à l’inférence qui peut en être tirée, mais les données tendent à soutenir l’idée que les améliorations du QOF contribuent aux gains. Les résultats relatifs à l’indicateur sur les crises cardiaques dominent les modélisations, et ce, peut-être parce que cet indicateur recouvre l’ensemble de la qualité des soins primaires; il est hautement corrélé avec l’ensemble des cibles du QOF. Cependant, sa dominance et le rôle que cet indicateur joue dans le modèle des coûts des maladies cardiovasculaires suggèrent que la mesure de cet indicateur met en lumière certains aspects particuliers des soins préventifs ayant une incidence quantifiable sur les résultats.

Source du document

Royaume-Uni – Est-ce que des améliorations apportées aux soins de santé primaires réduisent les coûts des soins de deuxième ligne? Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.