Santé et Services sociaux Québec.
rss
Page précédente Taille du texte

Fiche synthèse #4

Réformes de l’allocation des ressources et
le financement du secteur de la santé en Irlande

Résumé

Ce rapport du groupe d’experts sur l’allocation des ressources et le financement du secteur de la santé examine la façon dont le système actuel peut être amélioré pour mieux soutenir les objectifs du programme de réforme. Le rapport présente 34 recommandations regroupées sous sept principes directeurs.

Contexte

Comme la plupart des pays développés, l’Irlande fait face au défi de fournir des soins de santé tout en tenant compte de ses finances publiques. Ce défi s’inscrit dans le contexte suivant :

  • augmentation et vieillissement de la population;
  • augmentation des attentes de la population en matière de prestation de soins;
  • augmentation des maladies chroniques;
  • augmentation de la prestation des services de première ligne et en milieu communautaire;
  • nécessité que les patients prennent leur santé en charge en collaboration avec les professionnels de la santé

Les réponses des pays développés pour faire face à ces enjeux ont notamment été les suivantes :

  • développement de nouveaux modèles de soins intégrés insistant sur la promotion de la santé et la gestion des maladies chroniques;
  • financement d’équipes multidisciplinaires de prestation de soins;
  • accès équitable et abordable aux services de santé.

Analyse / résultats

L’un des premiers constats du groupe d’experts est que le système irlandais d’allocation des ressources en santé manque de cohérence, car il ne repose pas sur un cadre qui permettrait la prise de décision intégrée en fonction des objectifs et des buts du système de santé.

Le groupe d’experts a aussi observé que le système de remboursement des prestataires de services et le système de paiement des utilisateurs des services vont à l’encontre de la politique de santé : peu de mesures incitatives sont en place pour soutenir la prestation des soins en première ligne et en milieu communautaire.

Le groupe d’experts observe aussi que le mode de financement manque de transparence et contribue aux inégalités en matière d’accès aux soins. Le système ne prend pas en compte la capacité de payer des utilisateurs et permet un accès plus rapide à ceux qui peuvent payer des assurances.

En ce qui concerne la pérennité du système de santé, le groupe d’experts note qu’il serait possible de réduire les coûts. Si les hôpitaux amélioraient leur l’efficience et adoptaient des normes internationales, les coûts du système en seraient réduits.

Conclusions

En fonction des objectifs de la politique de santé, des changements pourraient être apportés au système actuel d’allocation des ressources en vue d’en faire davantage pour :

  1. promouvoir l’équité et l’égalité;
  2. soutenir la qualité des services;
  3. clarifier les responsabilités et l’imputabilité;
  4. mettre l’accent sur le patient avant tout.
Le groupe d’experts conclut que l’allocation des ressources n’est pas conforme aux objectifs de la politique de santé, soit la qualité et l’accessibilité des soins ainsi que la prestation des soins selon une approche coût-avantage. Le système de décision manque de transparence à tous les niveaux et il faudrait mettre en place un système de gouvernance claire. L’approche des soins intégrés doit être généralisée de manière à renforcer le lien entre la politique et les interventions.

Conséquences, recommandations

Les experts ont émis 34 recommandations regroupées sous sept principes directeurs basés sur la politique de santé de l’Irlande et les bonnes pratiques internationales. Ils ont également ciblé les principaux obstacles aux changements.

Principes directeurs

  1. Le modèle d’allocation des ressources devrait être basé sur les besoins en santé de la population.
  2. Le modèle d’allocation des ressources devrait soutenir l’implantation locale des priorités nationales basées sur des normes de responsabilisation et de bonne gouvernance.
  3. Le modèle d’allocation des ressources devrait soutenir la prestation de soins basée sur des données probantes, que ce soit dans le domaine privé ou public.
  4. Le modèle d’allocation des ressources devrait promouvoir l’intégration des soins entre les hôpitaux, la première ligne et la communauté.
  5. Des mesures incitatives financières doivent être consenties aux prestataires des soins et aux patients, conformément aux priorités nationales en matière de promotion de la santé et du bien-être.
  6. Les méthodes de financement du système de santé devraient être aussi efficaces et équitables que possible.
  7. Tous les aspects du système de santé devraient favoriser la pérennité.

Obstacles à la mise en oeuvre des changements

  • Société
    Il n’est pas certain que la société acceptera facilement l’intégration de nouveaux modèles de soins et il faut prévoir beaucoup de résistance.
  • Prestation des services
    Les prestataires doivent modifier leur façon de dispenser les soins. En effet, les professionnels devraient se déplacer vers les patients et non l’inverse.
  • Formation
    Le modèle de formation des médecins doit évoluer vers une pratique de soins intégrés et partagés. Les étudiants en médecine ont tout intérêt à être informés des coûts des interventions, des médicaments, etc.
  • Gouvernance
    Le système de gouvernance doit établir des directives claires de responsabilité à l’égard des directeurs d’hôpital et des professionnels de première ligne. La structure des hôpitaux doit veiller à ce que les gestionnaires et les cliniciens dispensent des soins de haute qualité dans une perspective de coût-avantage.
  • Établissements
    Le modèle de soins intégrés suppose la prestation de soins dans la communauté plutôt que dans les hôpitaux. Il faut donc prévoir de la résistance de la part de certains professionnels de la santé, ce qui représente un autre défi.

Source du document

Report of the expert group on resource allocation and financing in the health sector