Santé et Services sociaux Québec.
rss
Page précédente Taille du texte

Fiche synthèse #6

Le rôle des technologies de l’information pour améliorer l’efficience

dans le secteur de la santé

Résumé

Ce document de l’OCDE fournit des conseils aux autorités publiques quant à l’adoption d’une politique à mettre en application selon les circonstances et la nature du système de santé de chaque pays. Il analyse les mesures incitatives et les mécanismes institutionnels appliqués pour inciter à l’adoption des technologies de l’information et des communications (TIC) par six pays de l’OCDE (l’Australie, le Canada, les Pays-Bas, l’Espagne, la Suède et les États-Unis). Il présente des résultats de ces initiatives, informe sur les nouvelles technologies appliquées au domaine médical et aide à cibler les enjeux liés à la coopération des divers acteurs concernés.

Contexte

Les autorités publiques des pays de l’OCDE font face à une demande croissante de la part de la population et des professionnels de la santé pour que les décisions prises répondent aux besoins. Toutefois, l’augmentation continue des dépenses en santé freine la capacité des États à remplir son rôle en ce domaine. La fragmentation du processus de fourniture de soins de santé et des lacunes dans le transfert de l’information sont des sources reconnues de cette inefficience.

Les divers enjeux en cause sont les suivants :

  • améliorer la qualité et l’efficience des soins de santé;
  • réduire les coûts opérationnels liés aux services cliniques;
  • diminuer les coûts administratifs;
  • favoriser de nouveaux modes de fourniture de soins de santé;
  • augmenter la sécurité des patients et protéger les renseignements personnels;
  • abolir les barrières à l’implantation des TIC.

Analyse / résultats

Les principales mesures proposées en regard de l’implantation des technologies de l’information et des communications (TIC) dans le système de santé sont :

  •  le dossier médical informatisé;
  • les ordonnances électroniques;
  • les programmes propices à l’échange d’information entre professionnels de la santé.

Un certain nombre d’approches sont mises en évidence dans le rapport :

  • Australie, Great Southern Managed Health Network
    Réseaux informatisés de gestion de patients et de messagerie électronique sécurisée. Favorise la collaboration entre les professionnels de la santé.
  • Canada (Colombie-Britannique), Chronic Disease Management (CDM) Toolkit
    Logiciel accessible gratuitement aux professionnels de la santé et qui permet la gestion des maladies chroniques.
  • États-Unis (Massachusetts), Massachusetts e-Health Collaborative (MAeHC)
    Aide à l’implantation du dossier médical informatisé pour faciliter l’accessibilité aux données médicales des patients.
  • Espagne, Balearic Telestroke Programme
    Programme informatisé transmettant de l’expertise relative aux attaques cérébrales destinée aux professionnels de la santé établis dans les régions éloignées.
  • Suède, E-Prescription
    Système informatisé reliant les pharmacies du pays à de nombreux professionnels de la santé de première ligne.
  • Pays-Bas, Patient Summary Record System
    Projet pilote pour transférer l’information relative aux patients des médecins de famille aux autres professionnels de la santé.

Les principaux obstacles à l’implantation des TIC sont :

  • Financiers
    Ressources financières limitées des fournisseurs de soins pour implanter de nouvelles technologies. Inégalités dans la répartition coûts-avantages.
  • Institutionnels
    Différences dans la terminologie médicale et la compilation des données relatives aux patients. Absence d’une standardisation qui faciliterait l’échange d’information entre les divers acteurs du domaine.
  • Sociales
    Inquiétudes quant au respect de la confidentialité et de la sécurité des renseignements médicaux.

Conclusions

Certaines pratiques peuvent être adoptées afin de faciliter l’introduction des TIC dans le domaine de la santé. Ce rapport démontre toutefois l’absence fréquente d’une évaluation indépendante des programmes et des projets adoptés. L’évaluation de l’incidence des TIC est difficile pour nombre de raisons. Le passage à de nouvelles technologies ne représente pas uniquement un changement technique, mais également une adaptation culturelle. Le succès des TIC dépend donc de ces transformations organisationnelles. Les bénéfices pourraient naître de changements dans les méthodes de travail et il serait alors possible de tirer avantage de ces nouvelles ressources.

Exception faite de ces difficultés, les études de cas démontrent le potentiel des TIC, par exemple pour améliorer l’accessibilité des soins dans les régions éloignées et coordonner les soins de santé relatifs aux maladies chroniques.

Enfin, l’analyse illustre la nécessité d’une interdépendance des acteurs concernés pour obtenir des gains dans l’implantation des TIC. Les gouvernements doivent par ailleurs s’assurer de la confidentialité des renseignements personnels pour obtenir la confiance du public. Les mesures incitatives doivent correspondre aux priorités du système de santé et des indicateurs standardisés sont nécessaires pour évaluer l’implantation des TIC. De telles évaluations favoriseraient la réduction des délais d’implantation, des coûts et des risques.

Source du document

Improving Health Sector Efficiency - The Role of Information and Communication Technologies